L’empire russe fondra-t-il avec les glaces de l’Arctique ?

Le réchauffement climatique ouvre la voie maritime du Nord qui relie l’Europe à l’Asie. Il s’agit de la « Route de la soie sur glace » qui longe les côtes sibériennes. Ce serait aussi un nouveau « Golf persique », car les profondeurs de l’Océan arctique recèlent des réserves fantastiques d’hydrocarbures. La région se militarise. Le sort de l’humanité se jouerait ici.

Mourir pour l'article © currenttime. Soustitrage PH

Le Conseil de l’Arctique s’est réuni en Finlande. Il comprend la Russie, le Canada, les États-Unis, la Finlande, la Norvège, le Danemark, l’Islande et la Suède. Douze autres pays, dont la Chine, le Japon et la Corée du Sud, sont présents à titre d’observateur. Le secrétaire d’État américain Pompéo a déclaré que les États-Unis veulent renforcer leur présence dans l’Arctique afin de résister au comportement agressif de la Russie et de la Chine dans cette région.

En 2015, la Russie a déposé une demande visant à élargir d’un million deux cent mille kilomètres carrés les limites de son plateau continental. Début avril, les Nations Unies ont approuvé cette demande. La Russie exige que les navires étrangers notifient leur passage 45 jours préalablement. Moscou se réserver le droit d’arraisonner ou même d'ouvrir le feu sur les intrus : une situation qui n’est pas sans rappeler l’arraisonnement des navires ukrainiens au détroit de Kertch. Ce dernier relie la mer Noire et d’Azov. Moscou se l’est approprié.

Manœuvres russes dans l'Arctique © currenttime Manœuvres russes dans l'Arctique © currenttime
La Russie a militarisé la région en construisant des bases sur les îles Kotelny, Terre Alexandra, Wrangel et Schmidt, de l’Océan arctique. Les menaces sont sérieuses. Le chef d’état-major russe, le général Gerassimov, ainsi que le secrétaire du Conseil de sécurité Nikolay Patrushev ont prédit une crise terrible capable de déclencher une guerre nucléaire mondiale dans les années 2020, ou une série de grandes guerres régionales dans l’Arctique en Asie ou en Europe. La Russie a investi environ mille milliards de dollars en 10 ans pour se préparer à cette guerre. Un affrontement avec les grandes puissances est à craindre, en premier lieu avec les États-Unis qui exigent la liberté de navigations dans ces eaux qu’ils considèrent comme internationales.

Cette nouvelle voie de communication bouleverse le fret maritime intercontinental, dont l’approvisionnement de la Sibérie considérée par Moscou comme son pré carré. Seuls les navires accompagnés d’un brise-glace russe pouvaient atteindre ses ports.

La Russie s'est construite le long des voies de communications. La Russie de Kiev sur les rivières. Elle a succombé lorsque les peuples des steppes ont interrompu la navigation sur le fleuve Dniepr en attaquant les embarcations contraintes à emprunter la terre ferme pour éviter les rapides de Zaporojie.

L’empire russe s’est reconstruit plus tard dans les steppes lorsque les princes de Moscou ont conquis les espaces eurasiens abandonnés par les Khans mongols et tatars. Moscou est depuis le centre de cet empire bicontinental. Toutes les voies de communications, chemins de fer, lignes aériennes convergent vers la capitale. Les empereurs ont construit le Transsibérien, les Soviétiques ont développé l’aéronautique pour consolider l'ossature de l’empire centralisé.

Toute la Russie enclavée converge et s’approvisionne à Moscou, plus particulièrement la Sibérie. L’ouverture d’une nouvelle voie de communication transforme la géopolitique. ( A Moscou, il fallait arriver tôt au bureau pour pouvoir répondre aux appels téléphoniques de Sibérie et d'extrême-orient. Depuis, avec internet, les habitudes ont changées).

En fondant Saint-Pétersbourg, « Pierre le Grand avait ouvert une fenêtre sur l’Europe », selon l’expression de Pouchkine. L’actuelle route maritime du nord est une fenêtre ouverte de la Sibérie sur l’Europe et l’Asie. Elle court-circuite Moscou. Rappelons-nous qu’en 1992, la Yakoutie, et plusieurs autres républiques de la Fédération de Russie actuelle avaient déclaré leur indépendance. Elles se sont ensuite ravisées et ont réintégré la Fédération de Russie. Pour combien de temps ? L’accostage de navires étrangers dans leurs ports maritimes et fluviaux pourrait susciter un regain de ce désir d’indépendance. 

Le Kremlin observe la décomposition présente et interminable de l'Etat russe. Une nouvelle militarisation ou guerre sauvera-t-elle le rejeton actuel de l'URSS qu'est la Fédération de Russie, ou précipitera-t-elle son extinction  ? Le Kremlin devrait tirer les leçons de sa dernière défaite de la Première Guerre froide qui fut en réalité la Troisième Guerre mondiale. Une nouvelle guerre, fusse-t-elle froide ou chaude, nous sauvera-t-elle de la fonte des glaces de l’Arctique et des bouleversements qui succéderont ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.