Chamanisme sibérien contre Kremlin.

Le chaman yakoute, Alexandre Gabyshev, est parti à pied de Sibérie avec l’intention de rejoindre Moscou pour en chasser Poutine. 700 personnes l’ont accueilli à Tchita. Le clergé orthodoxe de la ville a menacé d’excommunier ses partisans. Des chamanistes ont immolé cinq chameaux pour lui barrer la route. En vain ! À Oulan-Oudé, les communistes soutiennent le sorcier sibérien.

Marche sur Moscou du chaman yakoute © khvatit moltchat

On se souvient que venu de Sibérie, le sorcier Raspoutine avait envoûté la famille impériale russe. Aujourd’hui, Alexandre Gabyshev se prétend « guerrier-chaman » à qui Dieu a ordonné de chasser Poutine du Kremlin. Étudiant en histoire, il est devenu par la suite soudeur puis concierge. Après la mort de son épouse, il s’est retiré dans la taïga et il est devenu chaman.

Le 6 mars 2019, Gabyshev est parti de Yakoust pour Moscou en tirant un chariot en aluminium avec toutes ses affaires, yourte comprise qu’il dresse chaque soir pour la nuit. Il avait déjà entrepris son voyage, mais son chien bien-aimé est mort renversé par une voiture. Il vit en cela un mauvais présage et décida d’interrompre sa mission, qu’il reprend à présent.

 En chemin, des personnes s’arrêtent pour parler avec lui et l’accompagner. Elles tournent des vidéos et relatent son expédition sur leur blog, en général positivement. Parfois, elles lui remettent de la nourriture et de l’argent. Au début, le chaman refusait l’argent, mais les donneurs s’offensaient. Avec ces fonds, il dort parfois dans des hôtels. Les vidéos concernant le chaman Gabyshev ont été visionnées plus d’un million de fois.

 

Alexandre Gabyshev © commons.wikimedia Alexandre Gabyshev © commons.wikimedia
Gabyshev prétend agir sur ordre de Dieu. Il considère que Poutine est un démon, la nature ne l’aime pas. Là où Poutine apparaît, les catastrophes se produisent. Seul un chaman peut le chasser. La sorcellerie réussira là où la politique a été vaine.  Gabyshev est convaincu que son devoir est de restaurer la démocratie et l’harmonie en Russie pacifiquement, sinon par la force. 

Le 12 juillet, dans la ville de Tchita, Gabyshev a pris la parole lors du rassemblement « Russie sans Poutine ». La branche régionale du Parti communiste et l’organisation sociale et politique Solidarité civile ont réuni à cette occasion 700 personnes.  À la fin du rassemblement, les participants ont posé des questions au chaman et se sont fait photographier avec lui.

Le diocèse orthodoxe de la ville s’est prononcé contre le rassemblement et a exprimé des doutes sur la santé mentale du chaman. 

 En août, la presse a annoncé que « le chaman le plus célèbre de Russie », Alexandre Gabyshev, s’approchait d’Oulan-Oudé. Une douzaine de bénévoles l’accompagnent désormais tout au long de son parcours. Près de la ville de Khilka, le chaman a rencontré des bouriates, qui partagent les mêmes idées. Ils ont enregistré un message vidéo de Gabyshev pour les habitants de Bouriatie.

Le 12 août, le chaman et ses compagnons ont été abordés par des agents de la police. Ces derniers leur ont recommandé de ne pas organiser de manifestation.

Les médias ont également rapporté que le chaman avait soigné un habitant d’Oulan-Oudé d’un mal de tête chronique. Le sorcier a mis ses mains sur la tête du patient et a proclamé : « À partir de maintenant, votre tête ne vous fait plus souffrir. Vous êtes en bonne santé. Allez en paix ! » La douleur a miraculeusement disparu.

 En Bouriatie, le chaman, accompagné maintenant de 30 personnes, a rencontré les premiers obstacles majeurs. Le 23 août, la police a saisi la voiture « Lada » rouge du groupe. C’était un cadeau d’un habitant. Les policiers ont prétexté un test d’alcoolémie du conducteur. Ce dernier a refusé le contrôle. Ils ont alors confisqué la voiture sur le champ. Les compagnons de Gabyshev, grâce aux dons, ont acheté un fourgon.

 Le 28 août, des chamans de la communauté Tengari sont allés à la rencontre de leur confrère yakoute. Ils ont exhorté Gabyshev à renoncer au chamanisme. Ils ont déclaré : « Expulser Poutine n’est pas un bon objectif. »

Le 29 août, le chaman et ses compagnons sont entrés dans la capitale, Oulan-Oudé.

Des chamans d’une organisation parallèle ont sacrifié cinq chameaux « pour renforcer la Russie et ses peuples ». Les représentants chamanistes de Tengari ont critiqué un tel rituel. Les membres du Tengari ont accusé les partisans de Gabyshev d’avoir violé les canons du chamanisme et d’avoir appelé à la guerre en maudissant les enfants des policiers venus confisquer leur voiture rouge « Lada » quelques jours plus tôt. La croisade de Gabyshev sur Moscou a déclenché une dispute théologique au sein du chamanisme lui-même.

Aux abords d’Oulan-Oudé le groupe de Gabyshev a été accueilli chaleureusement par un groupe qui a désapprouvé les condamnations de l’organisation Tengari. Une campagne de discrimination a été lancée contre le chaman sibérien par les médias locaux qui désirent combattre les sentiments antigouvernementaux surgis après les élections frauduleuses du 8 septembre en Bouriatie. Une demande de manifestation à Oulan-Oudé a été refusée. Le chaman a décidé de ne pas organiser de rassemblement, mais a accepté de recevoir à domicile.

À Oulan-Oudé, un meeting a tout de même débuté dans la soirée du 9 septembre. Au début, sa principale revendication était la libération de deux partisans de Gabyshev. Des slogans politiques ont commencé a être proclamé. Des dirigeants du Parti communiste de la Fédération de Russie en Bouriatie se sont joints aux manifestants. Une pétition demandant à invalider les élections à la mairie d’Oulan-Oudé circule. Celles-ci ont été qualifiées d’escroqueries.

 Le 9 septembre, plus d’une centaine de personnes étaient présentes. Des policiers antiémeutes sont intervenus, mais la manifestation n’a pas été dispersée. La police a tenté d’arrêter l’organisateur du rassemblement, Dimitry Bayrov, le plus ardent partisan du chaman Gabyshev.

Malgré une température de plus 6 degrés, les manifestants ont passé la nuit sur place. Mais dans la matinée, la police a tenté de les évincer. Des inconnus masqués en civil sans insigne sont intervenus. Ils ont frappé les manifestants. Le chauffeur de taxi et partisan du chaman, Dimitry Bayrov, a été arrêté. Il vient d’être condamné aujourd’hui à cinq jours de prison.

Pour le moment, le pouvoir ne tente pas d’arrêter la marche du chaman Alexandre Gabyshev. Comment réagira la Sibérie chamaniste ? Les élections partielles du 8 septembre ont mis en évidence une sérieuse baisse d’influence de Poutine à Moscou ainsi que dans tout le pays. Dans la capitale, les candidats du pouvoir n’ont obtenu que 25 postes sur 45. Les régions, Yakoutie, Ingouchie, Ekaterinbourg, Arkhangelsk, ont été dernièrement secouées par des manifestations sérieuses. Certes, Le FSB contrôle l’orthodoxie, quasi-religion d’État, mais en cas de crise, le comportement de millions de musulmans, bouddhistes, chamanistes, juifs et des athées, reste incertain.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.