Phuse
cinéastes
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juil. 2020

Phuse
cinéastes
Abonné·e de Mediapart

D’Uber sur les épinards, l’action artistique et culturelle (du chef) de l’état

l’État de M. Macron et ses apôtres qui se répandent sous diverses étiquettes (en une ambition fort commune) organisent l’Uberisation de la culture à grandes brassées d’argent public déversées « Au hasard Balthazar ».

Phuse
cinéastes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Atelier cinéma © FiFlam

Après avoir essayé de détruire avec une détermination et un professionnalisme plein d’arrogance satisfaite, le travail artistique et culturel de longue haleine que nous pouvions déployer auprès du grand public (nous et bien d’autres, mais parlons de ce que nous voyons), l’Etat de M. Macron et ses apôtres qui se répandent sous diverses étiquettes (en une ambition fort commune) organisent l’Uberisation de la culture à grandes brassées d’argent public déversées « Au hasard Balthazar » (accordons généreusement à l’artiste en chef et en bras de chemise, des références culturelles1)…

D’évidence, il s’agit de sauver les meubles dans l’effroi d’un possible incendie urbain et social digne des incendies de l’été que les bombardiers d’eau ne suffiraient pas à éteindre… D’ailleurs la frénésie gestionnaire en a réduit considérablement le nombre, de ces extincteurs volants, ce qui ressemble furieusement à une histoire de masques et de pandémie, quand les températures et la sécheresse augmentent, agrandissant les zones à risque !2
Comme dans tous les domaines, la gestion dite « libérale » porte en germe destruction et gabegie, « comme la nuée porte l’orage ».
Aujourd’hui, les préfectures téléphonent en urgence pour « qu’on fasse quelque chose pendant l’été avec les jeunes »… des pépètes dégoulinent qu’on n’arrivait pas à obtenir pour un travail pérenne... des politiques « culturelles », que ces mêmes services ne pouvaient accompagner malgré leur bonne volonté, vont désormais s’improviser en quelques semaines… Voir en quelques jours… sans perspectives ni lendemains… Des plateformes en ligne, chronophages s’il en est, et terrain de jeu adoré de la bureaucratie 2.0, sauvent les apparences de la saine gestion des crues…
Ce hasard de la distribution d’eau bénite est baptisé « appel d’offres », composante tactique du ruissellement économique cher à la com’ gouvernementale. Il consacre l’essence divine de l’argent et la déshumanisation des rapports sociaux.
L’usage pertinent des emplois aidés3 nous permettait de travailler dans une durée relative en formant des jeunes cinéastes et techniciens tout en développant une action reconnue auprès du public et des jeunes, ancrée sur le territoire mais aussi ouverte à la recherche et au monde (comme le prouvent les films et cinéastes que nous soutenons et qui participent de ce Libre Travail d’Intérêt Public)… Une durée pourtant réduite déjà comme un coton chinois au lavage par de brillantes réformes bureaucratiques « de l’insertion »…
Cette forme de contrat social que nous avions imaginée, qui restitue directement et visiblement au public l’effort consenti par tous pour financer la création (et la formation) a l’inconvénient, pour les détrousseurs de richesses collectives que sont les « industriels de la culture » ou de la formation permanente et autres vernis de l’exception culturelle, de déplacer la « ligne de partage des eaux » du côté de l’intérêt public contre l’intérêt privé. Le ruissellement a des lois qui répondent d’abord à la gravité.
Ce qui tombe d’un côté ne tombe pas de l’autre.
Remplaçant la gravité par la futilité, un avenir florissant dessiné par la secte de l’eau qui coule est offert aux professionnels de l’appel d’offre et leurs réponses lucratives. Un avenir construit sur nos précarités et nos renoncements.
Pas tenus d’y participer, nous choisissons le luxe de la liberté et du combat.


1 / A ce propos, je me demande toujours quelle mouche tsé-tsé avait piqué le Président pour se noyer dans l’image du naufragé solitaire et son fromage. Image de déluge catastrophique pour un prophète du ruissellement économique...
2 / L’enquête sur le dernier accident mortel de Tracker bombardier d’eau relève l’inquiétude des pilotes quant à leur avenir professionnel et leur surcharge de travail, qui les ont conduits à sous estimer... la surcharge de l’avion !
3 / Supprimés selon le principe économique que si on tient bien le pinceau, on peut enlever l’échelle.

Ps : nous avions consacré ici un premier billet aux prétentions culturelles du PR... Il reste d'actualité après les suites concrètes !

Jf Neplaz
12/07/2020
Café de la gare / Aspres sur Buëch

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot peut mener au pire lorsque l’on a définitivement quitté les vestiaires par la mauvaise porte. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze