Syriens en mouvement

La guerre en Syrie s'installant dans le temps, des exilés syriens se sont dirigés vers l'Europe, souvent avec le souci de mettre leur famille à l'abri ou de la soutenir lorsqu'elle était restée dans le pays ou lorsqu'elle était réfugiée dans les pays voisins. Confrontés à l'inhospitalité européenne, ils sont conscients de leurs droits en tant que réfugiés

La guerre en Syrie s'installant dans le temps, des exilés syriens se sont dirigés vers l'Europe, souvent avec le souci de mettre leur famille à l'abri ou de la soutenir lorsqu'elle était restée dans le pays ou lorsqu'elle était réfugiée dans les pays voisins. Confrontés à l'inhospitalité européenne, ils sont conscients de leurs droits en tant que réfugiés et face aux situations de blocage dans lesquelles ils se retrouvent, ils s'organisent collectivement pour les faire valoir. C'est le cas en Grèce (voir ici, ici et ), à Chypre (voir ici et ) ou en Italie (voir ici et ).

C'est le cas aussi à Calais, où à trois reprise ils ont manifesté pour demander aux autorités britanniques le droit d'entrer légalement au Royaume-uni pour y demander l'asile, plutôt que d'être obligés de passer illégalement la frontière.

Les Syriens sont peu nombreux à Calais, entre une trentaine et environ quatre-vingts depuis le printemps 2013. Ceux qui en ont les moyens financiers passent la frontière britannique par des moyens plus sûrs et plus rapides qu'en se cachant dans les camions, beaucoup choisissent des destinations plus accessibles que le Royaume-uni.Ce sont principalement des hommes, occasionnellement des familles.

Au printemps et à l'été 2013, les Syriens sont au squat de la rue Mouron, un ancien cash-and-carry abandonné. Des exilés d'Afrique de l'est occupent le grand hangar, tandis que les Syriens sont dans le préfabriqué de l'entrée. Le 5 septembre, le squat est évacué par la police. S'ensuit une période de traque au cours de laquelle d'autres squats sont évacués, et les exilés chassés de lieu en lieu au fur et à mesure qu'ils se réinstallent.

Au bout de quelques semaines, les Syriens décident d'arrêter ce jeu. Ils se concertent dans la plus grande discrétion et choisissent d'occuper la passerelle d'accès piéton au port. Leur mouvement rencontre un important écho médiatique et recueille des soutiens associatifs et politiques. Le troisième jour, la police se déploie pour une évacuation brutale. Deux exilés montent sur le toit d'un bâtiment voisin et menacent de sauter. Les choses se figent, et une négociation s'engage. Le sous-préfet, puis le préfet, viennent. La demande des Syriens étant de rencontrer des représentants des autorités britanniques, une rencontre a lieu, mais sans dialogue : les officiers de l'UK Border Force ne font que rappeler les conditions restrictives du regroupement familial. Après un moment d'abattement, les Syriens remballent leur campement, et vont planter la tente sur un terrain proche du port. Ils sont pragmatiques et n'ont pas de temps à perdre, si la voie légale ne marche pas, ils reprennent la voie illégale pour franchir la frontière.

https://vibrations0migratoires.wordpress.com/2013/10/02/des-exiles-syriens-bloquent-lacces-pieton-au-port-2/

https://vibrations0migratoires.wordpress.com/2013/10/02/lappel-des-syriens-a-calais/

https://vibrations0migratoires.wordpress.com/2013/10/03/le-mouvement-des-syriens-continue/

https://vibrations0migratoires.wordpress.com/2013/10/06/syriens-de-calais-ou-en-est-on/

S'ils n'occupent plus la passerelle du port, les Syriens à Calais n'en continuent pas moins à interpeller les autorités européennes sur leur situation :

https://vibrations0migratoires.wordpress.com/2013/10/09/les-syriens-sadressent-au-parlement-europeen/

https://vibrations0migratoires.wordpress.com/2013/10/24/les-syriens-bloques-a-calais-aux-pays-europeens/

Un exilé syrien fait le point sur leur mouvement et la situation à Calais :

http://www.storiemigranti.org/spip.php?article1068

 

4 octobre 2013. Au troisième jour de l'occupation de la passerelle d'accès au port, la négociation s'ouvre avec le préfet du Pas-de-Calais.

 

Novembre 2014. Les Syriens à Calais se remettent en mouvement. Les revendications sont les mêmes, obtenir des autorités britanniques la possibilité d'entrer légalement au Royaume-uni pour y demander l'asile. Leur mouvement, beaucoup spectaculaire que celui d'octobre 2013, sera par contre plus long. Ils se rassemblement quotidiennement à proximité du port, avec des banderoles. Par deux fois, ils se dirigent vers le port et demandent à pouvoir y entrer pour y rencontrer des représentants britanniques. La police les en empêche. Le 12 novembre, ils vont à Boulogne/Mer pour y rencontrer le consul honoraire du Royaume-uni. Ils trouveront portes et volets clos, une rangée de policier devant la façade, le temps de leur manifestation. Suite à ce rendez-vous manqué, le mouvement s'effilochera. Les Syriens essayent en effet de passer la nuit, dorment le matin, manifestent l'après-midi. Moins visible que le mouvement de 2013, celui de novembre 2014 a été aussi moins relayé par les médias et peu soutenu par les associations.

Voir sur le blog Passeurs d'hospitalités, ce billet et ceux des jours suivants :

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2014/11/06/les-syriens-a-nouveau-en-mouvement/

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2014/11/08/syriens-en-mouvement-troisieme-jour/

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2014/11/12/le-royaume-uni-existe-t-il-vraiment/

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2014/11/13/les-autorites-britanniques-poussent-les-syriens-vers-les-passeurs/

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2014/11/15/les-questions-posees-par-les-syriens/

Une vidéo réalisée par des étudiants de SOAS (School for Oriental and African Studies - Londres) :

http://youtu.be/0XZNaS2145E

Et parmi les interviews des Syriens impliqués dans le mouvement que vous pouvez trouver sur l'audioblog Passeursdhospitalites :

http://audioblog.arteradio.com/post/3062215/mohammad_-_syriens_en_mouvement/

http://audioblog.arteradio.com/post/3062243/firas_-_syriens_en_mouvement/

http://audioblog.arteradio.com/post/3062304/allal_-_syriens_en_mouvement__3_/

http://audioblog.arteradio.com/post/3062486/allal_-_syriens_en_mouvement__5_/

http://audioblog.arteradio.com/post/3062500/allal_-_syriens_en_mouvement__6_/

 

Le 6 novrembre 2014, les Syriens à Calais se rassemblement à proximité du port.

 

Samedi 27 juin 2015. Les Syriens à Calais se rassemblent place d'Armes, au centre de Calais, avec des banderoles. Ils y passent la nuit, et pensent occuper la place jusqu'à ce qu'ils obtiennent satisafaction. Leur revendication est la même, accéder légalement au territoire britannique pour y demander l'asile. Dimanche en fin de matinée, ils sont évacués par la gendarmerie mobile. Une parade musicale doit en effet traverser le centre-ville. Ils reviennent le lundi, en fin de matinée. En début d'après-midi, ils sont à nouveau chassés, cette fois par les CRS, avec brutalité, gazages à la clé. Les Syriens semblent toujours déterminés à continuer leur mouvement, mais dispersés entre trois campements, ils n'arrivent pas à se coordonner. Le jeudi suivant, une ordonnance d'expulsion est affichée devant un de leurs campements en centre-ville.

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2015/06/28/les-syriens-dans-lentonnoir-calaisien-se-mobilisent/

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2015/06/28/les-refugies-syriens-degages-pour-la-parade/

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2015/06/29/la-reponse-des-autorites-francaises-aux-syriens-a-calais-gazage-et-evacuation-par-la-police/

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2015/07/01/le-mouvement-des-syriens-a-calais-questionne-la-politique-des-frontieres/

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2015/07/02/la-vengeance-des-autorites-ordonnance-dexpulsion-contre-les-syriens/

Un militant calaisien parle du début de ce mouvement :

http://audioblog.arteradio.com/post/3065653/mehdi_-_syriens_en_mouvement/

http://audioblog.arteradio.com/post/3065657/syriens_en_mouvement_-_3e_jour/

 

Le 28 juin 2015, place d'Armes.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.