Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

254 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2015

Le franc-parler du pape François

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le pape François, décidément, n’est pas un pape comme les autres. On se souvient que le 22 décembre de l’année dernière, le souverain pontife avait déjà malmené les prélats de la Curie romaine en leur faisant lecture, dans la solennité de la salle Clémentine, au Vatican, de la liste des quinze maux qui, à ses yeux, frappent les dignitaires de l’Église catholique. C’est ainsi que les responsables ecclésiastiques, interdits, s’étaient découverts des pathologies contraires à leur dignité supposée telles que l’Alzheimer spirituel ou encore la schizophrénie existentielle, sans parler d’autres syndromes comme ceux de  la mondanité, des rivalités, des calomnies ou encore de la zizanie.

Il est vrai que le pape François incarne une certaine rupture par rapport à ces prédécesseurs par sa volonté de réformer l’institution romaine, de la rendre plus humaine et plus proche du peuple, notamment des plus démunis. Ainsi le nom de François qu’il choisit, en référence à saint François d’Assise, le saint des pauvres. Et ce n’est pas un vain mot chez lui, car le pape François renonça d’emblée aux riches appartements pontificaux du saint-Siège où résident les papes pour vivre dans un modeste petit appartement au Vatican. Au moins ne pourra-t-on pas reprocher à ce réformateur dans l’âme de ne pas mettre en actes ses paroles.

François incarne aussi cette rupture par sa manière d’être et de parler. Tout récemment, dans l’avion qui le ramenait au Vatican, il eut ainsi cette familiarité étonnante pour un pape en exhortant ses ouailles catholiques à ne pas « se reproduire comme des lapins ». La comparaison n’est pas élogieuse, il va sans dire, et les catholiques confits en dévotion, pour qui tout ce qui tombe du ciel est béni, trouveront la parole quelque peu déroutante, pour ne pas dire offensante. En formulant les choses de la sorte, au risque de choquer la frange catholique la plus traditionaliste, le pape entend frapper les esprits et les sortir de leur léthargie pour les faire  réagir. Est-ce parce qu’il était en plein ciel que le pape prit cette hauteur s’agissant de pratiques humaines plus terre-à-terre ? Quoi qu’il en soit, cette audace langagière est sans pareille dans la bouche d’un souverain pontife, qui, loin de pontifier, n’en est que plus près des réalités du monde, tant il est vrai que la cuniculiculture est loin de la théologie catholique d’habitude plus empesée.

Espérons que la multiplication de ces tirades pontificales, comme celle des petits lapins, finira par ramener le peuple de Dieu dans le droit chemin, dans un cheminement de vie qui fait la part belle à plus de bon sens, à plus de justesse aussi, loin des sphères théoriques et intégristes où certains se complaisent, si loin de la vraie vie. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin