Benalla et le GRU

Alexandre Benalla soudoyé par les services secrets russes vit sans être inquiété en France. Igor Korotchenko, expert militaire russe, estime ces « Initiativnik » qui font commerce des secrets d’État dont ils disposent. Par contre, il souhaite la mort de tous les traîtres russes. Conclusion : il est moins dangereux de trahir la France que la Russie.

Pierre HAFFNER © Russia Today
Igor Korotchenko, expert militaire russe, rédacteur en chef de la revue « Défense nationale », s’adresse à un public intérieur russe. Il expose ses conceptions qui sont aussi celles de son collègue des services secrets russes et maître du Kremlin : Vladimir Poutine.

La tâche des services secrets est de créer des réseaux d’agents étrangers dépositaires de secrets d’État. À cette fin, ils recrutent des diplomates, militaires et fonctionnaires dans les pays de résidence. En France, une de leur recrue fut Alexandre Benalla. Intime de l’Élysée. Celui-ci avait accès aux secrets de notre présidence. Médiapart avait révélé les intermédiaires par lesquels le Kremlin avait corrompu l’ami intime de Macron en lui versant de l’argent sur un compte secret au Maroc. Les agents du Kremlin en France sont innombrables.  Quiconque proche du pouvoir macronien peut trahir la France en toute impunité.

Igor Korotchenko estime les « Initiativnik » qui contactent par intérêt matériel les services secrets russes pour collaborer avec eux. Par contre, il souhaite la mort de ceux qui trahissent le Kremlin. Igor Korotchenko qualifie de traîtres les opposants intérieurs russes à Poutine. Il approuve leurs assassinats. Alexey Navalny n’est pas le seul « libéral » victime d’un empoisonnement en Russie. Hélas !

En conclusion, on pourra noter la différence de sort qui est faite aux félons à leur patrie respective, russe ou française. Les Russes sont assassinés, tandis que les Français ne sont pas poursuivis, tel Alexandre Benalla qui vit tranquillement sous la protection de l’Élysée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.