Et l'intelligence?

La question des choix pédagogiques, dans le domaine de l’apprentissage de la lecture comme dans tous les autres champs éducatifs, n’est pas un détail. Elle est révélatrice d’une idéologie au sens noble du terme.

La question des choix pédagogiques, dans le domaine de l’apprentissage de la lecture comme dans tous les autres champs  éducatifs, n’est  pas un détail. Elle est révélatrice d’une idéologie au sens noble du terme. Elle est fondamentale. Elle aurait pu être résolument refondatrice si les sirènes du conservatisme n’étaient restées dominantes sur tout l’échiquier politique de l’extrême gauche à l’extrême droite. Il est d’ailleurs curieux que personne ne s’étonne d’un tel consensus. Comment est-il possible que du FN à l’extrême gauche, une immense majorité soit d’accord pour exiger le retour à des « méthodes » qui avaient fait la preuve de leur inefficacité. Nul doute que dans le contexte électoraliste, on va retrouver bientôt, à nouveau, ce slogan aussi lancinant que stupide du « retour aux bonnes vieilles méthodes qui ont fait leurs preuves »

J’adhère complètement aux analyses d’Eveline Charmeux et de Laurent Carle. Je n’ai pas leur expertise mais je crois être proche de leur pensée en considérant que le problème le plus grave est la négation de la place de l’intelligence dans les apprentissages. Au fond, ceux qui ont réussi hier ou avant-hier croient savoir comment ils ont appris et voudraient qu’aujourd’hui et demain, on impose aux autres la priorité à la mécanique considérant qu’elle est un préalable à tout apprentissage.

En fait, le développement de l’intelligence ne figure jamais dans les programmes, progressions, didactiques des disciplines… Comme si l’école n’avait pas pour finalité aussi de rendre élèves et enseignants plus intelligents, même en apprenant à lire et en enseignant la lecture.

On me dit sans cesse : « mais l’intelligence est partout ». Un peu comme les valeurs et même les compétences. Ma longue expérience me dit que quand on déclare que quelque chose est partout, c’est qu’elle n’est nulle part.

http://www.charmeux.fr/blog/index.php?2016/09/11/302-mais-enfin-pourquoi-revenir-toujours-sur-l-apprentissage-de-la-lecture#co

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.