Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

259 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 nov. 2017

15 novembre: rassemblement en soutien aux exilé-e-s de Haute-Saône

Dublin III ou le flipper européen, le règlement européen qui permet de renvoyer des demandeur-se-s d'asile vers des pays qui ne respectent pas leurs droits (Bulgarie, Grèce, Hongrie, Italie...) ou qui les expulseront plus facilement vers leur pays d'origine (Italie, Norvège...) Des demandeur-se-s d'asile en Haute-Saône s'opposent à leur expulsion et appellent à un rassemblement.

Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le règlement européen Dublin III sert à déterminer le pays et le seul où une personne est autorisée à demander l'asile, et définit les procédures lorsqu'une personne demande l'asile dans un autre pays permettant son expulsion vers le pays responsable. Dans les faits, il s'agit le plus souvent du pays d'entrée dans l'Union européenne, la plupart d'entre eux ne respectant pas les droits des réfugié-e-s ou ne leur offrant pas de conditions dignes d'accueil.

Jusqu'à l'année dernière, les autorités françaises ne faisaient pas trop de zèle pour expulser les demandeur-se-s d'asile en procédure Dublin. Elles se contentaient de les laisser à la rue, espérant ainsi que les personnes continueraient leur route vers un autre pays en quête d'une meilleure hospitalité. Toutefois, six mois après la décision de retour vers pays responsable, les autorités françaises deviennent responsables de la demande d'asile. Certaines préfectures géraient le "problème" par des refus de guichet, un placement arbitraire en procédure accélérée (offrant moins de garanties) ou un allongement du délais (qui passe à 18 mois si la personne est considérée comme "en fuite"). De toute façon une grande partie des demandeur-se-s d'asile passaient tout ou partie de la procédure à la rue.

Les choses ont changé avec la politique de dispersions des exilé-e-s des campements et bidonvilles du Calaisis et de la région parisienne, et des camps de réfugié-e-s de Grande-Synthe et de Paris, pour les héberger dans les Centres d'Accueil et d'Orientation. Si promesse avait été faite que les demandeur-se-s d'asile venant du bidonville de Calais ne seraient pas expulsé-e-s dans le cadre de la procédure Dublin (promesse respectée de manière variable selon les préfectures), cela n'a pas été le cas pour les autres. Les expulsions se sont multipliées dans le courant de 2016, et le mouvement s'est amplifié depuis l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron. Un dispositif spécial d'hébergement a été créé, le PRAHDA, prévoyant l'assignation à résidence des demandeur-se-s d'asile au sein des centres nouvellement créés, et donnant pour mission à ceux-ci de préparer les expulsions.

Les mouvements collectifs de demandeur-se-s d'asile en procédure Dublin se sont donc multipliés pour s'opposer à l'expulsion et demander que les autorités françaises examinent leur demande d'asile (possibilité qui est prévue par le règlement Dublin III).

C'est dans ce contexte que des demandeur-se-s d'asile de Haute-Saône et leurs soutiens appellent à un rassemblement le 15 novembre devant la préfecture à Vesoul.

Voici

le texte de l'appel, que vous pouvez télécharger ici (pdf, 396.9 kB)

" Chers amis,

Le sort réservé à des milliers d’exilés qui se sont réfugiés en France nous indigne profondément.

Une cinquantaine de jeunes migrants de Haute-Saône souhaitent faire entendre leurs voix : ils sont sous le coup d’une procédure « DUBLIN », terrorisés en raison de l’incertitude quant à leur sort et angoissés à l’idée d’être rejetés vers ce qu’ils ont dû fuir. Leur situation est dramatique : d’ici un mois, la majorité d’entre eux sera expulsée vers le pays dans lequel ils ont dû laisser leurs empreintes, pour beaucoup l’Italie.

Après plusieurs années d’errance, de souffrances et de violences, ils ont échoué en Italie, laissés à l’abandon dans des conditions de vie inhumaines, tant sur le plan physique que psychologique. Le règlement Dublin III permet le renvoi vers des pays où ne sont respectés ni le droit d'asile ni les autres droits humains. Malheureusement, l’Italie fait actuellement partie de ces pays :

  • Atteintes aux droits de l'Homme : Amnesty a fait état de traitements dégradants voire de torture à l'égard des réfugiés.
  • Accès à l'asile : L'Italie étant l'un des principaux points d'entrée en Europe, son système d'asile est surchargé et il est très difficile d'y obtenir une protection.

Le Collectif d’Aide et de Défense des Migrants (CADM-70) a décidé de les accompagner dans leurs actions et de demander avec eux le droit de déposer une demande d’asile en France.

Nous appelons toutes les personnes, associations et collectifs qui luttent en faveur du respect des droits humains fondamentaux à s'unir pour l’arrêt et l’annulation de toutes les mesures d’expulsion au prétexte des accords de Dublin.

Un rassemblement citoyen est prévu le 15 novembre à 15h devant la Préfecture de Vesoul, votre présence à leurs côtés sera une aide précieuse ; ensemble et solidaires, soyons nombreux pour les soutenir !

Merci de faire circuler l’information. Une pétition sera diffusée à partir de mercredi. "

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Algériens sans papiers : la France ne peut plus les expulser mais continue de les enfermer
Dans un courriel confidentiel, le ministère de l’intérieur reconnaît l’impossibilité, à la suite des tensions diplomatiques entre Paris et Alger, d’éloigner les Algériennes et les Algériens sans papiers. Et pourtant : leur enfermement en centres de rétention se poursuit. Une situation « absurde » dénoncent associations et avocats.  
par Yasmine Sellami et Rémi Yang
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii