Pierre Crétois
Enseignant-chercheur en philosophie politique.
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 avr. 2020

Pierre Crétois
Enseignant-chercheur en philosophie politique.
Abonné·e de Mediapart

Pour les étudiants, confinement rime parfois avec détresse sociale

La situation des étudiants sans ressources confinés dans les cités universitaires à Bordeaux et ailleurs est préoccupante. L'urgence sanitaire liée au coronavirus risque de produire une crise sociale parmi les plus défavorisés de nos étudiants.

Pierre Crétois
Enseignant-chercheur en philosophie politique.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les CROUS semblent mettre du temps à réagir (même si des distributions de nourriture ont été organisées dernièrement ici à Bordeaux). Une cagnotte Leetchi  (https://www.leetchi.com/c/solidarite-continuite-alimentaire…) a été créée par un collectif qui organise la continuité alimentaire à Bordeaux (collectif "Solidarité: continuité alimentaire Bordeaux" dont vous trouverez l'appel en suivant ce lien : http://www.club-presse-bordeaux.fr/communiques/appel-collectif-solidarite-continuite-alimentaire-bordeaux). Un article du Monde d'hier relaie cette importante initiative locale. D'autres actions de ce genre se sont mises en place ailleurs, parfois par les universités elles-mêmes : à Paris 8, à Paris I ou à Lyon 3.

L'action individuelle (aussi généreuse soit-elle) ne saurait pallier l'insuffisance voire l'absence pure et simple d'engagement institutionnel à ce jour. Cette courte intervention revêt donc le caractère d'un appel. Il faudrait maintenant que les institutions concernées (les CROUS et les universités en particulier) généralisent les cellules de crise pour prendre en charge les situations de détresse liées au confinement à travers des mesures d'ampleur rapides et efficaces.

Comme un récit vaut mieux qu'un discours théorique, voici les faits à Bordeaux tels qu'ils m'ont été relayés par une collègue :

"Depuis le début du confinement, de très nombreux étudiants vivent isolés dans une détresse absolue : beaucoup n’ont pas mangé depuis plusieurs jours et vivent dans des conditions sanitaires déplorables : cafards dans les cuisines et sanitaires, punaises de lit, lieux vétustes, exiguïté des chambres (d’environ 9 m2).

Le CROUS a fermé ses restaurants universitaires et sommé ses résidents de rejoindre leurs familles en leur assurant que, dans ce cas, aucun loyer ne leur serait demandé. En revanche, un loyer continue d’être exigé des étudiants qui restent. Or il s’agit des plus vulnérables, précaires ou étrangers, dépourvus de leurs habituels revenus (jobs étudiants).

Le gel des loyers pour tous les étudiants s’impose d’autant plus que, sans revenus ni commerce de proximité, certains sont actuellement sous-alimentés. Sont également concernés au premier titre les étudiants qui ne dépendent pas du CROUS mais vivent actuellement confinés dans des studios exigus et continuent à verser leurs loyers, sans parvenir à se nourrir et se soigner correctement.

Sur le campus bordelais, le Collectif « Solidarité Continuité Alimentaire Bordeaux » a déjà livré en nourriture et produits de première nécessité environ 600 étudiants sur 750 demandes reçues. Les témoignages rapportés sont extrêmement inquiétants : certains étudiants « frissonnent » littéralement de faim. Le collectif ne compte actuellement qu’une vingtaine de membres. Il appelle des bénévoles et des fonds supplémentaires (cagnotte leetchi en ligne) mais surtout un relais institutionnel, celui du CROUS notamment, qui réponde à l’urgence de la situation (en assouplissant et en accélérant ses procédures notamment). L'action du collectif fera l'objet d'une dépêche AFP dans les prochains jours.

Il est malheureusement fort probable que cette situation de détresse absolue ne concerne pas seulement le campus universitaire bordelais. Face à l’ampleur de cette crise sanitaire, économique et sociale, il s’agit de relayer l’information, d’alerter les institutions et de débloquer les fonds et les moyens humains nécessaires, dans les plus brefs délais. J’en appelle donc à votre sollicitude."

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Asie et Océanie
« C’est un défi direct à Xi Jinping »
Pour le sinologue Zhang Lun, professeur d’études chinoises à Cergy-Paris-Université, le mouvement de protestation en Chine est dû au sentiment de désespoir, en particulier chez les jeunes, provoqué par les mesures draconiennes de lutte contre la pandémie. Pour la première fois, les nombreuses critiques envers le numéro un Xi Jinping sont passées des réseaux sociaux à la rue.
par François Bougon
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Affaire Sofiane Bennacer : la présomption d’innocence n’est pas une assignation au silence
Après la médiatisation de l’affaire, l’acteur, mis en examen pour « viols », et la réalisatrice Valeria Bruni Tedeschi crient au non-respect de la présomption d’innocence. Ce principe judiciaire fondamental n’empêche pourtant ni la parole, ni la liberté d’informer, ni la mise en place de mesures conservatoires.
par Marine Turchi
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa