Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

256 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 juil. 2020

La Lorelei de TF1

Anne-Claire Coudray, qui a remplacé Claire Chazal en 2015 au journal télévisé de TF1, est devenue une tête à claques dans sa manière d’interviewer les hommes politiques sur le plateau de TF1.

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Péremptoire, insolente, agressive comme elle le fut dans sa manière d’interviewer vendredi soir dans son JT le nouveau premier ministre, Jean Castex, tout juste nommé par Emmanuel Macron pour remplacer Édouard Philippe. Avant même d’être confronté au casse-tête de la gestion socio-économique de l’après Covid-19, le nouveau premier ministre dut faire face stoïquement à la figure de proue féminine de TF1 qui n’eut de cesse de lui adresser des piques peu amènes avec des questions aussi ineptes et peu courtoises comme : « Emmanuel Macron vous a-t-il nommé premier ministre pour que vous ne lui fassiez pas de l’ombre » ? Que répondre à pareille question qui plonge dans l’ombre l’intelligence humaine élémentaire ? À vouloir ne pas passer pour une figurante  sur le plateau de TF1, à ne pas passer pur une potiche face à un responsable politique, Anne-Claire Coudray, qui coupe à l’envie la parole à ses invités, se révèle d’une rudesse et d’une impolitesse qui relèvent d’une véritable stratégie de communication.  

La jeune femme a des airs de murène derrière son brushing impeccable de reine du journal télévisé, et sa manière de conduire ses entretiens avec des responsables politiques sur le plateau de TF1 tient plus de l’art du rétiaire dans l’arène que du journalisme (audiovisuel) digne de ce nom. Claire Chazal, qu’elle a remplacée en 2015, avait une élégance sobre que sa successrice n’a pas, elle, elle dont l’approche est cousue de fil flanc, grossièrement couturée même. À côté, le style de Claire Chazal dans sa conduite des entretiens politique relevait presque de la haute couture.  Il y a là dans cette manière de traiter l’information un abaissement singulier du journalisme qui s’inscrit dans l’air du temps, qui empeste le populisme. Et TF1, qui caresse les téléspectateurs dans le sens du poil, développe, un journal télévisé de plus en plus populiste pour élargir son audience. Anne-Claire Coudray est le fer de lance, l’éperon de TF1 dans cette stratégie de la première chaîne française qui procède à un nivellement par le bas du débat public qu’il n’hésite pas à l’envoyer par le fond.  Anne-Claire Coudray est parfaite dans son rôle de Lorelei qui précipite la perte des téléspectateurs emportés par le courant de TF1 jusque vers les chutes du débat public à la télévision. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik