Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

256 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2011

Humanisme, tolérance, et politique de l’autruche au Collège Cévenol du Chambon-sur-Lignon

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le meurtre atroce d’Agnès Marin, interne au Collège Cévenol, un établissement privé au Chambon-sur-Lignon, en Haute-Loire, dont on a retrouvé le cadavre calciné vendredi soir 18 novembre après sa disparition deux jours auparavant, au-delà de la vive polémique que cette affaire a fait naître en France et de l’opportunité de la réaction gouvernementale, dénoncée par certains comme une pure instrumentalisation, pose quand même des questions de fond s’agissant de la direction de l’établissement. Lors de sa conférence de presse, vendredi soir 18 novembre, le procureur de la République de Clermont-Ferrand déclarait que l’établissement qui accueillait Mathieu, élève de 1ère, l’assassin d’Agnès, élève de 3ème, avait été pleinement informé de la situation judiciaire de cet élève, originaire du Gard, où il avait commis un viol aggravé en 2010, ce qui lui avait valu d’effectuer quatre mois de détention. L’élève n’a d’ailleurs pas encore été jugé pour ces faits, la procédure est toujours en cours. Le directeur du Collège Cévenol, lui, affirmait juste après que si la direction de l’établissement avait bien été informée de la situation du jeune homme, elle n’avait pas eu connaissance de la nature du crime qui lui était reproché. Or, on sait maintenant qu’un contrôleur judiciaire du Gard s’est rendu à l’établissement en mars 2011 pour y rencontrer le directeur. Il est peu vraisemblable que ce dernier n’ait pas été mis au courant de la situation exacte de l’interne en question. À partir de là, on peut tout de même s’étonner de la légèreté de la direction du Collège Cévenol s’agissant du suivi de Mathieu, même si l’expertise psychiatrique avait conclu à sa capacité de réinsertion. D’autant plus que, en juin de l’année 2011, le futur assassin d’Agnès Marin aurait été exclu trois jours de l’établissement pour une affaire de vidéo pornographique. Au vu du passé de cet individu et de ses conditions d’amission, on peut s’étonner du manque de réactivité de la direction de l’établissement, qui aurait pu au moins s’enquérir auprès de la Justice pour avoir accès à une information complète sur la situation judiciaire de l’élève. La première responsabilité d’un chef d’établissement est de garantir la sécurité des élèves qu’il accueille au sein de son établissement. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a eu défaillance en l’espèce. Certes, on ne peut jamais tout prévoir et la garantie zéro risque n’existe pas, dans quelque domaine que ce soit, pour autant, dans le cas de cet élève, des mesures élémentaires de surveillance auraient pu être prises qui ne l’ont pas été, pour la simple raison que l’encadrement pédagogique était dans l’ignorance de la situation. Le site internet du Collège Cévenol, qui insiste sur les valeurs d’humanisme et de tolérance, à l’image du village du Chambon-sur-Lignon dont les habitants furent déclarés « Justes parmi les Nations » par Israël, pour leur comportement exemplaire à l’égard des Juifs pendant l’Occupation, gagnerait en justesse en étant un peu plus humble. Il faudra notamment revoir à la baisse des formules comme « Ici, l’éducation va bien au-delà de l’enseignement. »

En parcourant la brochure numérique, on apprend au passage que la qualité d’interne coûte 12 330 € par année scolaire. L’établissement ne se fonde pas seulement sur une conception généreuse, humaniste et responsable de l’existence, comme on peut le lire, mais aussi sur des frais de scolarité importants. Il ne serait d’ailleurs guère étonnant que l’argent soit une des raisons ayant poussé la direction à fermer les yeux sur le passé de Mathieu. Ah, si seulement l’accès à la connaissance rimait avec âme et conscience ! Car il est clair qu’avec un peu plus de conscience, on aurait pu éviter ce drame. Comme le disait il y a peu la maire du village, Éliane Wauquiez-Motte, maire UMP, la voix entrecoupée par des sanglots, qui aurait pu croire que l’horreur du monde atteigne ce petit paradis situé aux portes des Cévennes, à mille mètres d’altitude sur les hauts plateaux du Vivarais où l’air « est extrêmement sain et vivifiant toute l’année » ?

Pierre CAUMONT

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse
Journal — International
En Ukraine, des anarchistes montent au front pour combattre l’invasion russe
Depuis le début de l’invasion du pays par la Russie, 100 à 150 militants anarchistes et antifascistes ont rejoint les rangs des forces ukrainiennes. Certains ont même constitué un bataillon « anti-autoritaire » au sein de la défense territoriale, « pour protéger les populations et combattre l’impérialisme russe ».
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN