La jaunisse après la rougeole

Après la révolte des Bonnets rouges, on s’en souvient, survenu sous le règne de François Hollande, un mouvement venu de Bretagne pour protester contre l’écotaxe, voici la révolte des Gilets jaunes, pour protester contre la hausse des carburants, hausse pour laquelle l’État français n’est pour rien s’agissant des trois quarts de son montant imputable aux fluctuations du cours du baril.  À quand la révolte des Culottes bleues ? À croire que cet esprit de contestation permanente est le propre du peuple français, qui a tôt fait de se rebeller pour tout et pour rien car, s’agissant du prix des carburants, les Gilets jaunes seraient bien avisés de faire un tour chez nos voisins européens, notamment en Italie ou en Allemagne, où le carburant est plus cher que dans l’Hexagone. Nos voisins seraient-ils des moutons dociles soumis aux taxes et au pouvoir, des citoyens enténébrés qui ne seraient toujours pas sortis de la caverne platonicienne, et les Français des citoyens insoumis par nature décidés à faire valoir leurs droits, des citoyens plus éclairés ? Ou bien les Italiens ou les Allemands seraient-ils plus conciliants et plus responsables que les Français, peuple d’enfants insupportables ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.