Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

256 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 déc. 2012

RUMP, la croupe de l’UMP, le coup de fion

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« La démocratie, le pire des systèmes à l’exception de tous les autres. »

           Winston  Churchill

L’UMP, on ne le sait plus, ou presque plus — mis à part les initiés, les affidés et autres hiérophantes de ce parti politique —, c’est le sigle pour dire l’Union pour un Mouvement Populaire. Depuis une dizaine de jours, depuis le vote des militants pour élire le président du parti, c’est peu de dire que l’UMP en voit de toutes les couleurs, au-delà même du spectre bleu-blanc-rouge convenu. Au cours du règlement de comptes qui suivit le décompte des voix, un décompte pour le moins faussé si l’on en croit toutes les manœuvres illicites sans oublier les omissions de la COCOE, la fameuse commission de contrôle coupable d’avoir d’oublié les voix de trois fédérations d’Outre-mer (soit celles de Nouvelle-Calédonie, de Mayotte et de Wallis-et-Futuna), on apprit de la bouche même de François Fillon qu’un parti ne devait pas être une mafia, ce qui suggère que l’UMP entrait dans cette catégorie-là. L’UMP, une mafia ? Allons donc !  La fracture à laquelle on assiste  à l’UMP depuis l’auto-proclamation de Jean-François Copé à la présidence du parti ne fait jamais que souligner la ligne de démarcation qui sépare la droite traditionnelle, une droite plus « vieille France » qu’incarne François Fillon, et une droite « décomplexée », pour reprendre le mot de Jean-François Copé, une droite plus à droite, au point de franchir sans complexe la ligne discontinue qui la sépare de l’extrême droite, où circule gaillardement le Front National. Cette fracture à l’UMP n’est jamais que l’héritage de NicolasSarkozy depuis son virage à droite lors de la dernière campagne électorale pour la présidence de la République, une stratégie largement inspirée par Patrick Buisson, conseiller officieux de l’ex-président dont les affinités avec l’extrême droite ne sont plus un secret. Il y avait donc bien une faille à travers l’UMP qui séparait ceux qu’on allait appeler les Fillonnistes des autres, les Copéistes, une faille que le séisme de la mauvaise gestion de l’élection pour la présidence du parti allait révéler au grand jour, une fracture qui n’eut de cesse de s’élargir les jours suivants le cataclysme à l’UMP pour devenir une plaie béante entre deux camps, un abîme entre deux clans que tout semblait opposer. Il y eut bien une tentative de médiation esquissée par Alain Juppé appelé en renfort pour essayer de refermer les lèvres de la plaie, mais ce dernier déploya si peu d’empressement dans cette mission impossible que la médiation en resta au stade de la tentation. Finalement, il ne restait plus que Nicolas Sarkozy, le seul dont le charisme politique pouvait faire des miracles, lequel somma Fillon et Copé de parvenir à un compromis pour ne pas envoyer l’UMP par le fond. C’est alors que François Fillon eut une idée lumineuse, l’idée de donner un nom au groupe de dissidents dont il était le chef et qui menaçait de faire sécession d’avec l’UMP copéiste : le groupe reçut RUMP comme nom de baptême (RUMP, pour dire selon toute probabilité Rassemblement pour l’UMP). Mais voilà, dans son empressement, François Fillon le baptiste avait oublié que nous vivions dans un monde global où tout se côtoie ou presque, un monde plurilinguistique que domine encore l’idiome anglais en attendant que le mandarin prenne la relève. Or, dans l’idiome dominant du moment, le vocable rump signifie croupe (d’où le rumsteak, tiré de la croupe du bœuf). Le RUMP désigne-t-il la croupe de l’UMP ? La partie arrondie, douce et moelleuse de ce corps politique d’une rectitude sèche qui parfois rebute l’humaniste, la seule partie qui semble faire appel à toute la tendresse humaine. Mais voilà, s’il n’y a pas loin de l’UMP à la guerre de tranchée, il n’y a pas loin non plus de la croupe au coup de pied derrière, un peu comme si Fillon avait voulu mettre la dernière main au naufrage final, le coup de fion.

Pierre CAUMONT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Liberté d'expression : en Inde, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr