Pierre Caumont

autre

Domaize - France

Sa biographie
Au fond, on n’est jamais qu’à la surface de soi.  Il nous faut plonger au fond de nous-mêmes pour ramener en surface ce que nous sommes en vérité. Le fond, c’est l’âme. Cela évoque une formule de Démocrite : « La vérité gît au fond de l’abîme ». L’âme, notre abîme intime, insondable abîme. Ma vie est agitée par trois préoccupations : le verbe, la musique, l’image. Voilà ce qui m’habite. « Si nous habitons un éclair, il est le cœur de l’éternel », murmure René Char, depuis sa Sorgue du Royaume des Morts. L’important est là : le présent, c’est le seul présent que nous fait le temps qui passe, le temps qui ne fait que passer. Alors pensons-y, sachons habiter l’éclair de notre vie, de notre existence. Notre vie est un peu comme le filament de l’ampoule : puisse-t-elle nous éclairer sur nous-mêmes sans se consumer.  Pierre CAUMONT
Son blog
57 abonnés Mercuriales
Voir tous
  • L'arrière-cour du coronavirus

    Par
    Depuis que le coronavirus a mis à mal notre civilisation globale en en révélant les fragilités structurelles, la langue française, comme si elle aussi avait été atteinte par la pandémie, n’a de cesse de générer des aberrations linguistiques contagieuses.
  • La grande muette ouvre la gueule et montre les crocs

    Par
    La polémique issue de la tribune de militaires parue dans Valeurs actuelles 21 avril dernier a un côté surréaliste. Rappelons le le 21 avril 1961, soit 60 ans plus tôt, jour pour jour, eut lieu le putsch d’Alger fomenté par des généraux pour renverser le général de Gaulle.
  • Le vilain petit canard

    Par
    Lors des « journées portes ouvertes » à Médiapart, mercredi 2 décembre, où le site était accessible à tous, Edwy Plenel a déclaré lors d’une visioconférence avec des journalistes de la rédaction : « Nous décrédibilisons la parole publique  en révélant les dysfonctionnements de l’État dans sa gestion de la pandémie, son impéritie, ses mensonges (…)
  • L'éclaboussure

    Par
    Les mots ont un sens dont les  médias mésusent. Une bavure, c’est ce qui déborde et laisse des traces. Comme une trace d’encre qui  s’étale en débordant hors du motif d’une lettre lors de son impression. Une bavure policière, c’est une intervention policière qui déborde du strict cadre de la loi pour dégénérer en violence.
  • Odieux

    Par
    Que d’horreurs l’être humain n’accomplit-il pas au nom d’un Dieu bien susceptible, il faut croire, irascible et vengeur, loin, bien loin  du dieu miséricordieux comme en parle le Coran, et beaucoup plus près d’une divinité infernale antique, comme le Moloch des Cananéens.