1018 arrestations en Russie

Le 9 septembre, à l’appel de l’opposant Alexey Navalny des manifestations contre le report de l’âge de la retraite se sont déroulées dans toute la Russie. Les manifestants, jeunes pour la plupart, ont scandé des slogans anti-Poutine. La police les a réprimés brutalement. 1018 personnes ont été arrêtées.

Confrontations le 9 septembre 2018 © Radio Svoboda

Dimanche on élisait les gouverneurs dans 26 régions de Russie, dont celle du maire de Moscou et 16 parlements régionaux. On renouvelait aussi partiellement des députés de la Douma d’État. Au total, à différents niveaux on votait dans 80 régions de Russie. L’opposant Alexey Navalny avait choisi ce jour pour protester contre le report de l’âge de départ en retraite. Il n’a pas pu assister lui même à cette manifestation puisqu’il a été condamné à un mois de prison. Les jours précédents, à titre préventif, la police a fait des descentes dans les quartiers généraux régionaux de Navalny  en province et a arrêté ses militants. Sur plainte des autorités russes, Google avait bloqué sur YouTube les émissions publicitaires qui appelaient aux rassemblements du 9 septembre.

Les manifestations ont eu lieu dans 86 villes. Dans leur grande majorité, elles étaient interdites. La répression a été particulièrement violente à Saint-Pétersbourg et Ekaterinbourg. Les slogans ne se limitaient pas au thème des retraites, mais ils s’adressaient à Poutine : « Poutine, voleur », « Poutine dégage ! » ( Sur la vidéo, la femme vêtue en blanc qui s'interpose devant les policiers armées de matraque s'appelle Olga Mazurova).

Arrestation le 9 septembre © Facebook Arrestation le 9 septembre © Facebook
1018 personnes ont été arrêtées. Il s’agit d’une des manifestations les plus réprimées dernièrement par le régime puisque le 26 mars 2017, il avait eu 1030 arrestations.

Le plus grand nombre des arrestations a eu lieu à Saint-Pétersbourg : 452, 509 ou 600 selon d’autres chiffres. 438 d’entre elles ont été retenues la nuit dans les postes de police. Cela signifie qu’elles sont susceptibles d’être inculpées de délits passibles de prison. Ekaterinbourg arrive en deuxième position avec 183 personnes, dont l’ancien maire Eugène Roizman. À Moscou, 43 personnes ont été arrêtées. Au moins 8 d’entre elles ont été gardées la nuit au poste de police. 

Par rapport aux manifestations précédentes, nous avons observé que des manifestants ont tenté d’arracher des mains de la police des personnes qui venaient d’être interpellées. Parfois avec succès. Cette hardiesse démontre un esprit combatif supérieur. Il est à craindre que la radicalisation du pouvoir dans sa politique répressive provoque une radicalisation symétrique parmi la population qui finira enfin dans sa majorité à surmonter sa peur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.