Autour de l'immoralité de la vie publique (5)

De la fureur

 Dénonciation : elle est toujours calomnieuse et odieuse lorsqu’elle brise le sacro-saint droit à la vie privée. L’intérêt public des révélations et le principe du secret des sources journalistiques restent des concepts mal assimilés pour toutes ces grandes voix s’élevant chaque fois qu’un puissant tremble.

Lanceurs d’alertes : pour les pouvoirs publics qui les traînent devant la justice, ils apparaissent plus dangereux que la corruption qu’ils dénoncent.

Complot : de l’art de transformer le secret des sources en science de l’occulte. L’accusation est toujours un règlement de compte politique, une vengeance, une injustice terrible, déclenchée par des adversaires sans morale. On a systématiquement des preuves accablantes de la machination au plus fort de la polémique, bien que l’on assure ne pouvoir les révéler que plus tard. Mais plus tard, face au juge, on est pourtant souvent moins loquace.

Presse : 1) si la presse y trouve un évident intérêt mercantile, il est indéniable que la révélation des affaires reste une œuvre de salubrité publique. Les mis-en-causes et leurs soutiens n’ont de cesse de critiquer ses cabales et ses campagnes, menacent les journaux de procès en diffamation qu’ils s’abstiennent en général de mener, quand ils ne cherchent pas directement à intimider les journalistes, faisant alors souvent mésusage de leur position institutionnelle.

2) elle est parfois d’une spectaculaire indulgence, connivence oblige. En effet, pour les politiques, les affaires les moins dangereuses sont celles dont on parle le moins.

Justice : 1) elle souffre encore en France d’un très remarquable manque d’indépendance, ce qui laisse parfois à penser qu’elle est particulièrement conciliante avec les puissants. Toutefois, elle reste le fondement concret de l’égalité en droit. Toute attaque politique frontale remet indéniablement en cause ce possible.

2) Il n’est pas rare que l’on s’en prenne à des juges prétendument rouges, oubliant un peu vite que la profession reste plutôt réputée pour être ancrée à droite.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.