Guyane : les autochtones demandent des excuses et audience au président Alexandre.

À l'occasion d'une rencontre avec les Guyanais expatriés en France le président de la Collectivité Territoriale de Guyane, M. Rodolphe Alexandre accompagné du député M. Gabriel Serville, s'en est directement pris aux amérindiens en les accusant d'avoir été manipulés par les écologistes pour exiger leurs droits sur la plante Couachi de surcroît piratée et brevetée par l'IRD...

Voir sur franceguyane.fr : Les Guyanais de Paris mobilisés.

"La collectivité expose ses difficultés et ses espoirs à Paris"

Communiqué de presse des associations autochtones de Guyane 1/2 Communiqué de presse des associations autochtones de Guyane 1/2

2/2 2/2

PS :

Les États Généraux de la Guyane (EGG) doivent aussi être le lieu où l’autochtone (les amérindiens) sera privilégié non seulement parcequ’il est rendu à un stade de survie ultime face aux colonialismes et à la modernité partout sur la planète, mais surtout parcequ’il est le garant le plus sacrifié de notre conscience collective liée à notre environnement naturel. C’est un préalable et un engagement que tout élu.e guyanais.e ou simple compatriote doit prendre en haute considération, il est indispensable de le comprendre, de le reconnaître et de le défendre au même titre que l’ONU pour construire l’avenir de notre pays.

Ou encore en d'autres termes ; l'Autochtone, dans sa définition qui émane de l'ONU, est protégé dans le monde entier, car c'est l'être humain le plus "fragile" face aux colonialismes et aux menaces que fait peser sur lui la modernité. C'est en quelque sorte un "privilège" qui lui est reconnu pour le bien de notre conscience commune.

C'est un préalable capital qu'il est important de respecter dès aujourd'hui dans la construction composite de la Guyane

Soley’ !
Pyèr.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.