Par la « volonté du peuple », Poutine président à vie.

La remise à zéros des compteurs du nombre des mandats présidentiels autorisés pour un seul homme permettra à Poutine de se représenter dès 2024 à deux nouveaux mandats de six ans, soit de rester au total 36 ans à la tête de la Russie. Il s’agit d’un coup d’État constitutionnel.

Bourrage d'urne © Informations populaires.

La Constitution de 1993 adoptée par référendum limitait à deux mandatures de quatre ans la présence d’une même personne à la présidence russe, soit huit ans en tout. Poutine a été élu une première fois en 2000. La dictature qu’il a installée dans le pays, les arrangements anticonstitutionnels divers lui ont permis d’être toujours à la tête du pays en 2020.

La Constitution sera modifiée sans référendum une nouvelle fois. Poutine deviendra président à vie. C’est justement ce dont voulait se prévenir la Constitution de 1993, afin de ne pas revenir à l’époque des secrétaires généraux communistes qui ne quittaient le Kremlin que les pieds devant.

Ce coup d’État anticonstitutionnel est déjà adopté par la Douma d’État, le Conseil de la Fédération, la commission électorale. Le texte corrigé est déjà en vente dans les librairies.

Afin de donner un aspect Vox populi à ce coup d’État, il ne sera pas procédé à un référendum, mais à un vote très très libre. Aucun quota n’est exigé. Le scrutin durera six jours. Le vote se fera contre signature sans transcription de l’identité du votant. Si l’électeur ne va pas à l’urne, l’urne ira à l’électeur. Les bureaux de vote sont ouverts dans la rue, dans la cour des immeubles, dans des terrains vagues.

Voici filmé par « Télévision populaire de Mordovie » un bourrage d’urne à Saransk, au bureau de vote n° 568 lors du « vote à domicile ». Le caméraman a fixé involontairement un bourrage d’urne. La commentatrice nous dit qu’il n’y a pas eu de fraude constatée. La chaîne TV a retiré immédiatement la vidéo. Mais trop tard.

À Saint-Pétersbourg des policiers ont cassé le bras d’un journaliste de « Méduza » en le chassant d’un bureau de vote. Il est très risqué d’être journaliste indépendant. Ce sera encore plus dangereux après.

Macron a choisi ce moment pour déclarer qu’il rendra visite à Poutine en automne. Une manière de reconnaître le dictateur et son coup d’État.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.