Autour de l'immoralité de la vie publique (3)

Des nouvelles frontières entre public et privée :

Conflit d’intérêts : terreau fertile de la corruption en ce qu’il efface la frontière entre intérêt privé et intérêt public. Généralement nié au nom d’une prétendue et tapageuse honnêteté, mettant à l’écart de toute mauvaise pratique. Cette revendication outrancière transforme un débat de droit positif en question de moralité. Mais, de fait, les mis en cause démontrent par cet argumentaire roboratif toute la justesse de l’accusation : la question n’est en effet pas de savoir s’il y a corruption effective mais s’il existe une situation la rendant possible.

Relations publiques :

1) pratiques par lesquelles les entreprises cherchent à influencer les hommes politiques et les journalistes. Lorsqu’il s’agit de peser directement sur la législation, on parle de lobbying. Généralement présentées comme un dialogue vertueux entre les entreprises et les pouvoirs publics, une forme de bonne gouvernance permettant in fine une élaboration efficace et rationnelle des lois, des normes ou des réglementations. Elle s’apparente surtout à une contrainte exercée par des intérêts privés sur la vie publique et à un rapport de force d’autant plus inégal qu’il ne doit jamais être publicisé. Parfois, malgré l’apparente urbanité et respectabilité, les pratiques inclinent clairement au trafic d’influence.

2) travail effectué par les hommes politiques, soit lorsque leur carrière marque le pas, soit, pis, en raison de leur fonction publique. Plus subtilement, encore que, l’activité est souvent dévolue à un proche, par exemple un compagnon ou une compagne. Mais il suffit bien sûr d’entendre les dénégations des personnalités concernées pour être persuadé que les deux carrières restent autonomes sans jamais que l’influence acquise dans l’une puisse être exploitée dans l’autre.

Conseil : activité permettant de monnayer son influence bien plus que son expertise. Chose incroyable, elle transforme une carrière politique, quasiment une vie, en marchandise.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.