Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

260 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mai 2021

L'Union européenne, l'armée et le coronavirus

Quand il est question que l’armée se mêle des affaires civiles, il est bon de jeter un œil. C’est le cas d’un document de travail de la Commission européenne sur le rôle de l’armée par rapport à la pandémie de Covid-19. Document qui, si on a la patience de le lire jusqu’au bout, révèle une surprise.

Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le document EEAS(2021) 324 à diffusion limitée, dévoilé par l'association Statewatch, a pour objet "Document de réflexion conjoint du SEAE et des Services de la Commission sur l'utilisation des moyens et des capacités militaires à l'appui des autorités civiles dans le contexte de la pandémie de COVID-19." (SEAE pour Service Européen d'Action Extérieure).

Pour faire simple, ça donne ça :

Capture d'écran du schéma figurant page 3 du document

L'introduction pose le contexte : "Ce document se concentre sur l'importance du soutien/de l'assistance militaire aux autorités civiles, tant sur le territoire national qu'à l'étranger, y compris la coopération et la coordination civilo-militaire, également dans le domaine de l'aide humanitaire, comme cela a été souligné pendant la pandémie, en tenant compte du fait que les forces armées ne sont pas les premiers intervenants dans de telles situations. Dans toute l'Union, des militaires ont été déployés pour soutenir les autorités civiles, contribuant à la protection de la santé, à la surveillance des frontières et à la protection des infrastructures critiques, ainsi qu'à la livraison de fournitures et d'équipements médicaux sur leur territoire, voire à l'étranger. et des équipements médicaux sur leur territoire, voire dans d'autres États membres et/ou dans des pays tiers." Le propos est d'introduire de la coordination européenne dans tout ça.

La coordination repose sur une "task force" dont le schéma opérationnel est illustré par la figure 1 ci-dessus.La suite du document porte essentiellement sur les procédures, mais quelques phrases permettent de comprendre plus concrètement en quoi consiste l'implication militaire par  rapport à la pandémie : mise à disposition de moyens logistiques (transport notamment); implication des services de santé des armées; mise à disposition de compétences pour faire face à campagnes de désinformation et à des cyberattaques...

L'enjeu politique du document semble être de mettre de la coordination européenne là où les États membres pourraient être tentés de coopérer directement entre eux sans passer par les institutions de l'UE, dans un contexte où les forces centrifuges sont fortes, et où la Commission européenne met beaucoup d'énergie à restaurer du centripète.

Le document se termine par deux annexes. La première, de trois pages, détaille les documents produits par les instances européennes en lien avec le sujet.

L'annexe 2, qui représente une demie-page sur le tout dernier feuillet du document, décrit de manière simple et concise en quoi peut consister cette intervention de l'armée coordonnée au niveau de l'Union européenne.

Capture d'écran de l'annexe 2, en dernière page du document

Les quatre premiers points portent sur le soutien logistique, notamment le transport, le soutien médical, le soutien en matière d'ingénierie, l'expertise en matière de réponse à des situations de crise.

Le cinquième et dernier point mérite d'être traduit intégralement :

"Le rôle de l'assistance militaire pourrait également inclure la mise en place de contingents spécialisés pour aider les autorités civiles à assurer la sécurité/protection des infrastructures critiques, à fournir un soutien logistique et à assurer le maintien de l'ordre/le contrôle du trafic."

La Commission européenne envisage donc en lien avec la pandémie de Covid-19 une intervention de l'armée dans des missions de maintien de l'ordre, coordonnée au niveau européen. Mobiliser des contingents des armées de plusieurs pays européens pour des opérations de maintien de l'ordre, ce n'est pas anodin.

Plutôt que de l'évoquer à la toute fin d'un document à diffusion limitée, la Commission européenne pourrait peut-être expliquer publiquement ce qu'elle entend par là ?

Vous pouvez

télécharger le document EEAS(2021) 324 ici (pdf, 739.1 kB)

.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement