Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

255 Billets

0 Édition

Lien 28 mars 2017

Tout feu tout flamenco

Il y a comme cela dans la vie des moments de grâce, où l’on goûte le pur plaisir de vivre, le bonheur d’être au monde, malgré le bruit et la fureur ailleurs, la misère et la laideur ambiantes. L’écoute du dernier disque du flamenquiste cordouan Vicente Amigo, « Memoria de los sentidos », sorti en 2017, fait partie de ces moments rares qui réconcilient avec le monde par sa merveille sonore.

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.youtube.com/watch?v=zMhXehWAxSQ

Cela faisait un moment que le maître cordouan du flamenco n’avait été vibrant, aussi flamboyant, un en mot, aussi flamenco, depuis Un moment con el sonido en fait, sorti en 2005. Vicente Amigo a maintenant cinquante ans et est le maître absolu du  genre, le maître de la guitarra flamenca depuis la disparition du regretté Paco de Lucia en 2014, dont on perçoit d’ailleurs l’ombre tutélaire dans Memoria de los sentidos. Oui, on sent la poigne nerveuse de Paco jusque dans le jeu du Cordouan ténébreux, dans la manière qu’il a de griffer les cordes de son instrument, de les fouetter dans ses roulements souverains, ou de les effleurer et de pousser la corde jusque dans sa fibre ultime, sa note intime, quand la guitare gémit, qu’elle s’abandonne dans les bras du guitariste qui la violente et la berce tout contre lui. Dans Memoria de los sentidos, Vicente revient au flamenco pur et dur, avec une formation resserrée autour de trois musiciens, pour la basse, les palmas et les percussions au cajon, un flamenco qui fait la part belle au cante jondo (chant flamenco primitif, qui jaillit depuis les profondeurs de l’âme et de la gorge) avec les voix de trois cantaores, El Pele, Miguel Poveda et Pedro el Granaino. La musique y retrouve toute sa force d’évocation, qui s’était quelque peu atténuée dans les derniers disques du guitariste.

Vicente Amigo est un sorcier aux doigts d’Orphée, qui extorque à sa maîtresse galbée des aveux d’une rare beauté, où la violence du flamenco alterne avec le velours de moments plus apaisés, quand la langueur l’emporte sur la fougue andalouse. Un sorcier qui lance des sortilèges sonores sans pareils quand ses doigts sont doués de duende, qu’ils entrent dans une buleria battante, haletante comme la danse hypnotique qui unit le taureau et le torero dans l’arène. Vicente Amigo allie à une virtuosité de haut vol une sensibilité d’une rare finesse, avec un romantisme du côté de Chopin, et ce, depuis son tout premier disque, De mi corazon al aire, réalisé en 1990, quand il n’avait que vingt-trois ans. Un album magistral, suivi en 1995 par Vivencias imaginadas et puis en 1998 par Poeta, deux enregistrements qui ne faisaient que confirmer le talent du Cordouan — notons que dans l’enregistrement de 1995, il croise le manche avec Paco de Lucia sur le morceau intitulé Querido Metheny (en hommage  au guitariste de jazz américain Pat Metheny).

Avec ce nouvel opus, Memoria de los sentidos, tout laisse à penser que le maestro de Cordoue a renoué avec l’inspiration forte de ses débuts qui s’était un peu diluée dans les derniers enregistrements et que cela donnera lieu à d’autres feux d’artifice sonores à venir, tout feu tout flamenco.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart