Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

256 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mai 2019

Mission impossible

Theresa May a finalement annoncé qu’elle démissionnait de son poste de Premier ministre le 7 juin prochain. Elle a fini par se soumettre à la rude, l’âpre, l’implacable réalité, à savoir, que la mission de conduire le Royaume-Uni hors de l’Europe était pour l’instant impossible.

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Le Brexit, cette aberration du peuple britannique consistant à vouloir quitter le Vaisseau Europe après avoir écouté les sirènes fallacieuses de l’ancien parti présidé par Nigel Farage, YUKIP, le Brexit a touché coulé Theresa May, cette fille de pasteur persuadée que « where there’s a will, there’s a way ».

Mais la volonté de l’inflexible May n’a pas suffi, cette affaire de Brexit est ingérable, notamment en raison de l’épineuse question de la frontière qui sépare l’Ulster (l’Irlande du  Nord) de l’Eire (la République d’Irlande), une question susceptible de raviver les tensions entre les communautés catholiques et protestantes et de mettre à mal les accords historiques de 1998 en Irlande du Nord  obtenus de haute lutte après des décennies de conflit.

Le Brexit est une bombe à retardement susceptible de faire exploser l’union du Royaume dit Uni. Le trait d’union de Royaume-Uni n’a d’ailleurs jamais autant ressemblé à une ligne discontinue permettant son dépassement qu’à un trait digne de ce nom entre les diverses entités constituant le royaume britannique. D’autant que l’Écosse, pro-européenne, menace aussi de quitter le Royaume, plus désuni que jamais. Outre la menace d’implosion du royaume, le Brexit vient de révéler en quelques années l’écart considérable qu’il y a entre le peuple britannique et ses représentants au parlement de Westminster dont les partis traditionnels, dans l’état actuel de leur appareil politique, sont tout simplement incapables de coïncider avec la volonté populaire. Oui, c’est un divorce sans précédent que révèle le Brexit entre le peuple et ses responsables politiques.

Brexit, un terme abominable de bric et de broc pour parler du retrait de l’Europe du peuple sans doute le plus inventif de ce continent, le premier peuple à avoir introduit le parlementarisme en Europe, comme dans l’Antiquité la Grèce antique fut le premier peuple à avoir inventé la démocratie. Robert Graves, auteur britannique des Mythes grecs et des mythes celtes (La déesse Blanche), était d’ailleurs convaincu que les Brittoniques (les anciens celtes  présents en Grande-Bretagne avant l’invasion saxonne) descendaient des Pélasges (nom donné par les Grecs anciens aux premiers habitants de la Grèce).

Le Brexit, une initiative périlleuse qui, loin de montrer la voie aux candidats de l’Union européenne à faire sécession, loin de battre en brèche l’espace constitué par l’Union européenne, le Brexit montre à quel point il est plus facile de tenir un discours sur une prétendue sortie de l’Europe que de mettre en œuvre un retrait effectif de l’Europe. Et pourtant, la Grande-Bretagne n’a jamais pleinement intégré l’Europe, elle a toujours tenu à garder sa monnaie, la livre britannique, pourtant, la Grande-Bretagne a toujours  conservé la singularité de son insularité.

Marine le Pen, qui voyait dans le Brexit un exemple à suivre pour les autres États membres de l’Union européenne a peut-être fini par mesurer qu’il y avait loin de la coupe aux lèvres  —  si tant est que Madame le Pen mesure quoi que ce soit en réalité, qu’elle ait véritablement conscience de la chose politique en tant que levier sur les peuples et la constructions des espaces qui leur sont propres, qui constituent des pays, des États, dont les destins sont liés dans l’espace européen, quand elle, n’y voit qu’un jeu de pouvoirs et un échiquier politique où se constituent  les nationalismes, qui je jaugent, s’affrontent  et se défient lors de perpétuelles joutes.

Quant à Nigel Farage, un opportuniste irresponsable qui devrait être poursuivi pour allégations  mensongères, lui, vient de fonder le parti du Brexit pour poursuivre son travail de sape contre l’Europe. Un parti qui devrait remporter haut la main les élections européennes organisées en Grande-Bretagne et permettre d’envoyer au parlement de Strasbourg le plus d’Europhobes britanniques possible. Un comble quand on y pense : le parlement européen devenu le siège de ceux qui oeuvrent contre l’Europe même.  

Alex Taylor, journaliste d’origine britannique qui fait des émissions sur l’Europe, lui, vient d’acquérir la nationalité française il y a quelques jours, sans doute pour se prémunir des effets désastreux du Brexit qu’encourent  tous les sujets de sa Majesté restés sur le continent européen.

Theresa May, en annonçant sa future démission, décidément, fait mentir le vieil adage qui dit « en mai, fais ce qu’il te plaît ». Mais tout fout le camp, les saisons qui ne ressemblent plus à rien  depuis que se confirme le désordre climatique en cours (avec les saisons qui jouent au jeu des chaises musicales depuis qu’on assiste à l’arrivée impromptue  du printemps en plein hiver et qu’on voit l’automne prendre la place du printemps), et la Grande-Bretagne qui prend l’eau de toutes parts en tentant de s’arracher au continent européen, même si le « Chunnel », le tunnel sous la Manche la rive inexorablement depuis vingt ans déjà au continent européen, comme le cordon ombilical entre l’enfant et sa mère.  

Long live Great Britain !         

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP