Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

255 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 mai 2021

L'arrière-cour du coronavirus

Depuis que le coronavirus a mis à mal notre civilisation globale en en révélant les fragilités structurelles, la langue française, comme si elle aussi avait été atteinte par la pandémie, n’a de cesse de générer des aberrations linguistiques contagieuses.

Pierre Caumont
autre
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ainsi le verbe prioriser, anglicisme de la plus belle eau pour dire « donner la priorité à », et tous ces termes du troisième type qui prolifèrent dans l’espace public comme  présentiel, distanciel, ces néo-barbarismes qui fleurissent dans la steppe lexicale au temps du grand déglinguement viral, des termes ridiculement ampoulés quand on pourrait dire simplement « en présence » ou « à distance ». Et que dire de candidater, au lieu de se porter candidat ou déposer sa candidature ? Et ne parlons pas de l’anglicisme à la mode sécure, anglicisme grotesque s’il en est pour dire « sûr ».

Dans l’entretien qu’il a livré à la revue Zadig, Emmanuel Macron parle d’un retour à « des temps moyenâgeux » avec « les grandes jacqueries » (les Gilets jaunes, de 2018 à 2019), » les grandes épidémies, les grandes peurs… » Curieusement, il n’est pas étonnant de voir coexister toute une terminologie d’une humanité non pas augmentée mais plutôt diminuée avec ces présentiel et autres distanciel, lexique d’une humanité en recul avec les temps moyenâgeux dont parle le président. En cette époque obscure, il y a l’emploi d’un néologisme odieux qui n’a cessé de progresser pour finir par s’imposer en raison de la fréquence effroyable de l’acte auquel il se réfère, le terme de féminicide. Le meurtre de femme. Un meurtre perpétré parfois en pleine rue par le conjoint ou l’ex-conjoint de la victime et qui est l’aboutissement  de violences conjugales répétées, signalées aux autorités, comme dans le dernier féminicide à Hayange. Si ce mot ignoble n’a pas son pendant masculin, androcide (et non pas homicide, qui est le meurtre d’un homme au sens  d’être humain et non pas de personne de genre masculin, d’où le recours à un attelage néologique gréco-latin), c’est tout simplement parce que le meurtre d’un homme par sa conjointe est infiniment plus rare.    

Pour en revenir à la pandémie qui met à mal le mille-feuilles social, et qui, curieusement, semble avoir une incidence jusque dans notre manière de parler,  notons à point le français se mord la langue, à quel point il bafouille et  hésite à propos même de la maladie qui l’assaille, ne sachant choisir entre le féminin et le masculin pour qualifier cette chose qui fait plier le monde : faut-il dire le covid-19 ou la covid-19 ? On avait commencé par dire « le », et puis l’article féminin « la » a fini par émerger. Il semblerait que l’académicienne Hélène Carrère d’Encausse ait été à la manœuvre pour faire adopter « la » au lieu de « le », respectueuse en cela de la tradition misogyne qui veut que les calamités naturelles (comme les tempêtes) portent un nom féminin. C’est un peu comme cette légende qui prétend que l’hystérie serait une caractéristique féminine pour cette simple raison que le mot hystérie est l’homologue grec du latin utérus. Quoi qu’il en soit, le covid a fini par céder le pas à la covid, dans une opération linguistique transgenre inédite, comme la situation sanitaire, inédite. 

Il est vrai que Covid est un acronyme anglais pour corona disease, et qu’un acronyme n’a pas vraiment de genre en soi. Pourquoi en effet dire la Covid quand laser, acronyme lui aussi (de light amplification by stimulated emission of radiation), est un mot masculin, alors que, en français, « l’amplification de la lumière par émission stimulée de radiation » devrait en toute logique aboutir à un féminin pour ce mot. Alors bien sûr, il y a une explication, c’est qu’on parle de rayon laser. Le genre masculin de rayon a fini par contaminer laser. Le choix de la covid peut aussi s’expliquer parce qu’on parle de la maladie du coronavirus, et que le féminin de maladie aurait fini par l’emporter sur le masculin de coronavirus. Pour autant, il y a autre chose, comme un phénomène d’étage social, car parler de la covid a fini par devenir plus élégant, plus racé que le covid, plus roturier, plus sur le plancher des besogneux en première ligne, comme les caissières ou les livreurs.  Certes.  Mais on peut aussi voir dans ce changement de genre linguistique les retombées d’un orage de cytokine, une réaction immunitaire excessive face à l’irruption du virus dans l’organisme vivant de la langue.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Journal — France
À l’Élysée, le conflit d’intérêts qui passe comme une lettre à la poste
En mars 2020, la présidence de la République a nommé à la tête de son service de la correspondance un ancien du groupe de conseil informatique Capgemini. Le nouveau responsable a immédiatement fait appel à son ancien employeur en tant que consultant.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss