Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

256 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juil. 2020

L’horizontalité, la verticalité, l’état de démocratie

Nicolas Sarkozy était l’invité du JT de TF1 lundi soir dernier, pour faire la promotion du livre qu’il a écrit pendant le confinement, Le temps des tempêtes, époque où apparemment, il se serait trouvé dans une de ses propriétés situées vers le centre de la France.

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans cet ouvrage, Nicolas Sarkozy, cabotin sur le plateau de TF1 comme à son habitude dès qu’il prend la lumière, se complaît à défendre la politique qu’il a dû mener de 2007 à 2012, pour faire vivre au lecteur les enjeux de la politique « de l’intérieur », précise-t-il.

L’ancien président ne croit pas à « l’horizontalité », il ne jure que par la « verticalité », où le pouvoir s’exerce de haut en bas. Il ne croit qu’à l’autorité de l’État. La transcendance républicaine contre l’immanence, où tout le monde aurait voix au chapitre. L’immanence est-elle possible en démocratie ? Une démocratie avec un haut degré de participativité, qui ferait participer sa population entière à l’exercice de sa propre gouvernance ? Quand on voit les soubresauts que notre société a connus avec l’émergence du mouvement des Gilets jaunes en octobre 2017 et sa violence concomitante, on peut sérieusement en douter. Une démocratie à haute participativité suggère un haut degré de responsabilité de ses citoyens. Une conscience citoyenne collective élevée. Or l’irresponsabilité collective couve en permanence, comme le montre actuellement l’incapacité de la population à s’autogérer concernant les risques de propagation de l’épidémie du Covid-19, qui est repartie à la hausse, de par un relâchement manifeste de la population concernant les gestes barrières, l’insouciance du temps des vacances l’emportant sur la plus élémentaire des prudences.

Comment expliquer une telle irresponsabilité collective ? La population d’un pays se comporte-elle  inévitablement comme un enfant dès lors qu’un État est constitué et que l’autorité de l’État s’exerce, semblable à celle de parents à l’égard de leurs enfants ? Est-ce l’existence même de l’État, faisant office de parents symboliques, qui crée cette situation, et, partant, qui est à l’origine de ce retour en enfance de la population placée sous son autorité ? Si l’on mettait à bas l’autorité de l’État, ne favoriserait-on pas, en théorie, la responsabilisation de la population qui ne pourrait plus se reposer et se défausser sur elle (l’autorité de l’État), et qui, se verrait contrainte à être plus responsable ? Avec le risque (important) d’aboutir à l’effet inverse, à savoir, une situation d’anarchie et de désordre telle que le chaos social pourrait tout emporter.  

Dans Les frères Karamazov, Dostoïevski fait dire au personnage Ivan Karamazov, un intellectuel matérialiste : « Si Dieu n’existe pas, tout est permis. » Il est indéniable que, en France comme partout ailleurs, une partie de la population ne respecte les règles élémentaires (qui permettent aux citoyens de coexister pacifiquement) que par la peur du gendarme, et que les gendarmes en moins, le respect des règles communes ne tiendrait plus à ses yeux, libérant ainsi les pulsions de la sauvagerie naturelle présentes chez l’homme.

La verticalité du pouvoir est une manière efficace de lutter contre l’impossibilité de décider quand tout le monde devient partie prenante. La démocratie est un savant dosage entre verticalité et horizontalité. Un excès de verticalité finit par produire une dictature, ou une démocratie qui n’en a que le vernis, comme par exemple la Russie ou la Hongrie, un excès d’horizontalité finissant par l’impossibilité de gouverner. Ainsi, la dose de proportionnelle au parlement pour permettre une certaine représentativité des sensibilités de la population ne peut dépasser une certaine mesure, sinon l’assemblée se trouverait dans l’impossibilité de légiférer faute de pouvoir dégager une majorité.

La pratique de l’horizontalité du pouvoir ne peut réellement s’exercer que dans des communautés humaines peu nombreuses, où la gestion des intérêts de la communauté est possible si tous les acteurs se sentent responsables du sort de leur communauté et sont placés sur un pied d’égalité. Il existe en France de petites communautés (villageoises, rurales, autour d’une exploitation agricole souvent) qui pratiquent l’autogestion concernant leur lieu de vie commun et les moyens de production (agricole) dont elles disposent. Mais au-delà d’un certain nombre, l’autogestion devient purement et simplement impossible de par la complexité croissante des situations et la multiplication inexorable de tensions qui naissent du fait de l’apparition d’intérêts contradictoires.

On peut rêver d’une démocratie idéale, d’une VIe République qui réglerait tous les problèmes, notamment la question du présidentialisme que dénonce en permanence Edwy Plenel, présidentialisme s’inscrit  précisément dans la « verticalité » dont parlait Nicolas Sarkozy, mais la réalité, c’est que les sociétés humaines sont soumises à de telles tensions internes, à une telle entropie (l’entropie est ce qui mesure l’augmentation du désordre  inhérente à tout système) que la démocratie parfaite semble pure utopie. Ce qui ne doit pas non plus nous empêcher de vouloir y tendre, de même qu’en mathématiques une asymptote tend vers plus l’infini, car au bout du compte, ce qui importe, ce n’est pas tant la destination que le cheminement pour y parvenir. Si tant est qu’on y parvienne…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes