Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

415 Billets

3 Éditions

Billet de blog 23 mars 2016

Alain Michel, un des pères vivants de la Nation guyanaise nous a quitté

Leader du Parti National Populaire Guyanais (PNPG), premier adjoint de la commune forestière de St Élie, Président de l'Association des communes minières de la Guyane, anticolonialiste absolu à imposer l'adéquation des besoins avec les moyens du pays, Alain Michel est décédé des suites d'une longue maladie à son domicile de Rémire-Montjoly. Voir "Alain Michel, mort d'un militant" sur France-Guyane

Pierre Carpentier
MÉMOIRES DE L'EAU. "Les songes de nos vivants prennent à l'eau, la source et le sel ! À la terre, le sang et la force ! Au vent, nos sacrifices livrés en confiance. Assez de ces supplices ! Les poèmes ne sont pas fait pour les chiens ! Ils portent nos libertés souveraines ! lls sont le parfum de nos royaumes ! Sois vaillant à la tâche attaquante que nous te confions ! Les dominations nous mitraillent encore mais tu répondras à ce juste tourment du devoir ou détourne toi à jamais de notre appel ! En toutes directions que tu choisisses tu nous reviendras et nos comptes te seront remis ! Pour notre générosité, tiens en partage le calme des eaux !". (Extrait "d'IRACOUBO. L'Épicentre des Eaux", 2014). " MAIS ALORS, LA GUYANE ? Une infinité que nous imaginons gorgée d'eaux et de bois. Les Guyanais demandent que les Martiniquais et les Guadeloupéens les laissent en paix. Nous avons pas mal colonisé de ce côté. C'est pourtant comme une attache secrète que nous avons avec le Continent. Une attache poétique, d'autant plus chère que nous y renonçons. D'autant plus forte que fort sera le poids des Guyanais dans leur pays. Des chants comme des rapides à remonter, des poèmes comme autant de bois sans fond." ÉDOUARD GLISSANT in LE DISCOURS ANTILLAIS (P 775).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une générale de Médiapart le 23/03 lien ici : 

Alain Michel nous avait offert cet article : "À propos de l'Affaire  REXMA" paru depuis le 04/09/2013 sur Médiapart, lien ici : 

Et au JT de Guyane 1ère du 22/03 à partir de 7mn, 11sec, lien ici : http://m.pluzz.francetv.fr/videos/jt_guyane_,137965083.html

La Ine du 23/03.

COMMUNIQUÉ DU MODEMAS (Mouvement des Démocrates et Écologistes pour une Martinique souveraine)  

SUITE AU DÉCÈS DU MILITANT ALAIN MICHEL

Le 22 mars 2016, Alain Michel nous a quitté pour entreprendre un autre voyage.

Le MODEMAS salue la mémoire de ce grand militant de la cause nationale guyanaise.

Nul doute qu’il fera cette nouvelle route avec la détermination sans faille que nous lui connaissons tous, d’un pas ferme et digne les yeux grands ouverts remplis d’empathie et de bienveillance pour ses semblables.

Car ce militant anti colonialiste épris de liberté et de justice s’est toujours trouvé du côté de ceux qui luttaient pour leur droit défendant inlassablement leur cause sans faillir.

Sa verticalité lui a valu d’être de ceux que l’Etat français a voulu réduire au silence, voir détruire suite aux incidents qui ont émaillé la grève des étudiants de Guyane en 1996.

Mais Alain MICHEL a su, en militant convaincu, rester ferme et demeurer campé sur ses convictions.

Il restera toujours pour nous une grande figure symbolisant tout à la fois, la ténacité, le courage, la dignité.

Que la terre guyanaise lui soit légère et douce !

G.MALSA

Président du MODEMAS

"Coup dur pour le camp patriotique Guyanais, je viens d'avoir deux patriotes dont un ancien prisonnier politique qui m'ont annoncé le décès d'Alain MICHEL, sa célèbre citation deviendra immortelle pour toujours "I gen yé, I gen nou" pas de compromission."

"Aux frères, soeurs et camarades de la lutte de libération politique du pays Guyane, je m'autorise à en citer quelques uns David, Mayo, Monique, Gègèt, Alfons et les autres qui attachent autant d'importance à la vie et la mort de ceux qui s'émancipent dans le combat, qui n'est pas un sacrifice pour nous car nos actions sont en communion avec nos pensées, mais pour notre famille, oui c'est un sacrifice, alors continuez ce chemin, il renforce nos liens et au bout il y a la liberté. 

Alain a donné l'exemple comme tant d'autres, dans toutes ses actions il est demeuré fidèle à la même volonté de libérer notre Guyane contre l'infraction coloniale de l'État français et Européen, comme d'autres il a achevé son cycle terrestre mais son histoire continuera avec nous.

Longue vie à la lutte de libération nationale et totale. Loin de mon pays mais présent avec vous jusqu'à la fin de la cérémonie.

A l'injustice colonialiste, je réponds, lutte de libération nationale Totale ! "(Apa Mumia-Makéba sur Facebook)

Pierre Michelon (sur Facebook ) : "Je ne sais pas bien si cela pourra rendre hommage à Alain Michel qui nous a quitté hier. Une pensée pour lui, sa famille, et le souvenir chaleureux des conseils et des entretiens qu'il avait bien voulu me donner, ici un extrait"

Entretien de Pierre Michelon et d'Alain Michel du 14 septembre 2011.

Alain Michel :

—Il faut observer une logique dans la lutte anticolonialiste. On ne peut pas penser que le colonialisme a disparu, que l’on n’est plus dans une situation coloniale, que les choses ont changé. Ce qui a changé, ce qui a varié, ce sont les degrés.

Le système colonial a varié de degré mais il n’a pas changé de nature. Tout dans son comportement, dans sa manière d’être, sur le plan économique, sur le plan politique, sur le plan culturel, est toujours — sous des formes diverses — approprié à sa nature et correspond à sa nature.

Voilà. Et la victoire sur le degré n’est pas une victoire sur la nature. C’est-à-dire couper la branche de l’arbre n’est pas abattre l’arbre."

Pierre Michelon : — La victoire sur le degré, vous parlez de la départementalisation ? Par exemple ?

Alain Michel : — "Non, la départementalisation n’est qu’une manifestation de ce qu’est la colonisation. La décentralme de colonisation. D’ailleurs, les Français eux-mêmes, le gouvernement français — je leur ai dit, à Penchard, à d’autres ministres — : “Vous nous avez identifiés”. Vous pouvez retourner le problème comme vous voulez, nous sommes identifiés comme colonisés : pourquoi je porte comme numéro —ce que je considère comme un numéro d’écrou mais je dis numéro d’identification — le 97 / 3 ? Martinique : 97 / 2 ? Guadeloupe : 97 / 1, l’autre 97 / 5, 6. Si c’est une affaire de géographie, mettez la Corse 97 / 8 et Penchard devient aussi Ministre de la Corse. Donc c’est vous qui nous avez identifiés."

Poème-hommage de Raymond Charlotte :

FA YU TAN BAA ALAIN MICHEL

Mai 1968 à Paris

Recadrage du mental

des victimes de la colonisation,

de l’oppression.

Il est quatre heures du matin

des travailleurs et étudiants

entament le Ka,

le so, le kalawasi

wa wasa

mi wani sabi

dans une pièce djokoti

de la rue Beaubourg,

Dèrò des techniciens maliens

d’hygiène et de salubrité

balai en main.

Une  simple décision,

occupation

de la jeune Guyane

sur proposition

de l’ex secrétaire

de cette association.

Kuraj o du combattant

Alain Michel,

qui fait  l’unanimité

à la section de Paris

de l’Union des Etudiants Guyanais.

Paris capitale des ordonnances

à exécution de la cour d’exception

 de déportations,

d’emprisonnement,  

d’ algériens,

polynésiens

 martiniquais,

 guadeloupéens,

 Guyanais

Kanaks.

La France prétendue

 pays du droit universel humain

incarne le régime de Vichy.

J’ai retrouvé

dans cette matrice sécuritaire

en ligne d’attaquant

sous le flambeau au bambou

une mèche digne de liberté,

 l’Association

 Générale des Etudiants Guadeloupéens,

milieu de terrain

 l’Association Générale des Etudiants Martiniquais.

 En ligne de mire

le Bumidom,

symbole de l’expatriation,

de générations.

En Guyane, un plan de substitution

sous Robert Vignon

homme lige de l’exode humain,

des forces vives, inconscientes

de la nation guyanaise

 occupée  occupée

par l’Etat colonial français.

Baa Alain Michel kasé sa.

Jodla a l’Adom

épi pôle emploi ké l’armée

ka fè li.

Cinq heures trente remise

des clefs de la porte cossue

par le frère de combat

recruté fraichement

à Raymond CHARLOTTE

Vlaw,

occupation des lieux

par des nationalistes guyanais :

Confiscation de documents

compromettants.

Muché Lisyen Prévo

ba nu nu papyé

a di nu, a di nu.

Muché Lisyen Prévo

Ba nu nu papyé

Nu payé viré.

Zorey ki pu tandé.

Tandé tandé.

Aux années 70

Un mouvement de grève

sur le port

 de Kamalakuli

face au Maroni

 au ciel dégagé

arrivé

 d’Alain Michel

avec sa queue de cheval

 à vélo, vélo, vélo

Patron pa ka fè zot añyen.

I ka voyé jandarm

nu pa pè yé.

Mo la ké zot.

Détermination

amélioration

du panier docker

de la sécurité des agents,

A sa nu lé.

Pas de tam

 pas de mi

 pas de kro

Krok janmb

Abrasé, abrasé.

Sa voix percutante

lui facilite un attroupement

de militants.

Explication,

communication

autour du drapeau guyanais

à Kamalakuli

loyauté à notre patrie

a so travay ké rot mun.

Pa bliyé  retenu

retenu par l’Etat

 colonial français

en  1996 et 1997

dans la prison de Ducos

le collectif de soutien

aux emprisonnés guyanais

a joué un rôle déterminant,

j’ai dû menacer Marc Vizzy

ancien sous-préfet,

conseiller à la rue Oudinot

de mettre Cayenne

Cayenne, fidèle

au saveur de sapotille

sans aucune dégustation

si l’obtention

de remise

 en liberté

n’est pas acquise.

A l’heure de la sortie

 des patagay, et parassis

le téléphone sonne

soñen téléfon.

La haine du colonisateur levée

apparition et libération

Fa yu tan baa Alain Michel

Cayenne le 14.02.2015 modifié le 15&16.02.2015, relu le 23/10/2016 à 10h.  Raymond CHARLOTTE

Communiqué de presse du MODEMAS. © Garcin Malsa.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose