Nadejda Pétrova contre réseau Poutine en Europe.

Cette femme est poursuivie par les services secrets russes dans toute l’Europe. Elle s’appelle Nadejda Pétrova. Elle est une opposante irréductible à Poutine.

Nadejda Pétrova © Pierre HAFFNER Nadejda Pétrova © Pierre HAFFNER

Cette femme est poursuivie par les services secrets russes dans toute l’Europe. Elle s’appelle Nadejda Pétrova. Elle est une opposante irréductible à Poutine. Elle avait réussi à s’enfuir in extremis de Russie dans des circonstances rocambolesques. Accusée de terrorisme, elle est passible de la prison à vie. Dernièrement, ses supposés subordonnés ont été condamnés par un tribunal militaire russe à neuf années de prison à régime sévère. Sous ses ordres, ils devaient incendier le Kremlin. C’est elle qui devait les approvisionner en essence. À la faveur de cet incendie, les conspirateurs projetaient de renverser le pouvoir de la deuxième puissance nucléaire mondiale.

Le hasard de sa fuite a mené Nadejda Pétrova en Autriche, dont la ministre des Affaires autrichiennes, Karin Kneissl, a invité Vladimir Poutine à ses noces. La valse qu’a dansée le maître du Kremlin dans les bras de la ministre autrichienne a été fatale à Nadejda Pétrova. Poutine a obtenu de Vienne l’expulsion de l’insoumise russe. Parallèlement, les hommes de Lubyanka lançaient contre Nadejda Pétrova un mandat d’arrêt par Interpol.

Deux jours avant son expulsion d’Autriche, Nadejda Pétrova a fui clandestinement en France. Le mandat d’arrêt d’Interpol la retrouvera dans les locaux de la préfecture de Nice, où elle s’est présentée pour formuler une demande d’asile politique dans notre pays. Arrêtée et menottée dans les règles, comme peut l’être une terroriste dangereuse, une procédure d’expulsion sera engagée sur le champ par les autorités françaises. Un réseau improvisé de solidarité la sauvera d’une déportation inéluctable dont l’adresse finale aurait été Lubyanka.

Mais les Techkistes ne renoncent jamais à leur proie. Les réseaux du Kremlin veillent. Dernièrement, les autorités françaises ont décidé d’expulser Nadejda Pétrova en Tchéquie. Cette décision est incompréhensible puisque Nadejda Pétrova n’a jamais obtenu de visa tchèque, n’a jamais été en Tchéquie. Elle n’a jamais déposé de demande d’asile dans ce pays. Il s’agit d’une reprise de la procédure autrichienne qui devait, via la Tchèque, renvoyer Nadejda Pétrova en Russie, où l’attend la prison à vie.

Nadejda Pétrova donnera une conférence de presse. Elle invite à cette occasion les représentants des moyens d’information à prendre contact avec elle. Tel : 07 800 899 07.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.