Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

415 Billets

3 Éditions

Billet de blog 2 déc. 2016

Symbole de brutalité et d'offense, la statue de l'Amiral Olry doit tomber à Nouméa.

La lettre qu'adresse le Collectif des Cercles des Libres Penseurs Kanak à la Ministre des Outre-Mers en vue de sa visite officielle du 6 au 10 décembre, à la ville de Nouméa et au Haut Commissariat de la Nouvelle Calédonie a pour but d'obtenir la Paix de l'histoire entre communautés par l'enlèvement du monument colonial.

Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Joseph Wananije (ONG ENIANA) le 26 octobre jour d'action devant la statue de l'Amiral Olry bien défendue par ses hommes en armes.
Lettre manuscrite (1/2) du Collectif des Cercles des libres penseurs Kanak et des communautés à la Ministre des Outre-Mers, à la ville de Nouméa et au Haut Commissariat de la Nouvelle Calédonie en date du 9 novembre 2016
2/2.

Pétition en ligne pour déboulonner la statue de l'Amiral Olry surpetitionduweb.com ici 

Centre ville de Nouméa, Nouvelle-Calédonie, une imposante statue s'érige, triomphante du temps, solidement ancrée sur son socle de pierre.

Du reste, n'a-t-elle pas été construite dans ce but ? La mémoire collective est là, matérialisée, visible, prégnante et sensible.

Un homme droit, viril et militaire surplombe l'environnement, il s'agit de l'amiral Olry. Dans ces iles pacifiques du grand Pacifique le symbole porte. Il porte une Mémoire, une Mémoire qui, sur le Caillou, "Terre de parole et de partage", revêt une importance toute particulière.

Pour le peuple de Nouvelle-Calédonie cette statue rappelle ce moment proche (un souvenir est toujours proche lorsque l'on peut le sentir), où un des ancètres kanak, tout aussi fier que notre officier, a livré a la Mémoire de l'ile de ces paroles et gestes qui traversent le temps tout en gardant la charge émotionnelle originelle avec laquelle ils furent réalisés. 

Ataï grand chef kanak qui vida en 1878 le contenu d'un sac et qui, tout en répandant la terre riche et fertile dont il était empli au pied de Olry, accompagna son geste de ces paroles : "Voila ce que nous avions". Il procéda ensuite au déversement du contenu d'un autre sac, de même dimension, révêlant un tas de cailloux tout en prononcant : "Voici ce que tu nous laisses".

Sa tête, exposée a Nouméa, servira ensuite d'objet d'étude aux anthropologues parisiens.

Sur l'ile, l'amiral Olry organisera la plus grande répression de l'histoire de la Nouvelle Calédonie. Le symbole d'Atai était fort, il symbolisait l'iniquité du partage des terres et la réalite coloniale.

Le symbole militaire de la statue d'Olry est fort.

Cette statue nourrit une amertume profonde, elle n'est pas l'expression d'une mémoire collective, sa présence au coeur de Nouméa expose tous les jours aux passants l'époque colonialeaujourd'hui révolue.

Sa visibilité sur la place publique ne contribue pas a l'unité ni a la célébration du destin commun comme elle le devrait mais nuit ostensiblement a la cohabitation paisible entreles citoyens.

Sa place n'est pas ici, elle devrait se trouver exposée dans un musée contant l'Histoire coloniale de la France. Elle est un lieu de mémoire a investir et a nourrir de notre volonté commune pour la paix. Déja, le 25 septembre 1974, le démantelement avait commencé puisqu'un bas-relief en bronze représentant des kanaks jetant leurs armes au pied du gouverneur Olry en signe de soumission avait été enlevé.

L'accord de Noumea est un processus de décolonisation original qui n'a d'égal nulle part ailleurs. A l'heure du transfert des compétences où se dessine un nouveau type de relation entre la Kanaky, ou la Kanaky Nouvelle Caledonie et la France. Celle-ci doit prendre ses responsabilités par un acte symbolique fort.

Nous demandons donc de retirer du square cette statue de l'amiral Olry

A l'image des plantes endemiques qui s'élèvent vers le ciel, ce beau jardin botanique du centre ville de Nouméa doit représenter des temps nouveaux, comme le projet de sociéte de ce pays qui est lui aussi unique !

Et sur lesnouvellescaledonniennes.com : "La statue de l'Amiral Olry descendue de son piédestal ?" lien ici 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
L’État a fait un cadeau insensé à Bolloré
L’État acquiert pour 31 millions d’euros les installations de l’oléoduc Donges-Metz qu’il devait récupérer gratuitement au terme de la concession octroyée au groupe Bolloré pendant vingt-sept ans. Pendant cette période, ce dernier s’est servi plus de 167 millions d’euros de dividendes.
par Laurent Mauduit
Journal — Extrême droite
Marine Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss