Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

256 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mai 2012

De la nature animale et de la bêtise humaine

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« L’animal n’est pas un étranger en nous. Nous sommes nés animaux : c’est la  bêtise dont l’humanité ne s’émancipe pas, quoi qu’il advienne des vœux que ses représentants nourrissent et des lois que les cités édictent pour confisquer leur violence. » 

                        Pascal Quignard

[En réponse à une réaction particulière au billet Le vieil homme et le sanglier,de Kakadoundyae, le 14-05-2012]

La rigidité dont fait preuve la loi française par rapport à l’adoption d’animaux sauvages, comme l’illustre l’affaire du sanglier de monsieur Yvan Blaise, habitant Saint-Paul-d’Espis, un village dans le Tarn-et-Garonne, soulève une question de fond : dès lors que l’animal dit sauvage est confronté à  l’être humain, peut-on considérer qu’il  est encore sauvage ?  S’agit-il d’un animal sauvage en captivité ou d’un animal qui, « dénaturé » par son contact avec l’homme, entre de fait dans un état de domestication ? À partir de quel moment un animal retiré de son habitat naturel et mis en présence avec l’homme perd-il son caractère sauvage ?  Est-il possible d’apprivoiser un animal sauvage au point qu’il devienne un animal domestique ?   

Tout d’abord, il convient d’établir une différence entre un animal apprivoisé et un animal domestique. Un animal est domestique (le mot vient du latin domus, « la maison ») quand son espèce, depuis longtemps apprivoisée, vit au contact de l’homme. Un animal apprivoisé (du latin privatus, « privé ») est un animal sauvage que l’homme a rendu moins farouche et moins dangereux. S’agissant maintenant de savoir s’il est possible qu’un animal sauvage devienne un animal  familier, voire un animal de compagnie, tout dépend de l’espèce, tout dépend aussi de l’âge auquel l’animal a été soustrait à  son  habitat naturel. Apprivoisé dès son plus jeune âge, un chien viverrin, animal sauvage d’origine sibérienne (qui semble plus tenir du raton laveur que du canidé), se comporte de la même manière qu’un chien domestique. C’est un animal apprécié par les Sibériens pour l’affection qu’il manifeste notamment à l’égard des enfants. En revanche, un tigre apprivoisé, même dès son plus jeune âge (qu’il soit né sauvage ou en captivité) reste potentiellement dangereux à l’âge adulte, et cela pour quiconque, incluant la personne qui l’a élevé voire nourri au biberon. La nature de tigre comporte une dangerosité que n’a pas la nature du chien viverrin, c’est une évidence. On peut dresser un tigre, en tenant à distance respectueuse sa dangerosité, on peut l’apprivoiser, dans une certaine mesure, en respectant toujours des mesures de prudence élémentaires, en revanche, on ne peut pas le domestiquer. Et ce n’est pas seulement parce que le tigre est un grand prédateur,  mais  parce que la nature de tigre résiste beaucoup plus à l’homme, comme si elle était imperméable à la domestication. C’est d’ailleurs une caractéristique que partage une tout autre espèce, beaucoup moins dangereuse pour l’homme celle-là, le cheval de Przewalski. Il s’agit en fait du cheval primitif que l’on voit sur les gravures rupestres à Lascaux et dont la Mongolie est l’habitat d’origine —  il existe d’ailleurs un programme de réintroduction en Mongolie de ce cheval à partir d’une harde vivant en semi-liberté sur le Causse Méjean, en Lozère. Cet équidé a une nature qui résiste à toute domestication, comme a pu le vérifier Bartabas, dresseur d’équidés chevronné. La génétique a d’ailleurs révélé que le cheval de Przewalski possédait une paire de chromosomes en plus que le cheval domestiqué (dont il ne peut pas être l’ancêtre, par conséquent). Par nature, cet animal ne peut pas être apprivoisé de même que, par nature, un tigre, même élevé par l’homme, restera dangereux pour lui, et cela, indépendamment  des signes d’affection que l’animal pourra manifester à l’égard de son maître (ou de sa maîtresse). 

Mais un sanglier, qu’en est-il ? Les animaux domestiques ont tous une origine sauvage. Le chien vient du loup et le cochon du sanglier. Par nature, un sanglier  est donc plus susceptible d’être apprivoisé qu’un tigre du Bengale puisque le cochon est la preuve vivante du caractère domesticable de son ancêtre sauvage. Est-il possible qu’un sanglier devienne aussi domestique qu’un cochon de ferme ? Rien ne s’y oppose, en théorie, de même que rien ne s’oppose à ce qu’un cochon, animal de ferme, devienne un animal de compagnie. Tout est fonction de l’animal (de sa psychologie individuelle) et de la relation que l’être humain et lui entretiennent. Chaque être est unique en soi, qu’il soit humain ou animal, et chaque relation entre deux êtres l’est aussi. Il n’y a pas de règle générale en la matière, il n’y a que des cas d’espèce, de même que, dans le règne humain, il n’y a pas de règles à suivre pour nouer une amitié véritable, pas de règles pour faire un couple heureux : dans toute relation authentique, tout doit être toujours inventé.

Mais les animaux sauvages, même domestiques, ne gardent-ils pas une part de sauvagerie originelle ? Sans nul doute. Ainsi certains chiens sont plus sauvages, plus dangereux, que d’autres. Il a fallu des générations pour que les animaux sauvages apprivoisés deviennent les animaux domestiques que l’on connaît. Mais après tout, on peut se poser la même question s’agissant des êtres humains, qui, eux aussi, gardent au fond d’eux-mêmes une certaine part de sauvagerie. Pascal Quignard a écrit que sous le vernis à ongles de la civilisation se cachent les griffes de la barbarie, toujours prêtes à ressurgir. 

Il y a une histoire extraordinaire, qui rend compte de la situation inverse, à savoir celle d’un homme, Shaun Ellis, un Anglais en l’occurrence, qui a réussi à se faire accepter par une meute de loups sauvages, en pleine nature, dans les Rocheuses, en Idaho, aux Etats-Unis, pour vivre à ses côtés, en adoptant leur mode de vie. Une immersion dans la nature sauvage, loin du monde des hommes, qui, en tout, a duré deux années, à la fin des années 90. Il est vrai que l’homme n’est pas commun, qui a reçu une formation de commando d’élite anglais. Dès son plus jeune âge, où il vit à la ferme, dans la campagne anglaise du Norfolk, il fait preuve d’une grande proximité avec les chiens auprès desquels il développe une capacité de compréhension toute particulière, comme s’il était doué d’un sens canin.  Son récit, Un homme parmi les loups, publié en 2011 chez J.C Lattès (il y eut d’abord la diffusion en 2007 d’un documentaire produit par la BBC, sous le même titre), rend compte de cette expérience exceptionnelle, celle d’un homme ayant réussi à adopter un mode de fonctionnement animal et à se faire accepter par une meute de loups, qui, aussi incroyable que celui puisse paraître, avait fini par le considérer comme un de ses membres. Une expérience à laquelle, en théorie, personne ne pourrait survivre, en raison de l’environnement hostile et des conditions climatiques, en raison aussi du manque de nourriture et du régime alimentaire adopté, impropre à l’homme sur le long terme. Et même si les loups avaient nourri leur protégé humain en le faisant bénéficier du produit de leur chasse, même s’ils l’avaient protégé du froid et du danger, notamment de celui des grizzlis, à la fin de cette expérience inédite, Shaun Ellis avait perdu plus de vingt kilos et sa santé s’était sérieusement détériorée.

Que révèle cette histoire sans pareille sinon que, de même qu’il possible d’amener des animaux à l’état domestique, il est aussi possible à l’homme de faire le chemin inverse et de renouer avec ses origines animales au point de partager le sort d’une meute de loups sauvages pendant une certaine période de temps. Ce que cela histoire révèle, c’est qu’il est possible à l’homme de renouer avec sa nature sauvage, sa nature animale profonde (une nature canine dans le cas de Shaun Ellis), au point que des animaux sauvages peuvent le reconnaître comme un des leurs. Ce qui ne l’a pas empêché Shaun Ellis de retourner parmi les hommes après et de recouvrer toute son humanité. Si cette histoire a un sens, c’est bien que l’homme n’est pas si loin que cela de l’animal et que l’état d’homme n’est pas incompatible avec l’état de nature. Ce qui devrait incliner l’homme à un peu plus d’humilité (humilité vient d’ailleurs du mot humus), une humilité nécessaire pour prendre de la hauteur. Mais il est vrai qu’il est plus convenu de tirer les animaux vers l’homme que le contraire, et plus convenu de considérer les animaux au service de l’homme, d’où l’appellation de « domestique ». Mais l’animal n’est pas plus au service de l’homme que ne l’est la nature. Être humain donne des droits mais aussi des devoirs : le premier de ses devoirs consistant à être responsable de ses actes, à commencer par la responsabilité du règne animal sur lequel l’homme a étendu sa domination.

À la lumière de ces éléments, la loi française gagnerait en humanité en ayant plus de considération pour l’animalité, et, en ce qui concerne l’affaire singulière du sanglier (le terme vient du latin singularis, « qui vit seul ») de monsieur Yvan Blaise, les autorités seraient bien inspirées de prendre connaissance des informations rapportées plus haut au lieu de vouloir saisir et faire abattre l’animal en question, comme si un bon animal sauvage, s’il n’était pas dans son habitat naturel, était soit en cage soit un animal mort. 

Et, en ce jour d’investiture solennelle de François Hollande en tant que Président de la République Française, ce mardi 15 mai 2012, à la jeunesse et à la justice, auxquelles le Président de la République entend tout particulièrement se consacrer, on pourrait ajouter justesse, pour être encore plus juste

Pierre CAUMONT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre