Pierre-Adrien MARCISET
Professeur certifié de français, Doctorant, Étudiant en Théologie, Romancier, Essayiste.
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 juin 2016

L'absence de conscience de classe, le grand mal des révolutionnaires.

L’absence de conscience de classe pose un problème majeur : les riches ignorent qu’ils ont des devoirs et les prolétaires ignorent qu’ils ne peuvent pas être des riches. Confondant son utopie, son idéal et son idéalisme avec l'état de fait (qu'il soit naturel ou politique), l'imaginaire révolutionnaire produit une société propre à la dictature et à la hiérarchie des classes.

Pierre-Adrien MARCISET
Professeur certifié de français, Doctorant, Étudiant en Théologie, Romancier, Essayiste.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’écrivain ne doit pas s’habituer à édicter des vérités. Et l’écrivant je tombe évidemment moi-même sous la sanction du précepte. J’évoque cependant la vérité comme principe d’énonciation : les idées qui sont proposées sont à la fois sujettes à la démonstration inverse et à la fois soumises au droit de se contredire, droit, je le rappelle, tout baudelairien. 

-

L’absence de conscience de classe, en France

L’absence de conscience de classe pose un problème majeur : les riches ignorent qu’ils ont des devoirs et les prolétaires ignorent qu’ils ne peuvent pas être des riches. La propagande néolibérale a à ce point détruit Marx que la vulgate a jeté le bébé avec l’eau du bain : la rhétorique de Marx disqualifiée par le monumental échec de son application politique (or ni le bolchévisme, ni le léninisme, ni le stalinisme, ni le soviétisme ne sont le communisme, mais passons), on renvoie au néant la théorie de la lutte des classes. Elle n’existe pas. Revenons plutôt au clivage tant chéri par les foules et bouclier favori des tyrans : le rejet du xénos, celui qui est autre, l’étranger, le métèque, le sale juif ou le sale bougnoul, voire le dangereux islamiste barbu qui vole mes troupeaux et mange nos femmes. Je m’emporte.

La loi travail remet violemment au goût du jour l’évidence de la lutte des classes et ne permet plus au discours politique de distinguer la dangereuse voilée de la gentille femme au foyer qui, à même métier, gagne un tiers moins que son tendre époux. La loi travail n'est pas adroite à montrer comme Saint-Denis est un nid de terroristes dont il faut exterminer l'engeance et, pour cela, maintenir de trois mois supplémentaires les douves qui séparent les riches des pauvres. Car un État policier, c'est un État de corruption. Oui : plus les pouvoirs sont concentrés, plus ils sont aisés à corrompre et à influencer.

 Nous, qui ne sommes ni politiciens, ni cadres, ni célébrités du star-système, sommes le nouveau prolétariat. Ouvriers, intellectuels indépendants (ni membres des grosses maisons de production, ni chiens de garde, ni mondains), diplômés ou employés de la société de service, ne sommes que les éléments d’un bien : l’État, et les agents d'une source : l'argent de notre consommation. Un bien dont la classe dirigeante entend jouir, à la fois comme propriété financière (les scandales de grosses entreprises ou particuliers extrêmement riches qui ne paient pas leurs impôts ne cessent de pleuvoir tandis que croît sans fin la charge des impôts de la « classe moyenne ») et comme prérogative sociale : personnels et bâtiments de la république, carnet d’adresse étatique, visibilité médiatique, pouvoir institutionnel et, depuis peu, pénal et policier. En vingt ans, la classe dirigeante réduisit l’État à un bien, c’est-à-dire une source de jouissance pour une caste. C’est-à-dire rien moins que la négation de la res publica, la  « chose publique », la sacrosainte République ; amusant, à l’heure où Valls et tous les autres roquets du néolibéralisme n’ont que ce mot à la bouche.

Ici et là, je lis que Myriam El Khomri ne sait pas ce qu’elle fait, qu’elle n’est qu’une chèvre ou qu’un pantin, qu’elle est incompétente et qu’elle ne réalise pas la portée de « sa » loi, dont on lui conteste la paternité pour la donner à Manuel Valls — que j’appelle volontiers Sarkozy 2. Je ne me battrai pas à propos de son appartenance à la sous-famille des caprinae, quoique je puisse trouver cela cruel pour ces sympathiques bêtes, mais il faudrait ne pas tomber dans le piège de la femme incompétente. J’invite à regarder les différents entretiens qu’elle donne : elle sait parfaitement ce qu’elle fait et s'enorgueillit même de son syndrome de la bonne élève : elle fait ce qu'elle croit et sait qu'on attend d'elle. Elle répond à l’injonction de ses employeurs : les multinationales, la finance débridée, le néolibéralisme et elle remet l’esclavage à l’ordre du jour — du moins, plus explicitement. Elle sait ce qu’elle fait, et surtout ce qu'elle dit puisque c'est là son métier, dire, elle mérite son salaire, son statut social, son mode de vie, bref, elle fait ce pour quoi ceux qui l’emploient la paient. Il ne s’agit pas d’une rémunération financière, et c’est la limite de la lutte contre la corruption : comment quantifier les promesses de carrière, le carnet d’adresse, l’invitation dans des clubs, des regroupements, les avantages en nature ou en liquide, les passe-droits institutionnels, le réseau à l'international ? C’est impossible. Ce qui est possible pour nous, en revanche, c’est de se révolter. Que ne le faisons-nous pas ?

Comment en sommes-nous arrivés là ? C’est fort simple : par l'inconscience. Il ne s’agit pas tant des riches qui oublient qu’ils ont des devoirs que des pauvres qui oublient qu’ils ne pourront jamais devenir riche. Il n’est pas question de leur jeter la pierre, mais simplement de les désigner et d'interroger le formidable assaut dialectique dont ils sont les restes, les convertis, et finalement les victimes. Qui n’a jamais lu un pauvre, sur un forum quelconque, se lamenter que « dans ce pays, c’est toujours pareil, quand on réussit on se fait inquiéter » ? Qui n'a jamais discuté avec une personne relativement pauvre, ou correctement aisée, et constaté que cette personne était ce que l'on a tout lieu d'appeler un « chien de garde » du système ? La réussite comme élément de propagande, c’est brillant. Faire croire à un cadre moyen qui gagne deux fois le SMIG qu’il est membre de la grande famille des dominants, et l’inviter à être une véritable petite torpille publicitaire dans ses milieux de dominés (auxquels il appartint au fond), lui donner de quoi s'émerveiller avec une régularité suffisante, voilà qui est le nec plus ultra de la propagande néolibérale, une arme de destruction massive. Un tel individu vous affirmera, sans avoir rien lu sur la question et absolument sans autre sens critique que ce qu'on lui aura « dit au bureau », que oui, l’État doit être privatisé à tous les niveaux (et dont on peut encore plus aisément jouir pourvu que l’on soit in), que oui, si on veut, on peut devenir député (et donc jouir à son tour), que le libéralisme c’est le progrès, que l’esclavage c’est la liberté, et qu'un chat, oui, si tu regardes bien, c'est un chien parce que dans les autres pays, c'est pire. « La réussite possible pour tous » si chacun s’en donne les moyens. Hop, le tour est joué. Génie rhétorique du corollaire : celui qui ne réussit pas ne s’en est pas vraiment donné les moyens. Nous savons de mieux en mieux à quel point cela est hypocrite et malhonnête et comme beaucoup qui s'en donnent les moyens finissent dans la misère la plus noire ou le désespoir le plus morbide.

Et si les pauvres étaient conscients de n’avoir jamais la possibilité d’atteindre les portes de cet Eden merveilleux où coulent à flot richesse et célébrité (sauf 5% d’entre eux, bien sûr), ils se révolteraient. Et quand ils se révoltent trop et qu’on ne parvient plus vraiment à les catalyser, il suffit de leur permettre de jouir de l’esclavage d’autres, autrement plus esclaves. La compétition de « l'Euro de football » est à cet égard une chose édifiante, où les investissements sont publics et les recettes privées, où les produits manufacturés sont fabriqués dans des pays qui deviennent trop cher (la Chine) et dont les sponsors retirent leurs ateliers. Ce vaste phénomène de « jumping social » qui n’est plus à décrire est typiquement ce que veut mettre la loi El Khomri en place, sur fond sonore d’une litanie : « faites confiance à vos maîtres pour vous récompenser si vous la laissez passer ». Non seulement il est bien évident que les maîtres ne récompenseront personne hors des classes dirigeantes, mais en plus la mascarade commence même à se passer de masques. La propagande néolibérale commence à s'essouffler, on embraie directement sur un nouvel outil de division du peuple, pour maintenir la mainmise sur l'État, objet privé : le panem et circenses et aux « chiens de garde » classiques se joindront désormais les défenseurs du « droit à se divertir ». 

La situation ne serait pas la même si la France était douée d’une conscience de classes où les pauvres, bien au fait d’être pauvres, se révoltaient et où les riches, bien au fait d’être riches, prendraient soin de leurs pauvres. Les riches formeraient des colonnades et leurs têtes sur des piques animeraient des célébrations autrement plus populaires. Mais nous sommes dans un pays civilisé, n'est-ce pas ?

PAM.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon