Kanaky-Nouvelle Calédonie. NATION.S est enfin Libéré sur grand écran.

Le film, qui a fait l'objet d'un net refus de la Commission de soutien à la création du Centre National du Cinéma, des commissions de la région Nouvelle Aquitaine et d’autocensure de la part des milieux de la production documentaire française (*), fait déjà polémique à 2 mois et 1/2 du référendum d'autodétermination du 4 octobre portant sur la décolonisation et l'indépendance du peuple calédonien.

" Aujourd'hui, ils entrainent nos jeunes dans des marches, pour dire, va voter ! Mais ici en Kanaky, depuis que Tea Kanaké a craché sur la lune, que la lune a fleuri, que l'homme-lézard est sorti du caillou, qu'il a dit qu'ici la coutume régit tout ce qui est vivant, la coutume régit chaque arbre, la coutume régit tous les cailloux que la France vole ici pour fabriquer des armes, pour fabriquer des têtes de balles avec le cobalt kanak. LA COUTUME ELLE DIT CECI : LA TERRE NE SE VEND PAS !!! ". (Extrait de la bande annonce NATION.S de Florent Tillon et Hélène Magne). " Aujourd'hui, ils entrainent nos jeunes dans des marches, pour dire, va voter ! Mais ici en Kanaky, depuis que Tea Kanaké a craché sur la lune, que la lune a fleuri, que l'homme-lézard est sorti du caillou, qu'il a dit qu'ici la coutume régit tout ce qui est vivant, la coutume régit chaque arbre, la coutume régit tous les cailloux que la France vole ici pour fabriquer des armes, pour fabriquer des têtes de balles avec le cobalt kanak. LA COUTUME ELLE DIT CECI : LA TERRE NE SE VEND PAS !!! ". (Extrait de la bande annonce NATION.S de Florent Tillon et Hélène Magne).

NATION.S

Documentaire de 90mn

 

" Le monde est une Zone à Défendre " Slogan coutumier Kanak.

 

Le documentaire NATION.S, tourné en Nouvelle Calédonie par Florent Tillon et Hélène Magne lors du premier référendum de 2018, s’intéresse particulièrement aux collectifs autochtones coutumiers traditionnels Kanak, trop souvent marginalisés dans les médias locaux ou internationaux.

Ceux que l’on appelle les indépendantistes « coutumiers » sont en réalité très nombreux en Nouvelle Calédonie, mais leurs démarches et leurs actions ne sont pas réellement reconnues. Ils sont en faveur de l’indépendance du pays, mais demandent l’application de la coutume comme système social, et non celui de la politique. Car la politique est selon eux un appareil colonial impliquant constamment des rapports de force qui divisent et affaiblissent le peuple kanak. Florent et Hélène auront ainsi passés 3 mois en compagnie de collectifs claniques bloquant des mines, des juristes animistes semant la pagaille au palais de justice, des révolutionnaires faisant sécession dans le plus grand secret, et même ceux du Vanuatu jamais très loin, bref, tous ceux que l’on appelle là-bas les « indépendantistes coutumiers traditionnels », désirant donc rompre avec la politique. C’est ainsi au beau milieu d’une élection référendaire aux enjeux industriels énormes que le film glissera des meetings urbains aux espaces coutumiers, tribu, occupations de mines, actions politiques, sans oublier au passage de faire rire ou d’émouvoir.

Les enjeux qui traversent actuellement la Nouvelle Calédonie sont au cœur des débats sur la décolonisation, sur le racisme ou le racialisme, la question de l’identité d’une forme de vie contre une autre, sur les droits autochtones bafoués mais pourtant parfois si efficaces contre certains projets miniers ou urbains. Le droit coutumier Kanak pourrait se résumer comme un droit de la « terre » : dans la coutume aucune terre ne saurait être vendue car la terre n’a pas de prix, et c’est bien cela qu’ils comptent défendre.

L’évacuation de la ZAD de NDDL se produisait alors que nous filmions Emmanuel Macron en visite sur l’Ile. La ZAD, Emmanuel Macron et la contestation, les blacks blocks, traversent également le film, et sont commentés par les Kanak, admirateurs de la ZAD, comme du Larzac en son temps.

Nous comptons projeter ce film tout le mois de septembre et d’octobre, afin d’être dans l’actualité du second referendum d’octobre 2020, en collaboration avec des cercles politisés kanak vivant en France, étudiants, travailleurs, militants. Les Kanak seront présents dans les projections autant qu’il se pourra, nous comptons sur l’ensemble des lieux camarades, amis, proches, afin de discuter ensemble à quel point la colonisation n’est pas que politique mais bien un phénomène anthropologique. En gros : que reste-t-il du colon dans l’esprit de chaque français, y compris militant ?

PS :

Rendez-vous est donné à Clermont Ferrand  le 26 septembre pour des projections-débats organisées par les kanak (venus de Kanaky-Nouvelle Calédonie et étudiants en France ) en présence d'anciens du Larzac, dont José Bové.

Invitation est ici faite à quiconque se sentirait d'organiser des projections-débats avant le prochain referendum d'autodétermination (à la française) du 04 octobre.

Pour contacter les auteurs à l'adresse mèl suivante : moinonplus@riseup.net

(*) Un argument critique entendu dans les milieux de la production était que ce film-documentaire ne représentait ni la Nouvelle Calédonie dans son ensemble, ni même la majorité des Kanak...

Vous pouvez voir la bande annonce du film ici :

Bande-annonce de NATION.S. De Florent Fillon et Hélène Magne. © Florent Fillon et Hélène Magne

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.