Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

415 Billets

3 Éditions

Billet de blog 21 oct. 2015

Line Legrand, ses droits fondamentaux sont entravés parce qu'elle est indépendantiste, est-ce donc une tare ?

À la Une de Mêdiapart le 22 juillet : "Une guyanaise handicapée en grève de la faim devant le parlement" http://www.mediapart.fr/journal/une/220715"Il me semble que la déclaration des droits de l'Homme stipule que nul n'a le droit de me discriminer parce que je suis noire, parce que je suis guyanaise, parce que je suis une femme, parce que je suis handicapée et que ma religion s'appelle Line Legrand ou parce que je suis indépendantiste, je ne veux point être paranoïaque mais je me pose des questions !" "Je ne suis pas venue en France en tant qu'indépendantiste, je suis venue en France en tant que réfugiée sanitaire. De la même façon que la France a accueilli en son temps Yasser Arafat reconnu alors par certains comme étant un terroriste, et pourtant, moi Line Legrand, je n'ai jamais tiré sur aucun homme !"Alors que le Tout-Paris glissantien, (celui qui est fidèle à la présence de l'héritage du poète militant indépendantiste de la Relation Édouard Glissant) en présence notamment de la Garde des Sceaux Christiane Taubira et d'Édwy Plenel le président de Médiapart, se recueillait  hier encore près des Champs-élysées, autour de l'avant première du court métrage documentaire "Poétique du Divers, ÉDOUARD GLISSANT" réalisé par Guillaume Robillard où l'on reconnaissait là son combat d'indépendance et d'émancipation poétique et politique comme étant des nécessités intellectuelles et esthétiques de la vie, celles qui ont par ailleurs poussé le peuple français à saisir Liberté en 1789,

Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans les jardins de l'hôpital Ambrois Paré, aujourd'hui. © 97 LAND.


À la Une de Mêdiapart le 22 juillet : "Une guyanaise handicapée en grève de la faim devant le parlement" http://www.mediapart.fr/journal/une/220715

"Il me semble que la déclaration des droits de l'Homme stipule que nul n'a le droit de me discriminer parce que je suis noire, parce que je suis guyanaise, parce que je suis une femme, parce que je suis handicapée et que ma religion s'appelle Line Legrand ou parce que je suis indépendantiste, je ne veux point être paranoïaque mais je me pose des questions !"

 "Je ne suis pas venue en France en tant qu'indépendantiste, je suis venue en France en tant que réfugiée sanitaire. De la même façon que la France a accueilli en son temps Yasser Arafat reconnu alors par certains comme étant un terroriste, et pourtant, moi Line Legrand, je n'ai jamais tiré sur aucun homme !"

Alors que le Tout-Paris glissantien, (celui qui est fidèle à la présence de l'héritage du poète militant indépendantiste de la Relation Édouard Glissant) en présence notamment de la Garde des Sceaux Christiane Taubira et d'Édwy Plenel le président de Médiapart, se recueillait  hier encore près des Champs-élysées, autour de l'avant première du court métrage documentaire "Poétique du Divers, ÉDOUARD GLISSANT" réalisé par Guillaume Robillard où l'on reconnaissait là son combat d'indépendance et d'émancipation poétique et politique comme étant des nécessités intellectuelles et esthétiques de la vie, celles qui ont par ailleurs poussé le peuple français à saisir Liberté en 1789,

Line Legrand endure ses péripéties de poète-SDF sur le sol français depuis le mois d'octobre 2013,  celles-ci ont conforté sa foi dans l'indépendantisme pour son pays qui, s'il n'était pas maintenu dans l'indigence et la mendicité, aurait disposé de ses ressources, de ses moyens propres et de son avenir pour subvenir à ses besoins, à sa détresse.

 "Il est vrai qu'en tant que personne (fût un temps) indépendante, physiquement, intellectuellement et financièrement, on m'a régulièrement mis des bâtons dans les roues. Mais devrais-je me renier moi-même pour ménager la susceptibilité de certains ? Je suis ce que je suis, et je le resterai. Devrais-je en perdre la vie".

 Line n'est pas n'importe qui : Elle crée en 1992 en Guyane la première entreprise d'insertion de la jeunesse par le bâtiment à l'âge de 24 ans.

À la même année elle a sacrifié sa formation d'ingénieur en militant pour que le CNAM-Guyane (Conservatoire National des Arts et Métiers) ne dépende plus des Antilles, lui donnant son indépendance à former les jeunes guyanais jusqu'à aujourd'hui.

 En 1996 elle participe à la lutte active pour le Rectorat de la Guyane et compte parmi les tous-premiers blessés de la Répression de novembre.

 En 2008 elle organise les activités périscolaires de 5 écoles de la commune de Matoury (la 3ème la plus importante du pays) en éduquant les petits écoliers guyanais contre l'aliénation de la société de consommation en organisant l'opération "la fin du sachet en plastique" qui fût remplacé par le sac en arouman en faisant intervenir un artisan amérindien animateur à ses propres frais pour la transmissions du savoir faire ancestral que nous avons perdu.

 En 2010 : elle monte un potager éducatif, et fait venir un ingénieur agricole qui enseignait aux élèves la mémoire des  insecticides et engrais naturels que les gangans (les anciens) utilisaient. 

Elle réalise ce projet de retour à culture culinaire créole guyanaise en y produisant ses propres légumes pour cuisiner le plat  national, le Bouillon d'Awara (par opposition aux sandwichs, fast-foods etc..)

En septembre 2011, toujours pour la sauvegarde de nos traditions guyanaises, elle présente au président du Conseil Général le projet de mise en place d'un ferme-école et obtient son accord de principe pour l'attribution de 100 hectares sur la commune d'Apatou située dans la basse vallée du fleuve Maroni 

"Sa ki konnèt mo savé, mo pa gen anyen ka prouvé".

"Tous ceux qui doivent me connaître, savent".

 "Alors, vous savez ; Autant j'étais prête à me sacrifier pour la Guyane, autant aujourd'hui je me sacrifierai pour mes droits dans ce pays qui s'appelle la France".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz