Pierre Frackowiak
IEN retraité
Abonné·e de Mediapart

74 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 avr. 2015

Pierre Frackowiak
IEN retraité
Abonné·e de Mediapart

L'ennui : un sujet tabou ?

L’ennui des élèves est une réalité. Son accroissement régulier au fil des ans est incontestable. Il ne peut échapper ni aux observateurs attentifs aux comportements en classe ni aux enseignants eux-mêmes aux prises avec les difficultés d’attention, ni aux parents et grands parents qui écoutent les commentaires de leurs enfants après la classe.

Pierre Frackowiak
IEN retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’ennui des élèves est une réalité. Son accroissement régulier au fil des ans est incontestable. Il ne peut échapper ni aux observateurs attentifs aux comportements en classe ni aux enseignants eux-mêmes aux prises avec les difficultés d’attention, ni aux parents et grands parents qui écoutent les commentaires de leurs enfants après la classe. On pourrait problématiser les situations, analyser les réalités, expérimenter et comparer des solutions, au moins s’interroger et réfléchir, sans accuser les élèves en regrettant qu’ils ne sont plus ce que nous avons été.

Il y a de nombreuses hypothèses à vérifier par rapport au sens des activités scolaires – ce qui n’est pas un problème nouveau - , aux démarches pédagogiques, au refus de prendre en considération les savoirs des élèves qui se sont considérablement accrus depuis quelques dizaines d’années avec les changements de l’environnement immédiat, avec l’usage généralisé des outils numériques, avec l’évolution des relations humaines entre les élèves hors l’école, entre adultes et enfants… Rien que de plus normal que les choses changent avec le temps et le progrès.

Pourtant, dès que l’on aborde ce problème avec les enseignants, en particulier dans le second degré, chacun sort son bouclier et sa lance, comme si la personne de chaque enseignant était mise en cause de manière inacceptable, intolérable, voire stupide. Certes les choix  des enseignants, leur personnalité, leur enthousiasme, peuvent avoir une influence sur l’attention des élèves et sur leur implication dans leurs apprentissages. Mais on sait bien que le problème n’est pas là. L’importance du charisme est discutable (cf le danger de la séduction), l’enthousiasme pour sa discipline n’est pas naturellement partagé, les choix ne concernent le plus souvent que l’apparence mais pas le fond. On peut mettre de la confiture et du numérique sur le pain, si c’est le même pain, il n’est pas sûr que la digestion sera meilleure. Un cours magistral bien préparé par un enseignant sympathique avec un zeste de technologies nouvelles reste un cours magistral.

Ce n’est généralement pas l’enseignant qui est en cause. En tout cas, s’il l’est, ce qui peut arriver, c’est dans une proportion très faible par rapport aux vrais problèmes :

  • Celui      de la formation des enseignants. Traite-t-on les questions de l’ennui, de      la fatigue, du sens des apprentissages scolaires pour les élèves, des      outils, du travail hors cours ?
  • Celui      des programmes disciplinaires. Articulation avec le socle ?      Possibilité de réaliser tout, programmes que l’on ne réussit jamais à      finir et socle ?
  • Celui      de la pédagogie. Prise en compte des savoirs acquis et des compétences      construites  hors de l’école.

L’ennui des élèves ne peut pas être un sujet tabou. Et il n’y a pas de scandale à traiter intelligemment, collectivement, avec le concours d’experts, un problème qui gangrène l’école et souvent pourrit la vie des enseignants eux-mêmes, démunis. Les savoirs disciplinaires cloisonnés à transmettre et la rigueur de la didactique des disciplines ne résoudront jamais le problème.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier