Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

256 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 déc. 2012

Les misérables fortunés

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« On n’emporte pas sa patrie à la semelle de ses souliers. »

                  Danton

Gérard Depardieu est sans nul doute l’un des plus grands acteurs du cinéma français, l’un des plus féconds en tout cas, dont le répertoire, exceptionnel par sa richesse, couvre un champ immense. Il a incarné une multitude de personnages différents, de l’abbé Sous le soleil de Satan (de Pialat, adapté du roman éponyme de Bernanos, Palme d’Or à Cannes en 1987) à Obélix et ses gaudrioles gauloises, en passant par Danton (dans le film du même nom de Wajda, en 1982) ou encore Christophe Colomb  (de Ridley Scott, en 1992), sans oublier le mémorable Cyrano de Bergerac (de Rappeneau, en 1990, rôle qui lui valut un César). Il illumina Le dernier métro (de Truffaut, en 1980, son premier César) et La femme d’à côté (du même cinéaste, en 1981), incarna Jean de Florette (de Claude Berri, en 1986), donna de la tenue à Tenue de soirée (de Blier, en 1986) et corps à Rodin, dans Camille Claudel (de Nuytten, en 1988), ou encore à Marin Marais dans Tous les matins du monde (de Corneau, en 1991).  

C’est un acteur hors normes, tenaillé par un appétit d’ogre (cf. Itinéraire d’un ogre, de Patrick Rigoulet, aux éditions du Rocher, en 2008) dans la vie, un monstre sacré du cinéma français qui compte à son actif plus de deux cents films (si l’on inclut la vingtaine de films pour la télévision), un stakhanoviste de génie, comme le déclara un jour Jacques Weber.

Que cet homme-là se soit réfugié en Belgique, juste derrière la frontière, dans le village de Néchin, qui accueille nombre d’exilés fiscaux, pour se soustraire à l’impôt, dans une période de vaches maigres où la France n’a plus que la peau sur les os, ou peu s’en faut, a quelque chose de méprisable, quand on sait qu’il est un des acteurs les mieux payés du cinéma français. Il vient d’ailleurs de mettre en vente son hôtel particulier situé en plein cœur de Saint-Germain-des-Prés, à Paris, à Paris, évalué autour de 50 millions d’euros. Cet homme qui a été nourri à la mamelle de la France, qui a bénéficié de son système d’enseignement, de ses infrastructures, de sa culture, de son patrimoine, qui a fait carrière dans le cinéma français, lequel est subventionné en partie par l’État, cet homme qui a prospéré en France, voilà qu’il n’est Français que lorsque cela lui chante et qu’il tourne le dos à son pays natal pour se dérober à l’impôt ! C’est un peu fort de café !

Lui, qui jouit d’une grande popularité en France, devrait au contraire se sentir investi d’une sorte de responsabilité morale vis-à-vis du public français, vis-à-vis des Français tout court, pour cette raison très simple qu’un acteur aussi célèbre, qu’un acteur d’une telle envergure représente en définitive beaucoup plus que les simples personnages auxquels il donne vie à l’écran, parce qu’il finit tout simplement par incarner quelque chose de la France, quelque chose de son âme. 

Comment un acteur aussi formidable ne mesure-t-il pas à quel point cette fuite en Belgique est, non pas « assez minable », comme l’a déclaré le premier ministre, mais absolument minable ? Comment un homme pareil peut-il à ce point ne pas être à la hauteur et se comporter comme un misérable Thénardier ? Laurent Joffrin, dans son duel radiophonique avec SylviePierre-Brossolette, sur France-Info, Jeudi matin 3 décembre 2012, a rappelé opportunément ce mot de Danton (que Depardieu incarna dans le film de Wajda) : «  On n’emporte pas sa patrie à la semelle de ses souliers ».

Après la fuite de Johnny Hallyday à Gstaat, en Suisse, en raison d’une fiscalité plus rock’n’roll sans doute, c’est au tour de Gérard Depardieu de faire le mur pour passer en Belgique et s’établir dans un ville-niche  pour planqués fiscaux. Il est vrai que l’acteur s’était illustré il y a peu, en 2012, en prenant publiquement la défense deNicolas Sarkozy, lors du fameux meeting de Villepinte, dont il disait ne pas comprendre pourquoi on lui voulait tant de mal. Gageons que l’acteur sera plus inspiré dans le film d’Abel Ferrara où il jouera le rôle de Dominique Strauss-Kahn, un homme que Depardieu déclare trouver « arrogant ». Toujours le même syndrome de la paille qu’on voit dans l’œil de son prochain quand on ne voit pas la poutre dans le sien…

Pierre CAUMONT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema