Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

254 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mars 2015

Lingua franca

C’est la semaine de la langue française sous le patronage vigilant du CSA, qui veille au grain, c’est-à-dire, à ce que les médias français ne charrient pas trop d’anglicismes superflus comme autant d’enjoliveurs avec cet éclat anglais pour faire « bien », à l’instar du nom d’émissions populaires comme The Voice sur TF1, par exemple.

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est la semaine de la langue française sous le patronage vigilant du CSA, qui veille au grain, c’est-à-dire, à ce que les médias français ne charrient pas trop d’anglicismes superflus comme autant d’enjoliveurs avec cet éclat anglais pour faire « bien », à l’instar du nom d’émissions populaires comme The Voice sur TF1, par exemple. Car autant nombre de  vocables d’origine anglaise qui se sont imposés dans la langue de Molière ont leur bien-fondé, pour ne citer que « week-end », « match » ou « parking », autant l’emploi de certains mots anglais qui ont leur équivalent français naturel n’ont pas lieu d’être, ainsi live, une émission en live, quand on peut dire sans rougir « en direct » ou « en public ». Et que dire de digital (en langage informatique) quand l’emploi de numérique est devenu courant ? D’ailleurs, qui en France oserait aujourd’hui parler de computeur au lieu d’ordinateur sans passer pour un has been ?  Courriel, en revanche, a plus de mal à s’imposer face à e-mail, même si courriel est devenu la norme chez nos cousins québécois, lesquels ont mis en place depuis des années déjà une stratégie d’équivalence linguistique face au péril anglais pour ne pas voir l’usage du français purement et simplement disparaître de leur belle Province. Mais autant il est ridicule de vouloir mettre de l’anglais à toutes les sauces pour faire bien ou high-tech (je me souviens ainsi avoir entendu un jour sur France-Info un entrepreneur français parler d’implémenter, anglicisme hideux, au lieu de dire simplement « mettre en œuvre », comme si le terme anglais lui conférait un supplément d’importance, de poids économique), autant il convient de ne pas se formaliser de tous ces anglicismes à la mode, comme prime timetalk show ou encore news, que le sabir de la télévision véhicule à l’envi plutôt que de lutter à tout prix contre cette mode qui passera, avec ces expressions et ces mots, qui passeront, eux aussi, et qui finiront par tomber dans l’oubli. Et pour ceux qui croient que le français a déjà perdu dans cette lutte linguistique qui l’oppose à l’anglais, qu’ils sachent qu’on trouve dans des rues de Londres des panneaux où il est inscrit « cul de  sac », qu’on entend parfois dans une bouche anglophone des expressions comme « un je ne sais quoi » avec l’accent français de rigueur et qu’on voit des mots comme « finesse » ou encore « nuance » fleurir parfois au détour d’une phrase anglaise, des mots qui donnent l’impression à celui qui les prononce de faire preuve de raffinement en se prévalant de cette culture française tellement chic. Aussi, il n’est nul besoin de verser dans la paranoïa linguistique et de se déclarer anglophobe : la langue française, langue de l’entendement, a des armes que la langue anglaise n’a pas, langue plus pragmatique, et vice  versa. On n’assiste pas à un remake de Waterloo entre le français et l’anglais, il y a seulement des porosités entre les langues et des luttes d’influence entre elles. L’anglais s’est abondamment nourri de français avec la venue en 1066 du Normand Guillaume le Conquérant sur le sol d’Albion, le français peut donc bien faire à son tour une indigestion de Mac do à gogo ou de coca light ou pas, il n’en perdra pas son âme pour autant. Une chose est sûre, en revanche, c’est que cette paranoïa linguistique fait le jeu des people qui baragouinent franglais au petit écran au point de spolier parfois le français de son bon goût. Mais franchement, il y a plus grave que cela dans le monde, et ce ne sont pas les médias qui forgent une langue mais l’inverse : les médias ne font jamais que porter en creux l’empreinte de la langue parlée par la population d’un pays. Et si les médias d’un pays colportent une forme d’imbécillité linguistique, c’est aussi parce que celle-ci caractérise les gens de ce même pays.  Au bout du compte, on a la langue qu’on mérite, et les hésitations d’une langue, ses préciosités ridicules, ses emprunts toxiques ou pas à l’étranger ne sont jamais que le reflet de ceux qui la parlent.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un complot a été monté par la droite toulousaine pour torpiller une candidate LREM
Manipulation du fisc, de la justice et des médias : une enquête judiciaire lève le voile sur le piège tendu à une candidate LREM à Toulouse. Des SMS consultés par Mediapart accablent la patronne de la fédération LR, Laurence Arribagé, un cadre du fisc et un magistrat.
par Antton Rouget
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint
Journal — France
IVG : les députés adoptent l’extension du délai, le gouvernement tergiverse
Dans une assemblée nationale clivée, la proposition de loi « visant à renforcer le droit à l’avortement » a été votée en deuxième lecture à l’Assemblée, mardi soir. Seulement, son adoption définitive reste incertaine dans cette mandature, faute de volonté du gouvernement.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Les partis politiques : détestés mais incontournables
Mal-aimés, les partis restent des rouages irremplaçables de la démocratie représentative. L’élection de 2022 illustre leur réduction à des plateformes logistiques et financières. C’est à gauche, où ils furent « l’arme des faibles », que l’impératif de réinvention apparaît le plus crucial.  
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI