Pierre HAFFNER
Blogueur russe.
Abonné·e de Mediapart

744 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 févr. 2016

Pierre HAFFNER
Blogueur russe.
Abonné·e de Mediapart

La Constitution russe, espoirs vains ?

Une blague court en Russie. La Constitution russe n'a pas été faite pour les Russes, mais pour les noirs américains. Elle sert à leur prouver que les Russes sont plus libres qu'eux. Rien de plus.

Pierre HAFFNER
Blogueur russe.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1
Lecture de la Constitution devant la Douma © B, l!

Hier soir, des dizaines de personnes se sont rassemblées à nouveau devant la Duma d’Etat, au centre de Moscou. Elles y ont lu à tour de rôle les articles de la Constitution de la Fédération de Russie adoptée en 1993 et toujours théoriquement en vigueur aujourd’hui. Après des siècles d’absolutismes tsariste ou soviétique, ce texte fondamental devait enfin donner naissance à la Russie démocratique et moderne.

L’académicien Youri Pivovarov décrit avec humour le chemin que Poutine a fait parcourir à la Russie : « Il a pris le pays au point A et l’a transféré au point A. Les lois actuelles adoptées par la Douma de Poutine sont liberticides. Elles annihilent les principes fondamentaux inscrits dans cette nouvelle Constitution.

Pourtant la nouvelle Russie avait bien tourné le dos au début des années 1990 à son passé, croyait-on ? Aujourd’hui, que reste-t-il de cet immense élan démocratique qui avait rassemblé en 1991 dans une immense manifestation 500.000 personnes à Moscou ? La statue de Félix Dzerjinski, symbole de la terreur, avait été déboulonnée à Loubianka. La Constitution de la Fédération de Russie, adoptée par référendum national le 12 décembre 1993, garantit les libertés de pensée, de parole et de réunion. L’aurait-on oublié ? Tous ? Non ! Le soir, des citoyens viennent lire les articles de la Constitution de la Fédération de Russie aux portes mêmes de la Douma afin de rappeler aux députés ces textes. De toute évidence, les législateurs semblent les avoir oubliés en adoptant les dernières lois.

L’article de loi 212.1 condamne à cinq ans de prison une personne qui a fait plus de trois piquets donnant lieu à infraction au cours des derniers six mois. Un piquet consiste à rester debout immobile et silencieux en tenant dans ses mains une affiche ou en étant revêtu d’un insigne. Par exemple, les écologistes ayant pris sous leur protection le parc “Torfianka” à Moscou ont été condamnés à une amende de 15.000 roubles pour avoir porté sur eux un maillot avec le logo de ce parc symbolisé par un élan et un pin. Une quatrième condamnation requalifie en délit les trois précédentes. Ces dernières n’étaient que de type administratif. Les “récidivistes” sont punis ainsi de 5 ans de prison. Cela est en contradiction totale avec les principes juridiques universels, car le dernier verdict punit une deuxième fois les faits antérieurs. Les trois précédentes condamnations avaient été dûment expiées préalablement par le “coupable”. Il a un effet rétroactif. Il serait tout à fait insignifiant de parler de double peine puisque la nouvelle peine n’est aucunement comparable avec les trois premières, même réunies, et avec la nature des faits reprochés. Ceux-ci sont totalement pacifiques, sociétaux et totalement désintéressés de la part de l’accusé.

Illustration 2
Marc Galpérin © B, l!

Selon ce nouvel article 212.1 du Code pénal, Ildar Dadin a été condamné à trois ans de prison. Il est aujourd’hui en prison. Afin d’éviter l’emprisonnement âgé de 78 ans, Vladimir Younov et Irina Kalmikova ont fui. Ils ont franchi clandestinement la frontière ukrainienne. Ils ont demandé l’asile politique dans ce pays. Marc Galpérin est interdit de sortie du territoire en attente de son procès. Il dit clairement qu’il ne partira pas et poursuit son activité militante et il participera aux piquets malgré la menace.

Hier soir, j’étais avec lui hier soir devant la Douma d’État. Il a rappelé aux parlementaires que la Constitution russe garantit les libertés. Il leur a lu un se ses articles devant la porte.

Le coup de massue asséné par ces jugements complète les menaces, les assassinats et autres emprisonnements des opposants politiques. Le KGB est revenu au pouvoir en Russie en la personne de son ancien directeur V. Poutine. Il règne par la terreur. Mais, des personnes courageuses veulent refaire vivre cet espoir démocratique des années soviétiques. Dans des conditions terribles, elles affrontent cette dictature dont on croyait s’être débarrassée à jamais. Ces personnes méritent notre soutien. Nous ne pouvons nous dérober.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.