Pierre Daum
Journaliste / Chercheur
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 oct. 2021

Les harkis restés en Algérie demeurent les oubliés de Macron

Lundi 20 septembre 2021, lors d'une cérémonie très solennelle organisée au palais de de L’Élysée, le président Emmanuel Macron a demandé "pardon" aux harkis et à leur famille, et leur a promis une loi de "reconnaissance et de réparation".

Pierre Daum
Journaliste / Chercheur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il existe en France une telle résistance à reconnaitre les méfaits de la colonisation et les souffrances que ses crimes ont engendrées qu’on ne peut qu’accueillir avec bienveillance la promesse du président Macron d’une loi de reconnaissance et de réparation des injustices commises envers les harkis et leurs familles. Mais de quels harkis parle-t-on? Des quelques 30 000 hommes qui réussirent à s’enfuir en France en 1962 – 80 000 personnes en tout en comptant leurs femmes et leurs enfants? Ou bien de l’ensemble des harkis dont le nombre, si on prend le terme au sens large de tous les Algériens qui portèrent l’uniforme français pendant la guerre, s’élevait à environ 400 000 hommes, soit environ un million et demi de personnes en comptant leurs femmes et leurs enfants? Encore une fois, tout porte à croire que ces derniers demeurent les grands oubliés de cette nouvelle politique mémorielle.

Cérémonie à L'Elysée 20 septembre 2021

Et pourtant, cette loi de reconnaissance et de réparation va s’articuler autour de trois grandes injustices déjà reconnues par le président Hollande:  la décision délibérée du gouvernement du général de Gaulle en mai 1962 de tout mettre en œuvre pour que ce un million et demi de Musulmans ne viennent pas en France ; la part de responsabilité de la France, au vu de cet abandon, dans les représailles (exécution sommaire, torture, relégation sociale) que subirent plusieurs milliers d’entre eux au moment du retrait des troupes françaises d’Algérie ;  l’accueil ignoble que fut réservé aux 80 000 personnes qui débarquèrent en métropole. Or, sur les deux premiers points, l’abandon et les représailles, les harkis restés en Algérie peuvent évidemment prétendre à une reconnaissance et à des réparations, et depuis l’annonce du président Macron, des milliers d’enfants de harkis vivant en Algérie tentent de joindre l’ambassade de France à Alger pour savoir s’ils vont enfin être reconnus, et indemnisés. Il y a malheureusement très peu de chance qu’ils le soient, et cela pour plusieurs raisons.

Harkis dans un village, vers 1960

Pour les associations d’enfants de Harkis en France, qui se battent depuis des années pour cette loi de reconnaissance et de réparation, l’existence de ces familles de harkis restés en Algérie ne cadre pas avec un point essentiel de leur discours : à savoir que si leurs parents n’avaient pas réussi à fuir en 1962, ils auraient été forcément tués. Ce qui historiquement est faux, le nombre d’assassinats de harkis pendant la période des représailles, même s’il demeure inconnu dans ses détails, reste dans une fourchette de plusieurs milliers à deux ou trois dizaines de milliers. Du côté du ministère du budget, toujours très inquiet dès qu’un président de la République prononce le mot réparation, passer de l’indemnisation des seules familles en France à l’ensemble des familles de harkis signifierait changer d’échelle et atteindre un coût qu’il se refuse catégoriquement d’envisager.

Enfin, imaginons un instant que le président Macron accepte d’indemniser aussi les harkis restés en Algérie. Concrètement, cela signifierait que la France, ancienne puissance coloniale, distribue de l’argent à des Algériens, en Algérie, parce qu’ils ont pris les armes contre leur peuple et son désir d’indépendance. On n’ose imaginer la réaction du gouvernement algérien, alors que la France, qui vient de dire « pardon » aux Harkis, n’a toujours pas dit pardon aux Algériens pour les injustices qu’ils ont subies en 132 années d’occupation coloniale.

Ce texte est paru sous forme de tribune dans le journal Libération le 24 septembre 2021.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
L’État a fait un cadeau insensé à Bolloré
L’État acquiert pour 31 millions d’euros les installations de l’oléoduc Donges-Metz qu’il devait récupérer gratuitement au terme de la concession octroyée au groupe Bolloré pendant vingt-sept ans. Pendant cette période, ce dernier s’est servi plus de 167 millions d’euros de dividendes.
par Laurent Mauduit
Journal — Extrême droite
Marine Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre