Humiliation en Tchétchénie de Kadyrov.

On lui a donné le choix : « S’asseoir sur une bouteille ou une balle dans la tête ». Un jeune Tchétchène nu à genoux reconnaît qu’il administrait la chaîne-Telegram « 1ADAT ». Il se repent et s’assieds sur une bouteille en disant « Je me punis et me démets de mes fonctions ».

repenti et torture publique © Vay Canal

Le jeune homme présenté sur la vidéo est Salman Tepsurkaev, âgé de 19 ans. Activiste d’un mouvement d’opposition en Tchétchénie, il a été contraint de s’humilier publiquement. La dernière fois que le jeune homme était en ligne, c’était samedi. Il a dit que les hommes de Kadyrov étaient venus le chercher. Après cela, la communication avec Tepsurkaev a été interrompue.

« Face au choix d’avoir une balle dans le front ou de m’asseoir sur une bouteille, j’ai choisi une bouteille », il a dit en tchétchène.

Pour le moment, le ministère de l’Intérieur de la république de Tchétchénie n’a pas réagi.

 Du point de vue de la mentalité tchétchène, il s’agit de l’humiliation la plus terrible qu’il soit : l’humiliation sexuelle publique, le viol devant caméra. Avec cette vidéo, les hommes du pouvoir voulaient intimider la société. Il semble qu’ils ont obtenu l’inverse. En l’absence de réponse judiciaire ou de protestation de la société civile éliminée par la dictature, il peut y avoir des réactions individuelles, voir des attaques armées ou terroristes.

Poutine a le pouvoir de démettre tout gouverneur régional en Fédération de Russie. Il ne s’en prive pas. Malgré la torture et l’assassinat d’opposants, d’homosexuels, Poutine maintient Ramzan Kadyrov au pouvoir en Tchétchénie. Cette protection a valu à ce dernier le surnom de « Fils adoptif de Poutine ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.