Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

256 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2012

Au nom de la rose

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelle joie, dimanche 6 mai à 20 heures ! Quelle fulguration de pure joie dans le ciel bas et lourd de la Sarkozie. On eût dit que, soudainement, par l’opération des urnes, l’air fleurait bon la rose et qu’un puits de lumière était apparu à un moment crépusculaire.  Un coup de tonnerre à gauche, coup de cœur, coup de sang heureux, qui faisait écho à un certain 10 mai 1981, quand un autre François, Mitterrand celui-là, fut élu président de la République. Quel meilleur choix d’ailleurs qu’un homme portant le prénom de François pour affranchir la France de toutes les servitudes et les turpitudes d’un pouvoir corrompu ?  

C’en était fini du personnage secoué de tics nerveux, qui confondait agitation et action, fini de cette France fourbe, à l’image de l’affiche de campagne de son champion, dont le portrait flavescent aux traits tirés évoquait le profil carnassier d’un lycaon en fin de règne.  Adieu félonie, adieu Sarkozy et sa France gauchie ! Faisons bon accueil à François et à une France plus franche, plus juste, plus droite. Espérons aussi que la Justice pourra assainir le réseau d’égouts secrets que la Sarkozie a développé dans l’ombre.  

Il semblerait que, pour parler des partisans de Hollande, il faille dire hollandais et non pas hollandistes, c’est en tout cas la recommandation de Bernard Pivot. Que la France soit hollandaise alors,  mais sans jamais sombrer dans les platitudes et tout en gardant ses hauteurs de vue. Que la France soit hollandaise mais en restant la France, c’est-à-dire avec toute sa diversité, son hétérogénéité, même quand cela est source de difficultés.

Une chose quand même ne manque pas d’alerter ceux qui ont des oreilles pour écouter, c’est le discours d’adieu que tint le président battu, à la Mutualité, devant ses militants, le soir du 6 mai. La substance de son propos, dont de nombreux observateurs ont déclaré qu’il avait l’accent de la vérité, portait moins l’empreinte d’un homme d’Etat ayant le sens des  responsabilités que celle d’un homme ayant joui de la potion magique du pouvoir jusqu’à la lie, d’un homme ayant en commun avec les rock stars le même goût pour l’ivresse, l’ivresse de la foule quand elle porte aux nues ses idoles. Nicolas Sarkozy, dans ce discours, donne l’impression d’avoir recherché le pouvoir non pas pour en faire quelque chose, mais pour en jouir, tout simplement, à titre personnel, pour se sentir gonflé, investi, possédé presque par ce pouvoir, dans une quête de toute-puissance. Une volonté de puissance qui, dans les faits, s’est plus traduite par un désir de puissance dans la stature, dans la posture, que par une réelle capacité d’agir, ce qui n’est guère étonnant dès lors que le pouvoir, au lieu d’être un moyen pour servir de levier, devient une fin en soi. L’agitation frénétique dont le président sortant a fait montre durant toute sa mandature servant d’alibi pour justifier les pouvoirs que le costume de président lui conférait, un peu comme s’il avait endossé le costume d’un super-héros des comics américains. Pour Nicolas Sarkozy, grand amateur de bains de foule, la France était avant tout ce gisement vivant, ce vaste réservoir où il semblait puiser son énergie vitale. À tel point qu’il lui arrivait même de se prendre pour la France, lui qui parlait en son nom pour étoffer ses propres rêves de gloire. Nicolas Sarkozy rêvait non pas de redresser la France, mais de la dresser tout court. Il se prenait pour un dompteur de fauves. Seulement voilà, le grand fauve qui venait lui manger dans la main s’est rebiffé, il est allé se chercher un autre maître en la personne de François Hollande. Gageons que le président élu ne traitera pas le peuple comme un simple gisement d’énergie vivante, mais comme une multitude d’êtres humains vivant ensemble dans un espace commun qu’on appelle la France. Gageons que François Hollande ne sera pas simplement un bon maître mais quelqu’un à l’écoute du pouls réel du pays, quelqu’un qui saura emmener la France sur les chemins du rétablissement, même si cela prendra du temps en cette époque troublée. Il n’y a d’ailleurs pas de maître pour la France, mais que des serviteurs, bons ou mauvais. Et c’est bien là que réside tout le problème : le président sortant, en jouant au maître, a rendu un bien mauvais service à la France.   

Pierre CAUMONT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Liberté d'expression : en Inde, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND