Russie : « Colis-200 ».

Elena Vassilieva a recherché la vérité sur la guerre secrète de Poutine contre l’Ukraine. Dès 2014, elle a commencé à révéler la liste des soldats russes morts au Donbass. Elle collaborait avec Boris Nemtsov. Menacée, elle a été contrainte de se réfugier en Finlande, où elle a obtenu l’asile politique. Boris Nemtsov resté en Russie a été assassiné devant le Kremlin le 27 février 2015.

Elena Vassilieva. © Pierre HAFFNER

Elena Vassilieva recherche les soldats russes morts dans la guerre non déclarée de Poutine en Ukraine. Officiellement, l’armée russe ne combat pas en Ukraine. Donc, officiellement, les militaires russes ne périssent pas en Ukraine. À toute évocation du problème, Poutine répond : « Ils ne sont pas là ».

Mais, le problème de l’assassin a toujours été le cadavre. Pour cacher le crime, il faut dissimuler la dépouille. À l’époque soviétique, un nom de code « Colis-200 » désignait les cercueils en zinc plombés qui rapatriaient secrètement d’Afghanistan les militaires soviétiques morts dans ce pays. Aujourd’hui en Russie, on chuchote à nouveau : « Colis – 200 ». On évoque la disparition de militaires. Les soldats sans famille sont enterrés sur place dans des fosses. Des tombes fraîches apparaissent dans les cimetières de la région de Rostov et au Donbass. La croix porte souvent un simple numéro sans nom. D’autres sont rapatriés vers leur famille. Elles n’ont pas le droit de parler.

Poutine a déclaré par oukase que les pertes militaires en temps de paix sont « Secret - défense ». Les réseaux du Kremlin ont été capables d’imposer le silence aux médias étrangers. Depuis 2014, une guerre secrète, qui a déjà fait des milliers de victimes, se poursuit en Europe. Cette dissimulation sert à blanchir l’agresseur Poutine, et à imposer ses plans.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.