mot de passe oublié
MediapartLive
Parrainnez vos amis

«L'Europe face à la tragédie des réfugiés» : débats et témoignages à suivre sur le site dès 20h, en direct depuis le Théâtre de la Ville à Paris.

Jusqu'à minuit, profitez de notre offre d'abonnement exclusive : les 15 premiers jours gratuits !

JE M'ABONNE
Le Club de Mediapart jeu. 26 mai 2016 26/5/2016 Édition de la mi-journée

Comment rendre le mariage fréquentable?

Le mariage homosexuel, ou comment rendre le mariage fréquentable.

 

On s’étonne, très souvent, que la gauche défende le mariage pour tous. N’a-t-elle pas, traditionnellement, été en opposition frontale à cette institution paternaliste et conservatrice, étrange reliquat judéo-chrétien dans une république laïque ?

Je pense, au contraire, que la mesure visant à étendre le mariage à tous fait partie de celles qui, pour un homme de gauche, contribuent à rendre le mariage fréquentable.

438px-Van_Eyck_-_Arnolfini_Portrait.jpg

C’est vrai que cette institution passéiste a longtemps été le vecteur du familialisme et du phallocentrisme prisés des conservateurs. Car, à travers l’idée selon laquelle un enfant a besoin d’un père et d’une mère, c’est toute une vision prétendument naturelle de la famille qui s’affirme. Une vision faite de hiérarchie, où chacun a une fonction qu’il doit tenir : les unes s’occupent du foyer et des enfants ; les autres se chargent de ramener de l’argent et de présider despotiquement aux destinées générales de la maisonnée. Le mariage, en effet, encapsule toute l’essence de la société civile bourgeoise fondée sur la domination paternelle, le lien familial, le patrimoine et l’héritage. La société civile bourgeoise est en vérité moins une réunion de citoyens libres et égaux qu’une réunion de familles.

Progressivement, pourtant, le progrès s’instille dans l’institution, accompagnant celui de la société, et en fait exploser les cadres. La femme, longtemps mineure financièrement, en vertu du mariage, a gagné son autonomie bancaire en 1965. Les enfants, longtemps soumis à l’autorité despotique de leurs parents, en vertu du mariage, qui instaure une véritable chefferie dans l’Etat, sont de plus en plus protégés par des cadres institutionnels collectifs. Les droits de l’enfant, en effet, n’accouchent pas du droit à l’enfant mais retirent aux parents un pouvoir exorbitant en faisant de la collectivité la garante de l’intégrité des plus vulnérables. Des femmes libres et égales aux hommes et des enfants dont le tuteur est, in fine, l’Etat. Voilà des métamorphoses qui devraient finir par rendre le mariage fréquentable à la gauche !

Mais, il nous manque encore quelque chose, le mariage ne pourra devenir fréquentable qu’à se vider complètement des modèles anciens (sur la différence et la complémentarité des genres notamment) qui ont structuré l’ancienne famille bourgeoise. Il doit maintenant devenir l’union de deux personnes (sans autre considération de pratiques sexuelles, religieuses...) majeures également libres et prêtes à prendre leur responsabilité l’une à l’égard de l’autre et à l’égard de leurs enfants.

Alors, quand un homme de gauche entend que l’on veut permettre aux homosexuels de se marier, il ne doit pas se plaindre que l'on fasse la promotion d'une institution passéiste, mais il doit sauter au plafond et se dire que le mariage sera peut-être un jour complètement vidé de sa bigoterie et de son conservatisme pour n’être, finalement, que ce qu’il a vocation à être : une institution civique qui protège et responsabilise les personnes, toutes sans exception.

 

voir sur le même sujet :

exellents Billets d'E. Fassin et M. Godelier : 

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/01/14/l-eglise-catholique-au-mepris-du-droit_1816719_3232.html?xtmc=mariage&xtcr=27

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/11/17/l-humanite-n-a-cesse-d-inventer-de-nouvelles-formes-de-mariage-et-de-descendance_1792200_3224.html

 

billet orienté anti-mariage pour tous d'un collègue qui s'est fait remarquer par un opuscule sur le sujet :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/01/14/un-acte-de-resistance-du-pays-que-l-elysee-doit-entendre_1816720_3232.html?xtmc=mariage&xtcr=26

 

mais aussi l'appel de 100 députés engagés pour l'égalité des droits :

http://blogs.mediapart.fr/edition/les-batailles-de-legalite/article/271112/engages-pour-l-egalite-des-droits

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Pierre CRETOIS

Le 16 janvier ci-dessu_s, vous écrivez : "La République est une idée do nt la formulation la plus simple consiste à la définir comme défense de la chose publique plutot que des intérêts particuliers."

Je crains que cette formulation (que j'approuve) n'ajoute, ne cautionne, au moins, le sacrifice de ceux qui ne sont pas en mesure de se défendre et qu'on oubliera de prendre en compte suffisamment.

Les enfants sont constitutifs de la République mais ne peuvent pas protester, ils n'ont pas droit à la parole.

Il y a plus important que l'intérêt général, c'est la protection des plus faibles. Sinon on peut approuver la méthode ancienne des Esquimauds qui consistait à abandonner les vieux aux ours ou les nouveaux-nés au froid polaire, dans l'intérêt général.

«En direct du Théâtre de la Ville» : Dès 20h

Mediapartlive

Profitez de notre offre d'abonnement exclusive : les 15 premiers jours gratuits !
Je m'abonne

L'auteur

Pierre Crétois

Agrégé de philosophie, chercheur en philosophie politique.

Le blog

suivi par 59 abonnés

Le blog de Pierre Crétois