Russie – France. L’humanisme nous unit

Olga Romanova aime la Liberté. Cette passion l’a conduite à affronter le régime totalitaire de Poutine. Pourchassée, arrêtée et interrogée à Lubyanka par le FSB, elle a été contrainte de s’exiler précipitamment de Russie pour éviter la prison. Arrivée en France, elle s’exprime sur l’accueil qui lui a été réservé.

Olga Romanova © PIERRE HAFFNER
J’ai rencontré Olga Romanova à Kiev. Cette ville est la première destination de tous les Russes qui fuient précipitamment leur pays pour des raisons politiques. À Kiev, ils pourront trouver un gîte temporaire et une aide pour aller plus loin. Ces patriotes n’ont jamais envisagé de quitter la Russie, mais d’y rester et se battre pour mieux y vivre. Mais à un moment, il y a un choix à faire : l’exil ou la prison. Fuir son pays parce qu’on l’a trop aimé, voilà le paradoxe.

J’ai donné rendez-vous à Olga sur la place Maïdan. Dès que nous nous sommes rencontrés, notre premier sujet de conversation a été notre ami commun Marc Galpérin. Marc s’efforce d’unir cette opposition russe tant divisée. Accusé d’extrémisme, il est aux arrêts à domicile en attente d’un procès à huis clos qui devrait le condamner à des années de prison. Il est privé de ressources lui permettant de survivre. Olga lui transmettait les modestes dons de sympathisants, car tous les comptes bancaires de Marc sont bloqués et il est privé de travail. Olga faisait ses courses, lui préparait ses repas. Marc pouvait encore recevoir ses amis à domicile. Mais un dernier jugement a interdit cette possibilité. À présent, Marc est définitivement isolé dans son appartement. Il n’a droit qu’à une heure de promenade par jour.

Ces allées et venues étaient observées par le FSB. L’agent en faction au pied de l’immeuble de Marc photographie tous les visiteurs. Dès lors, Olga a remarqué qu’elle avait toujours un espion derrière elle, en voiture, ou à pied. Les arrestations d’Olga se sont succédé. La dernière l’a conduite à Lubyanka pour interrogatoire. On l’a prévenue : la prochaine arrestation sera la dernière. Son statut de témoin sera requalifié en celui d’accusé. Le chef d’inculpation « terrorisme » rend passible de peines supérieures à 12 ans de prison. Après sa prochaine arrestation, Olga Romanova ne ressortira pas libre du sinistre immeuble qui trône à Lubyanka.

Pourchassée dans son pays, Olga Romanova a trouvé refuge en France. Nous nous sommes envolés ensemble de Kiev à Paris. Je l’ai présenté à Marie qui lui a offert sans hésitation l’hospitalité. Marie a insisté : Olga prendra des cours de français pour s’adapter dans notre pays.

Olga Romanova exprime toute sa gratitude à la Française Marie, qui l’a accueillie dans sa maison. Marie est très active, malgré son âge. Musicienne, elle dirige une chorale. Directrice artistique, elle organise des festivals de musique, spectacles et opéras. Pilote sportive, elle effectue des raids en montagne aux commandes de son avion. Sa maison est un musée de famille ornée des portraits de ses ancêtres qui ont participé à la guerre de Crimée et d'autres reliques familiales.

Médaille des Justes © Marie Médaille des Justes © Marie
Marie s’intéresse aux langues. Elle protège les animaux. L’injustice l’outre. Elle est solidaire de Marc Galperin et de ses partisans en Russie. Plus d’une fois, elle a envoyé de l’argent à Marc Galperin. Les grands-parents de Marie ont sauvé des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ont reçu l’Ordre « des Justes parmi les nations ». Cette distinction a été accordée aux non-juifs qui ont apporté une aide aux Juifs pour fuir la Shoa. Marie continue la tradition familiale, en aidant les réfugiés. L’humanisme rend la Française Marie plus proche de la Russe Olga Romanova que cette dernière ne l’est de ses concitoyens qui la persécutent.

Olga Romanova exprime ses remerciements dans cette vidéo.

C’est cet humanisme qui fait la grandeur des nations, dont la nôtre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.