Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

256 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 févr. 2020

L'affaire Mila

Mila, une jeune lycéenne qui s’est vue menacée de mort sur les réseaux sociaux après avoir vertement et copieusement insulté l’islam, a dû quitter son établissement pour être rescolarisée ailleurs. Elle est depuis placée sous la protection de l’État.

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La polémique a fait irruption dans la sphère politique après que la ministre de la Justice Nicole Belloubet eut déclaré malencontreusement que « l’insulte à la religion est une atteinte à la liberté de conscience », des propos qu’elle a regrettés peu après en déclarant, pour se rattraper, qu’il n’y avait pas de crime de « lèse-Dieu », pour rappeler que la patrie de Voltaire est celle des libres penseurs. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est stupéfiant qu’une ministre de la justice, agrégée de droit et issue du Conseil constitutionnel qui plus est, ait pu commettre pareille bévue dans un pays comme la France, une République que définit la laïcité.

Certes, la jeune fille dont il est question n’avait pas à être grossière pour contester le bien-fondé de l’islam ni à se répandre en insultes à son le sujet, ce qu’elle dit d’ailleurs avoir regretté après. Elle s’est exprimée librement sur Instagram comme si cela ne sortait pas de la sphère privée, n’ayant manifestement pas conscience de l’effet caisse de résonance des réseaux sociaux et ne se doutant pas de l’ampleur que prendrait la chose.

Pour autant, comme l’a rappelé Emmanuel Marcron : « La loi est claire : nous avons droit au blasphème, à critiquer, à caricaturer les religions ».  « L’ordre républicain n’est pas l’ordre moral ». Et de préciser : « Ce qui est interdit, c’est l’appel à la haine, l’atteinte à la dignité ».

Évidemment, certains esprits chagrins rétorqueront qu’insulter une religion est une manière de porter atteinte à la dignité de ceux qui la pratiquent et que cela ne devrait pas être autorisé pour cette raison-là. En réalité, on a le droit en France de s’en prendre à une religion, pas à ses pratiquants. La frontière se situe-là qui définit la liberté d’expression. Ce que récusent évidemment tous ceux qui s’identifient si fortement à une religion qu’ils n’ont aucune distance avec elle, comme s’ils faisaient corps avec leur croyance. Le fanatisme consiste à considérer que ce que en quoi l’on croit nous définit absolument, radicalement, totalement, à tel point que cela s’inscrit dans le prolongement de soi. C’est la raison pour laquelle, aux yeux de ceux-là, s’en prendre à leur religion, c’est s’en prendre à eux. Et que le blasphème, autorisé par la loi républicaine, porte atteinte à leur dignité. Le fanatisme religieux est par définition incompatible avec la République. Le fanatisme religieux, c’est le fruit d’une vision totalitaire de la religion qui récuse toute pluralité, toute diversité, et dont l’intolérance radicale est l’inspiration et l’expression. Et c’est ce contre quoi lutte la République où la laïcité ouvre un espace de tolérance.

Cf. http://blogs.mediapart.fr/blog/pierre-caumont/160115/le-blaspheme

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay