Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

256 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2019

L'enfer de Vincent Lambert

Ultime coup de théâtre dans l’affaire de Vincent Lambert, dans l’enfer de cet être humain dépossédé de sa vie et pris en otage par ses parents, de fervents catholiques issus du courant traditionaliste :

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  la cour d’appel de Paris, saisie par les parents de cette personne devenue tétraplégique et maintenue dans un état de vie végétatif depuis son accident de la circulation survenu en 2008, a ordonné lundi 20 mai que le CHU de Reims où Vincent Lambert avait été débranché hier matin le rebranche en attendant que le Comité international des droits des personnes handicapées (CIDPH) — un comité de l’ONU saisi par les parents de Vincent Lambert —, examine le dossier. L’arrêt du Conseil d’État et la décision de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) se voient ainsi suspendus. Jean Paillot, l’avocat des parents Lambert, a parlé d’une « remontada » au micro de BFMTV, comme s’il s’agissait d’un match de football. Me Francis Fossier, l’avocat de l’épouse de Vincent Lambert, a déposé plainte contre les parents de Vincent Lambert qui ont mis en ligne, lundi 20 mai, sur le site du journal Valeurs actuelles sociaux, une vidéo prise de leur fils dans sa chambre d’hôpital pour faire-valoir la cause qu’ils défendent, des images prises à l’insu de l’épouse de Vincent Lambert, qui est aussi  sa tutrice légale. L’avocat dénonce des  « agissements inqualifiables ».

Interrogée sur la question sur France-Info lundi 20 mai, Marine Le Pen a déclaré que l’arrêt des traitements de Vincent Lambert, en état végétatif depuis dix ans, ne correspondait pas selon elle pas à l’esprit de la loi Leonetti sur la fin de vie. La présidente du Rassemblement national s’oppose donc à l’arrêt du maintien en vie végétative de Vincent Lambert. Ce qui n’est pas étonnant en soi : l’extrême droite et le catholicisme ont toujours fait bon ménage.

Eric Kariger, qui fut le médecin de Vincent Lambert au CHU de Reims, fut le premier à décider d’arrêter les soins du patient. Menacé de mort, il avait dû quitter son poste en 2013. « Savoir laisser partir, c’est bien plus difficile que de maintenir en vie. C’est tellement facile de maintenir la vie », explique-t-il.  

Saisie une nouvelle fois par les parents de Vincent Lambert, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), qui les avait déboutés le 30 avril 2019, a de nouveau rejeté lundi 20 mai leur demande faute d’ « élément nouveau ». Les parents avaient alors dénoncé une « folie ». Pour l’ancien médecin de Vincent Lambert, qui se dit aussi chrétien, il s’agissait pourtant de la plus sage des décisions. « La première chose qui nous anime, ce sont nos émotions, ensuite ce sont nos opinions », dit-il.

Mais de toute évidence, les parents de Vincent Lambert n’ont cure du sens de la vie et du bien-être réels de leur fils réduit à une vie végétative, leur fils réduit à une cause pour eux, une cause qu’ils entendent défendre bec et ongle envers et contre tout, leur fils qu’ils s’obstinent à maintenir en vie artificiellement et dont ils s’acharnent à vouloir prolonger l’état  de vie végétatif en dépit du bon sens.  Car qu’est-ce qui constitue une vie humaine sinon la faculté du libre arbitre, un libre arbitre dont Vincent Lambert est dépossédé de facto par un système sanitaire qui le réifie, un système exploité par ses parents dont il est devenu le jouet, un instrument au service de leur convictions religieuses. La foi, qui justifie toute les folies de l’Homme.

C’est comme si la réalité humaine de Vincent Lambert s’était effacée aux yeux de ses parents Lambert pour ne plus devenir plus qu’un terrain idéologique, un théâtre d’opérations où les opinions, les valeurs et les convictions se livrent bataille.  La foi des parents de Vincent Lambert est devenu une folie qui leur fait perdre de vue le fait que leur fils n’est plus qu’un corps que son esprit a déserté depuis une décennie déjà, qu’il n’est plus qu’un amas de matière organique dépourvue de conscience  — un corps par conséquent dépourvu d’âme —, que l’on maintient en vie par une assistance technique, une assistance qui porte bien mal son nom puisque que loin de venir en aide à cette personne morte à son humanité, par son insistance pathologique à le maintenir en vie, elle la ravale au rang de chose. Vincent Lambert n’a plus de vie propre, il n’est plus que la chose de ses parents, la cause idéologique de ses parents religieux. Ses géniteurs qui s’obstinent à ne pas lâcher prise, à tenir pour une proie la vie de leur fils vide de sens, ce fils dont la vie (ce semblant de vie) ne tient qu’à un fil, celui de l’assistance technique. Des parents comme des marionnettistes qui tirent les ficelles de leur pauvre fils forcé malgré lui (à son insu car il est hautement vraisemblable qu’il n’en a pas même conscience) à poursuivre cette pathétique pantomime de la vie pour leur bon plaisir.

Vincent Lambert, pauvre hère entre les serres de ses parents, devenu un enjeu de valeurs sociétales sur la question de la fin de vie et du libre droit à disposer de son corps et à faire le choix de la mort quand la vie est à l’agonie. Vincent Lambert devenu la proie de  ses propres parents parce que l’on n’a pas le droit, selon ces fervent catholiques, de disposer librement de sa vie, qui est un don de Dieu, quitte à ce que cette vie soit un enfer, comme c’est le cas de leur fils, dont le bien-être est sacrifié sur l’autel de leur valeurs chrétiennes.

L’enfer de Vincent Lambert, pavé par la ferveur de ses parents très chrétiens. Vincent Lambert, l’enfant sacrifié au Moloch médical. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement