Russie. Chasse aux démocrates

Les prisonniers politiques de Poutine sont des otages qu’il utilise pour parfaire le broyage de l’opposition démocratique. Les tortures et chantages auxquels ils sont soumis en prison ont pour but de les briser et de les retourner pour les utiliser dans des opérations médiatiques reprises par les principaux canaux de télévision, dont la chaîne NTV. Ces émissions annoncent de nouvelles vagues répressives qui menacent physiquement les démocrates restés encore libres. La dernière émission intitulée « Anatomie d’une protestation-2 » est très inquiétante. Rappelons-nous que les précédentes, intitulées « Anatomie d’une protestation », ont déclenché l’affaire « Bolotnoe Délo ». Cette dernière a conduit à l’emprisonnement des leaders principaux de l’opposition. Ils ont reçu le surnom de « Prisonniers du 6 mai ». Ces films sont des montages vidéo grossiers, alternants commentaires outrageants et accusations mensongères. Des images de dollars suggèrent que la motivation des démocrates, c’est l’argent. L’émission affirme que les militants sont téléguidés par l’étranger : USA, Géorgie, GB. L’on y voit une photo d’un policier blessé alors que ce sont des dizaines de manifestants, absents de l’écran, qui ont été tabassés, blessés et arrêtés par les forces spéciales OMON. Puis ils ont été jugés et condamnés à de lourdes peines de prison. La seule intention des organisateurs de la manifestation du 6 mai 2012 est ainsi affichée dans le film : provoquer des désordres et gagner de l’argent. Rien d’autre ! Pas une seule référence à leur exigence de démocratisation de la Russie. Rappelons que le 6 mai 2012, c’est Poutine qui avait donné l’ordre aux forces spéciales OMON de stopper inopinément le cortège de 50.000 personnes place Bolotnaya, alors que le tracé de la manifestation avait été accordé par les autorités jusqu’au Manège. Cela avait causé le tumulte dont Poutine est seul responsable. L’objectif de cette nouvelle émission « Anatomie d’une protestation-2 » de la chaîne NTV est de créer un climat de haine envers le nouvel ennemi du peuple du moment. Après le Tchétchène, le Géorgien, l’Ukrainien, il faut abattre le démocrate. Mais l’aveu de prisonniers repentis (tardivement et en prison) est le morceau croustillant qui émaille le film. « Cuisiné » par ses geôliers en prison, Leonid Razvozzhayev, condamné à quatre ans et demi dans l’affaire du 6 mai 2012, a « oublié » toutes ses motivations militantes. Il accuse à présent ses anciens camarades, Alexeï Navalny, Ilya Yashin et les autres leaders de l’opposition d’avoir organisé la manifestation du 6 mai 2012 avec la seule intention de provoquer des émeutes financées par l’étranger. Accusé en octobre 2012 dans l’affaire de « Bolotonoe délo », Leonid Razvozzhayev s’était réfugié à Kiev en Ukraine. Il y a été enlevé et ramené en Russie, où il a été officiellement arrêté. Leonid Razvozzhayev avait signé une première confession extorquée sous la torture. Ensuite, il l’a reniée. Durant les cent jours qui ont précédé l’émission de télévision « Anatomie d’une protestation-2 », il a été maintenu dans un endroit tenu secret. Ni son avocat ni ses proches n’ont pu rentrer en contact avec lui. La grossièreté de cette provocation télévisée est évidente. Elle s’adresse à un large public. Son but est de discréditer et bannir l’opposition démocratique des prochaines élections de la Douma d’État. Elle alimente la machine répressive permettant d’arrêter les derniers opposants au régime. La dictature de Poutine utilise tous les moyens pour la broyer. Néanmoins, l’utilisation de la télévision, pour déclencher cette hystérie répressive, est tout à fait abjecte.

Annonce du film de NTV : « Anatomie d’une protestation-2 ».

Russie. Chasse aux démocrates. © Elisa Espouy

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.