Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

254 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 nov. 2019

La circumpuncture

Pour un certain nombre de Gilets jaunes, les irréductibles, ceux dont le leitmotiv est «on ne lâche rien», l’heure de la reprise a sonné, un an après le début de leur mouvement en novembre 2018. Les GJ ont repris du service, et les casseurs aussi, dans leur sillage.

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est invariablement la même réaction chimique : le jaune attire le noir, qui se combine avec le jaune, pour aboutir à ce qui, dans la nature, est un signe de danger (à l’image de la livrée des léopards, des tigres, ou encore des guêpes et autres frelons). Et pour la énième fois, leur manifestation à samedi à Paris, place d’Italie, a été émaillée de dégradations considérables, avec la destruction de mobilier urbain et de véhicules, et même un simple café s’est vu saccagé, parce que, comme le disent certains Gilets jaunes, la violence est un moyen de se faire entendre. 

« On ne lâche rien ». Un leitmotiv répété à l’envi par les GJ,  comme une formule magique, une incantation pour garder la main. Les GJ lâchent d’autant moins qu’une certaine incapacité à évoluer les tient, sans parler de cette forme de lâcheté qui leur colle au gilet consistant à se laver les mains des violences commises par les casseurs en noir, à qui les Jaunes délèguent sans scrupules leur pouvoir de nuisance en sous-traitant la guérilla urbaine avec eux. Les black blocs sont aux GJ ce que Mr. Hyde est au docteur Jekyll, leur part d’ombre.

Les Gilets jaunes sont associés aux ronds-points qu’ils ont investis de novembre 2018 jusqu’en 2019, pour prendre position dans l’espace social. Pourtant, ils sont en contradiction avec le sens de ce dispositif de la circulation routière. Les ronds-points, qui ont proliféré en France avec l’extension de l’espace périurbain, ont été conçus pour assurer la fluidité de la circulation routière (circulation vient de circulaire, soit littéralement « déplacement dans un mouvement de rotation »). La présence statique des GJ sur ces ronds-points est antinomique avec la fonction giratoire de ces lieux d’articulation routière.  À l’arrêt, au centre d’un cercle dont les rayons se déploient tout autour pour se raccorder au réseau routier, les GJ stationnés sur les ronds-points constituent une aberration sémiologique. Fixes dans un espace où tout est mobile autour d’eux, fixes comme un point final qui met à l’arrêt la phrase alors que la syntaxe sociale s’active tout autour, en suspens au milieu d’un perpétuel mouvement, ils sont le signe d’une ponctuation contradictoire qui ne conduit nulle part. Les GJ ne tournent pas en rond, ils sont à l’arrêt en rond. Ils sont les inventeurs de la circumpuncture, de quoi inciter à la circonspection.

Contrairement à l’historienne et politiste Sophie Wahnich, autrice de L’intelligence politique de la Révolution française, qui estime que « ce mouvement n’est pas populiste car prenant en compte le singulier au sein du collectif, il refuse que ce dernier se transforme en une masse compacte prête à se donner un chef », aux yeux du sociologue Jean Viard et auteur de L’explosion démocratique, les Gilet jaunes, symptôme de l’extension de l’espace périurbain en France, constituent la même population que celle qui a voté pour le Brexit en Grande-Bretagne et pour Donald Trump aux États-Unis. Une population qui n’a plus confiance dans les médias traditionnels, préférant s’en remettre aux informations véhiculées par les réseaux sociaux, la courroie de transmission de toutes les rumeurs et de la désinformation de masse. Une population qui fait le lit du populisme, qui en est le ferment actif, le ferment explosif.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai