Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

256 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 oct. 2017

Les plaies de l'Europe

Il n’est nul besoin d’être docteur en droit pour prendre le pouls de l’Espagne concernant la Catalogne et mesurer la tension du sujet avec les risques de complication que celle-ci est susceptible de provoquer au vu de la déclaration faite mardi soir au parlement de Catalogne par Carles Puigdemont

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il n’est nul besoin d’être docteur en droit pour prendre le pouls de l’Espagne concernant la Catalogne et mesurer la tension du sujet avec les risques de complication que celle-ci est susceptible de provoquer au vu de la déclaration faite mardi soir au parlement de Catalogne par Carles Puigdemont, président de la région, une déclaration d’indépendance de la Catalogne mais dont l’indépendance ne prend pas effet sur le champ, une déclaration d’indépendance « symbolique » dans l’attente de pourparlers avec Madrid. Autrement dit, cette déclaration qui sursoit à l’indépendance ne déclare rien d’autre que ce qui est déjà là en puissance, à savoir, la volonté d’une partie de la population catalane à réclamer l’indépendance. On croirait une sorte de poker menteur. C’est une déclaration qui n’a de but que de provoquer une réaction de Madrid pour poursuivre le bras de fer entre le pouvoir central et la région rebelle.  Le problème, c’est que le référendum, interdit par Madrid, qui a certainement dissuadé une partie de la population d’y participer, ne permet pas de mesurer précisément la proportion des Catalans en faveur de l’indépendance. Le résultat de cette consultation, qui crédite les « oui » de 90 %, ne se fonde que sur la participation de 43% de la population catalane, et, partant, ne signifie par grand-chose. Comment les indépendantistes peuvent-il prétendre avoir gagné et en inférer que la majorité des Catalans sont pour l’indépendance de la Catalogne ? Ils ne font que présumer, que préjuger. Le pouvoir central serait bien inspiré de mesurer véritablement la proportion de la population de la région qui souhaite faire sécession et celle qui demande seulement une autonomie accrue de la région en demeurant au sein de l’Espagne au lieu de poursuivre cette politique de l’autruche autiste qui ne mène à rien sinon à renforcer la posture des jusqu’au-boutistes des deux bords, ce qui déboucherait inévitablement sur une détérioration de la situation et finirait par engendrer des troubles sociaux.

Quant à l’Europe, comment peut-elle jouer un rôle de médiation dans cette affaire sans reconnaître implicitement un statut à la région Catalane que celle-ci n’a pas juridiquement alors que l’Espagne est en réalité son seul interlocuteur au Conseil de l’Union européenne ? En outre, si médiation il devait y avoir, cela pourrait créer un précédent et déclencher un mouvement de fractionnement de l’Europe dont on pourrait craindre une balkanisation qui ferait voler en éclats l’Union européenne. D’une certaine manière, le mouvement sécessionniste de la Catalogne est un défi lancé à l’Europe dont la force repose sur l’Union. Ce que la situation de la Catalogne porte en germe, c’est la désunion. Et l’Europe ne craint rien de plus que la contagion de la désunion qui mettrait en péril la nature même de ce qu’elle incarne : l’union. Après le retrait de la Grande-Bretagne, partenaire privilégié de l’Europe même si la Grande-Bretagne n’en était pas membre, comment accepter qu’une région comme la Catalogne se sépare de l’Espagne et entre dans la cour des États européens alors qu’on ne sait pas même ce qu’il en est de la position de l’Écosse vis-à-vis de la Grande-Bretagne après le Brexit ? Comment penser le Royaume-Uni désuni ? Comment penser le royaume d’Espagne avec la marche catalane hors d’Espagne ? Comment panser les plaies de l’Europe si cela devait advenir ?    

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Au Royaume-Uni, le successeur de Boris Johnson manque déjà de légitimité
Le duel interne au parti conservateur pour la succession de Boris Johnson, entre Liz Truss et Rishi Sunak, semble déconnecté des urgences du moment, de l’inflation au climat. En raison du mode de scrutin, la légitimité du vainqueur sera faible.
par Ludovic Lamant
Journal — Europe
Un débat économique de faible niveau pour la direction du parti conservateur
Les deux candidats à la direction du parti conservateur n’ont guère d’idées face à la crise inflationniste qui frappe pourtant de plein fouet l’économie britannique. Le débat économique se limite donc à un duel stratégique pour convaincre le cœur militant des Tories.
par Romaric Godin
Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir

La sélection du Club

Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes