Juste pour vous informer que l'Édition :"Mémoires du Colonialisme", dont je suis un des rédacteurs, vient d´être dėclassée (la recommandation de cette édition par les abonnés accompagnée d'un reconnaissable petit soleil bleu ayant "sauté" pour je ne sais quelle raison) il y a quelques jours par le soin de son rédacteur en chef qui n'est autre que la Rédaction de MDP elle-même.

Ce qui a pour effet triste et immédiat de la faire disparaître de la Une générale dans la rubrique des Éditions recommandées par les abonnés.

Ce n'est hélas pas le meilleur moment, (quand la Guyane et ce qui s'y joue a le plus besoin de visibilité et notre plurinational peuple de soutien) de mettre un mouchoir sur une vision critique et alternative fondée à défendre son irrécusable insurrection.

Y est également pénalisée la visibilité les luttes océaniques transverses de nos dépossédés peuples frères calédoniens de Kanaky/Nouvelle Calédonie, de Polynésie française (Iles Marquises, Tahiti) et des Antilles françaises.

Je crains bien que le solide héritage culturellement anticolonialiste qu'Edwy Plenel tient de son père (M. Alain Plenel, alors courageux Vice-recteur de la Martinique ayant voulu inaugurer une école au Morne Rouge du nom de Marajo dans les jours qui suivirent la répression sanglante de décembre 1959 où trois jeunes martiniquais dont le petit Marajo, furent abattus comme à la parade par les forces publiques de l'État ; acte de solidarité avec le peuple martiniquais qui lui coûta sa carrière de haut fonctionnaire) n'ai été dilapidé superficiellement ailleurs, et que ce faisant, au moyen de censure pour le moins discrétionnaire, il ait fait son temps.

Soley'!

Pyèr.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Les commentaires sont réservés aux abonnés.