Philippe Watrelot
Professeur de Sciences économiques et sociales, formateur, militant pédagogique, ancien président du CRAP-Cahiers Pédagogiques
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juin 2022

« Morosité » et grand débat

En déplacement près de Poitiers le 10 juin, le ministre de l’Éducation Nationale, Pap Ndiaye a annoncé le lancement de « grands débats » dans les écoles dès la rentrée pour sortir les enseignants « d’une forme de morosité ». Pour un ministre qui justifiait la rareté de sa parole par une volonté de peser ses mots, celui-ci est particulièrement mal choisi. Il oublie l'essentiel et le plus urgent.

Philippe Watrelot
Professeur de Sciences économiques et sociales, formateur, militant pédagogique, ancien président du CRAP-Cahiers Pédagogiques
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En déplacement près de Poitiers le 10 juin, le ministre de l’Éducation Nationale, Pap Ndiaye a annoncé le lancement de « grands débats » dans les écoles dès la rentrée pour sortir les enseignants « d’une forme de morosité ». Pour un ministre qui justifiait la rareté de sa parole par une volonté de peser ses mots, celui-ci est particulièrement mal choisi.

L'emploi du champ lexical de l'émotion pose en effet problème. Il permet de renvoyer toute revendication à un ressenti, donc subjectif. Il permet aussi d’essentialiser : les enseignants seraient ainsi par nature. C’est un peu la même logique que lorsque des médias sans imagination parlent de la   « grogne » des enseignants ou de tel autre groupe social. C’est tout aussi agaçant.

Certes, on peut se dire que les enseignants sont « moroses » mais aussi "désabusés" ou "en colère", mais ils ont de bonnes raisons pour l’être. Ils sont objectivement déconsidérés et mal payés. Poser un diagnostic suppose d’utiliser les bons termes.

Il faut bien sûr redonner des perspectives au personnel éducatif et du sens à l’École. Dans mon livre (Je suis un pédagogiste ESF 2021), je plaidais pour des états généraux de l’École. Je continue à penser que les questions d’éducation sont des choix de société majeurs et qu’il faut qu’il y ait une véritable prise de conscience des inégalités que l’École reproduit et amplifie.

Les plus anciens comme moi ont le souvenir des précédentes grands messes de ce type : Alain Savary en 82-83, Lionel Jospin en 1989, François Bayrou en 1993, la consultation Meirieu en 1998, le débat national de Claude Thélot en 2003-2004.

Et, en tant que responsable d’un mouvement pédagogique, je me souviens avoir passé une bonne partie de mon été 2012 dans les débats sur la refondation de l’École initiés par Vincent Peillon. A chaque fois j’y ai mis beaucoup d’enthousiasme et d’énergie malgré les déceptions. Un militant n’est jamais endeuillé mais je comprends qu’il y ait de la méfiance de la part des enseignants à l’égard de ces consultations et autres débats qui n’ont pas beaucoup fait bouger l’École.

Mais surtout… (« everything before “but” is bullshit » disait Jon Snow dans Game of Thrones) envisager de lancer des « grands débats » avant de régler les urgences des enseignants n’a pas de sens et est voué à l’échec.

Dans le même livre évoqué plus haut, je rappelais qu’avant de penser l’école de demain, il faut déjà panser celle d’aujourd’hui. Il y a plusieurs urgences.

  • D’abord, les personnels de l’éducation comme tous les fonctionnaires ont assisté depuis de nombreuses années au gel du point d’indice. On leur a promis le dégel avant l’été. On y est ! Mais on attend le dégel alors que ce qui fond c’est le pouvoir d’achat.
  • Il faut aussi mettre fin aux inégalités au sein même du corps enseignant. La multiplication des statuts contribue à la division et limite l’action collective.
  • Face à la crise des recrutements, aux démissions et à la perte d’attractivité du métier, il faut enfin et surtout une revalorisation immédiate, substantielle et sans contrepartie. Déjà sous-payée par rapport à leurs homologues européens, la moitié des professeurs n’a obtenu aucune revalorisation. Et pour les débutants, celle ci reste insuffisante. Avec leur bac + 5, ils entrent dans le métier avec un salaire égal à 1,1 fois le Smic !

La situation politique actuelle malgré la percée de la NUPES risque paradoxalement de favoriser la droite et les partisans de la rigueur budgétaire. On peut craindre que le véritable ministre de l’éducation ne soit à Bercy plutôt que rue de Bellechasse.

La personnalité de M. Ndiaye a pu sembler être un signal envoyé au monde de l’éducation après cinq ans de mépris technocratique et de réformes à marche forcée sous l’ère Blanquer. On nous promet plus de dialogue et d’écoute. Mais la principale chose à entendre ce n’est pas la « morosité » mais la nécessité de revaloriser VRAIMENT les personnels de l’éducation. Après on pourra débattre…

Ph. Watrelot le 21-06-2022

Une citation à méditer…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Emmanuel Macron remanie dans le déni
La composition du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne donne à voir toutes les faiblesses du second quinquennat Macron. Deux semaines après une défaite électorale cuisante, et à rebours des promesses d’ouverture, le chef de l’État a étoffé sans élargir. Visé par une enquête pour tentative de viol, Damien Abad est débarqué.
par Ilyes Ramdani
Journal
Les nouveaux visages du gouvernement Borne II
Seize nouvelles personnes, n’ayant jamais occupé de fonction ministérielle jusqu’ici, font leur entrée au gouvernement. Aucune ne constitue une surprise ou un ralliement politique.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Violences sexuelles
Une nouvelle femme met en cause Damien Abad
Une nouvelle femme a raconté à BFMTV avoir eu des « vertiges » après avoir pris un verre avec l’élu en 2013, puis s’être réveillée « complètement dévêtue ». Fraîchement débarqué du gouvernement, le député dénonce des « calomnies ignobles ».
par Antton Rouget
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum