Retour à Lesbos

Été 2009, un camp du mouvement international No Border se tient sur l'ile de Lesbos, à proximité des côtes turques. Sur l'ile, le pire des centres de rétention grec, Pagani. Une lutte démarre unissant les militant-e-s, les exilé-e-s nouvellement restés libres sur l'ile et ceux et celles enfermé-e-s dans le centre de rétention. Après plusieurs mois, elle aboutit à la fermeture de celui-ci.

Été 2009, un camp du mouvement international No Border se tient sur l'ile de Lesbos, à proximité des côtes turques. Sur l'ile, le pire des centres de rétention grec, Pagani. Une lutte démarre unissant les militant-e-s, les exilé-e-s nouvellement restés libres sur l'ile et ceux et celles enfermé-e-s dans le centre de rétention. Après plusieurs mois, elle aboutit à la fermeture de celui-ci.

Des discussions entre exilé-e-s et militant-e-s naissent plusieurs projets qui se sont concrétisés et continuent aujourd'hui.

Infomobile, une tournée d'information juridique et pratique des exilé-e-s se trouvant dans différents lieux en Grèce :

http://infomobile.w2eu.net/

Welcome 2 Europe, un site d'information à destination des exilé-e-s, en anglais, arabe, farsi et français :

http://w2eu.info/

Pour la troisième année consécutive, des exilé-e-s qui ont aujourd'hui le statut de réfugié après être passé-e-s par Lesbos et des militant-e-s se rerouvent sur l'ile de Lesbos pour aller à la rencontre des nouveaux et nouvelles arrivant-e-s en Europe. On peut suivre le quotidien de leur démarche sur le blog Welcome 2 Lesbos :

http://lesvos.w2eu.net/

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.