Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

256 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2020

Le vilain petit canard

Lors des « journées portes ouvertes » à Médiapart, mercredi 2 décembre, où le site était accessible à tous, Edwy Plenel a déclaré lors d’une visioconférence avec des journalistes de la rédaction : « Nous décrédibilisons la parole publique  en révélant les dysfonctionnements de l’État dans sa gestion de la pandémie, son impéritie, ses mensonges (…)

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sapons l’autorité de la parole officielle par les enquêtes que mène Médiapart ».

Il a déclaré cela sur un ton réjoui, avec un sourire entendu, comme s’il en tirait satisfaction. Que faut-il comprendre par là précisément ? Qu’il y aurait, de la part de Médiapart, dans la manière de mener ses enquêtes journalistiques, l’intentionnalité de porter atteinte à l’autorité de la parole officielle pour affaiblir le pouvoir ? Ou bien que l’affaiblissement de la parole publique découlerait de ce que révèlent les enquêtes de Médiapart ? Ce qui est tout à fait différent.

L’affaire Cahuzac, révélée en décembre 2012 par les enquêtes de Fabrice Arfi à Médiapart, a-t-elle été déclenchée par la volonté de décrédibiliser l’autorité politique sous la présidence du Président Hollande ou bien, en dénonçant les agissement de l’ancien ministre, par celle de mettre à l’écart un homme qui n’était pas à sa place dans un gouvernement digne de ce nom ?

En d’autres termes, cette affaire a-t-elle été révélée dans le souci de l’intérêt général en écartant un ministre qui, à titre privé, faisait l’exact contraire de ce qu’il préconisait publiquement, ou pour affaiblir le pouvoir en place à l’époque ?

S’il semble inévitable que la poursuite de la vérité des faits en matière politique aboutisse, parfois, à écorner passablement l’image des femmes et des hommes politiques, que ce soit le prix à payer, pour ainsi dire, c’est une tout autre chose d’apprendre que le but poursuivi par Médiapart ne consiste pas tant à informer les citoyens sur la réalité du monde politique que de chercher à affaiblir l’autorité du pouvoir, de le « saper », comme Edwy Plenel semble le laisse entendre dans sa déclaration. Car le cas échéant, il convient de parler de militantisme anti-pouvoir pur et simple, d’activisme politique, non plus de journalisme. Si tel est le cas, c’est grave.

Si Edwy Plenel s’enorgueillit d’abaisser la parole publique, c’est grave, car ce faisant, en confortant la défiance des Français dans la parole officielle, Médiapart contribue à alimenter le complotisme ambiant, le conspirationnisme qui prospère à travers les réseaux sociaux, ces rouages ténébreux qui colportent l’ignorance et l’obscurantisme. On est là bien loin de la mission d’utilité publique d’un organe d’information digne de ce nom.  

Médiapart a le droit de critiquer les dysfonctionnements de l’État français dans sa gestion de la pandémie, de pointer du doigt son impéritie, mais accuser les autorités d’impréparation pour un événement imprévisible, une situation sans précédent depuis la grippe espagnole au début du XXe  siècle, c’est une lapalissade. Est-il un seul pays au monde dont la gestion de la pandémie soit au-dessus de tout reproche ? Certes, il y a eu au début le cafouillage sur les masques dont les autorités ont affirmé qu’ils ne servaient à rien, parce qu’on en manquait tout simplement. Mais ce mensonge-là ne justifie pas que l’on discrédite tous les efforts que le pays a fournis depuis pour surmonter autant que faire se peut cette crise inédite. Il y a de la part de Médiapart comme une complaisance à rendre les autorités françaises responsables de tout ou presque, une médisance à leur égard qui relève de l’acharnement pathologique. Pour un média dont la mission supposée consiste à informer les citoyens en rendant compte objectivement de la situation socioéconomique et politique du pays, il y a là un dévoiement considérable. Si l’affaire Cahuzac a révélé comment un ministre délégué chargé du Budget pouvait se dévoyer, le traitement de l’information par Médiapart au sujet de la gestion de la crise sanitaire par l’État français est également un scandale en soi par cette permanente mise en accusation. Comme si cela relevait d’une affaire personnelle entre Médiapart et les autorités. Médiapart, qui se plaît à canarder tous azimuts,  à l’image des Mediapart Awards,  ce petit jeu de ball-trap numérique du plus mauvais goût qui consiste à épingler des personnalités politiques pour leur travers et à caresser la vindicte populaire dans le sens du poil, Médiapart joue le rôle du vilain petit canard dans la basse-cour de la presse française.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB